/news/politics
Navigation

L'anglais langue officielle du Québec: le PQ sermonne les solidaires

Couillard et Lisée déplorent aussi l’absence d’un débat en français au Nouveau-Brunswick

Jean-François Lisée dénonce les solidaires pour avoir semé la confusion sur le statut de la langue anglaise au Québec.
Photo d'archives Jean-François Lisée dénonce les solidaires pour avoir semé la confusion sur le statut de la langue anglaise au Québec.

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | Jean-François Lisée dénonce les solidaires pour avoir semé la confusion sur le statut de la langue anglaise au Québec.

À LIRE AUSSI: L’anglais, une langue officielle au Québec?

«L'anglais est une langue officielle du Québec et du Canada», a relayé Québec solidaire jeudi sur son fil Twitter. Une heure plus tard, la co-chef Manon Massé en remettait une couche en affirmant que la langue de Shakespeare est une langue officielle du Québec, avant de rectifier le tir.

Pour le chef péquiste, un tel discours nous fait revenir 50 ans en arrière. «Au Québec, mettre les deux langues sur le même pied, c’est mettre les pieds sur la langue française! Au Québec, la langue officielle et commune est le français, la langue anglaise est une langue importante [...] mais ce n’est pas une langue officielle et commune», a-t-il insisté vendredi, lors d’une conférence de presse qui se tenait justement en territoire solidaire, dans la circonscription de Gabriel Nadeau-Dubois.

Dire que l’anglais est l’une des deux langues officielles, c’est mettre en péril la prédominance du français, a renchéri Jean-François Lisée, encore sous le choc à la suite de la déclaration de Manon Massé.

Joint par Le Journal, QS a indiqué que le «tweet» du parti à l’origine de la confusion était une erreur commise par un nouvel employé et a reconnu que Manon Massé avait elle aussi erré.

Le français est la langue officielle, rappelle Couillard

«Le français est la langue officielle du Québec. C’est la langue de travail, c’est la langue commune de tous les Québécois», a commenté à ce sujet le chef libéral Philippe Couillard, en réponse aux questions des journalistes, lors d’une annonce faite à Trois-Rivières vendredi matin.

«Au Québec, nous avons également des Québécois de langue anglaise, qui ont leurs droits, leurs institutions, a continué le premier ministre sortant. Alors, à moins que Mme Massé veuille dépouiller les Québécois de langue anglaise de leurs droits, je ne comprends pas très bien le sens de cette remarque.»

Débat uniquement en anglais au Nouveau-Brunswick

MM. Couillard et Lisée ont tous deux dénoncé l’absence d’un débat en français durant la campagne électorale au Nouveau-Brunswick, qui vient elle aussi d’être déclenchée.

«La communauté acadienne, c’est une partie majeure de la francophonie canadienne, a souligné le chef libéral. [...] Je trouve ça regrettable, mais c’est le débat interne au Nouveau-Brunswick.»

«C’est la seule province officiellement bilingue!» a pesté de son côté le chef du Parti québécois.

Accès sans filtre

Selon M. Lisée, la tenue au Québec d’un débat en anglais permettra pour la première fois aux anglophones d’avoir un accès sans filtre aux propositions du PQ. 

Le chef péquiste promet de leur rappeler «comment les libéraux les ont laissés tomber». Il compte d’ailleurs avoir le même discours en anglais qu’en français. «[On va leur dire] qu’on est pour l’indépendance, on est pour le français langue officielle et commune.»

«J’ai accepté avec plaisir de participer à un débat en langue anglaise pour que nos concitoyens québécois de langue anglaise aient également accès à un débat politique», a indiqué pour sa part M. Couillard.

– Avec la collaboration de Marc-André Gagnon, Bureau parlementaire