/news/politics
Navigation

La gestion de la nouvelle vedette caquiste critiquée

Le CSSS que dirigeait Danielle McCann blâmé pour un contrat

La gestion de la nouvelle vedette caquiste critiquée
Photo Pierre-Paul Poulin

Coup d'oeil sur cet article

À l’époque où il était dirigé par la nouvelle candidate caquiste Danielle McCann, le CSSS du Sud-Ouest-Verdun a été critiqué dans un rapport pour l’octroi sans appel d’offres d’un contrat d’une valeur de 466 350 $.

En 2013, une vérification commandée par le ministre de la Santé Réjean Hébert dévoilait que trois CSSS avaient attribué cinq contrats à Proaction, sans concurrence ni justifications, pour un total de 2 177 095 $.

La firme privée se spécialisait dans la mise en application de la « méthode Toyota », qui consiste notamment à minuter tous les actes des employés en soins à domicile afin d’en améliorer les performances.

« Informations privilégiées »

Parmi les CSSS ciblés se trouvait celui du Sud-Ouest-Verdun. Alors que Mme McCann en était la directrice générale, en 2011, l’établissement a accordé à Proaction un contrat d’une valeur de 466 350 $, de gré à gré.

Pourtant, les contrats d’une valeur de plus de 100 000 $ devaient, sauf exception, faire l’objet d’un appel aux soumissions, notent les auteurs du rapport.

« Bien que les contrats aient été signés par les atorités concernées, nous sommes d’avis que le mode d’attribution suivi à l’égard de ces contrats a dérogé à l’esprit et aux principes de la Loi, dont ceux de transparence, d’équité et d’accessibilité », écrivent-ils.

De plus, le CSSS du Sud-Ouest-Verdun avait, comme quatre autres établissements, permis à Proaction de réaliser gratuitement des travaux d’analyse préliminaire.

« Cette décision pouvait permettre à Proaction de chiffrer non seulement les montants des économies potentielles, mais également d’avoir accès à des informations privilégiées, ce qui risquait de la placer dans une position avantageuse par rapport à ses concurrents », soulignait le rapport.

Invitée à commenter, la CAQ a affirmé que le « contrat a été octroyé dans un contexte particulier où il fallait agir rapidement ».

« Expertise bien précise »

« La firme en question disposait d’une expertise bien précise. Danielle McCann assume totalement cette décision », assure l’attaché de presse du parti, Ewan Sauves. Danielle McCann est aujourd’hui pressentie pour devenir ministre de la Santé dans un éventuel gouvernement Legault.

De plus, le contrat a « généré de bons résultats », ainsi que des « économies allant au-delà du montant du contrat », ajoute le porte-parole.

Quant à son passage au poste de PDG à la tête de l’Agence de la santé et des services sociaux de Montréal, des sources bien au fait du dossier indiquent que le gouvernement Marois était insatisfait du travail de la gestionnaire.

La méthode Toyota

  • Danielle McCann a été nommée PDG de l’Agence de la santé et des services sociaux de Montréal, en mars 2012, par le ministre de la Santé Yves Bolduc.
  • Celui-ci a introduit la méthode Toyota dans le réseau de la santé, qui vise à amener une plus grande performance des employés.
  • En 2012, l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux s’inquiétait « de la volonté affichée » de la nouvelle PDG de « généraliser les projets d’optimisation des soins à domicile à l’ensemble des CSSS de l’île de Montréal ».
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.