/news/provincial
Navigation

Une autre subvention de 350 000$ au Diamant

La Ville de Québec offre une nouvelle aide financière pour sauver un élément esthétique du projet

Le Diamant
Photo courtoisie La photogravure, qui illustrera l’architecture du bâtiment original, ornera la partie gauche du mur extérieur du Diamant sur la rue des Glacis.

Coup d'oeil sur cet article

La Ville de Québec et le ministère de la Culture allongent 350 000 $ de plus pour le Diamant, de Robert Lepage, afin de financer un élément esthétique de la façade qui a failli passer à la trappe, faute d’argent.

Les esquisses du projet original, révélées l’an dernier, prévoyaient déjà l’ajout d’une « photogravure patrimoniale » sur le mur extérieur de la rue des Glacis, face au terminus de la place D’Youville. Cette œuvre doit rappeler les détails de l’architecture de l’ancien bâtiment.

« La réalisation de ce mur étant compromise, la Ville et son partenaire injecteront la somme nécessaire afin que cet élément du plan architectural initial se réalise », a-t-on appris vendredi, dans des documents mis en ligne sur le site web de la Ville.

La Ville et le ministère de la Culture, qui partagent la facture de 350 000 $ (en puisant dans l’Entente de développement culturel financée à parts égales), jugent que l’« esthétisme et l’originalité » de la photogravure justifiaient le sauvetage de cet élément.

« Le mur fantomatique sera le premier jalon d’une démarche globale de réaménagement de la place D’Youville », peut-on lire dans un sommaire du comité exécutif de la Ville. On y insiste sur l’importance de ce lieu stratégique, à l’entrée du Vieux-Québec.

Hausse du prix des matériaux

Questionnée par Le Journal, la porte-parole de la Ville Rose-Marie Ayotte a confirmé que « certains postes budgétaires du projet ont dû être revus à la hausse en raison de facteurs externes (marché de la construction et prix des matériaux) », ce qui menaçait la réalisation de la photogravure.

Le responsable des communications du futur théâtre, Édouard Garneau, reconnaît qu’il a fallu « faire certains choix » en cours de route « comme dans tout projet de construction ». La photogravure n’était plus dans les cartons, mais les discussions avec les partenaires publics ont permis de « trouver une solution ». Il se réjouit du dénouement. « Nous ne pouvons qu’applaudir cette bonne nouvelle pour le projet et pour la population. »

Rappelons que le gouvernement du Québec a déjà consenti une aide de 30 M$ à l’homme de théâtre Robert Lepage pour son projet de 54 M$, alors que la Ville de Québec avait déjà déplié 7 M$, une dépense critiquée par le chef de l’opposition à l’hôtel de ville, Jean-François Gosselin. Il n’a pas été possible de lui parler vendredi.