/finance
Navigation

Le Québec peut-il se payer le salaire minimum à 15$?

Les partis, les syndicats et les employeurs ne s’entendent pas

FD-MANIFESTATION-SALAIRE-MINIMUM
Photo d'archives, Agence QMI Manifestation pour demander notamment la hausse du salaire minimum à 15$ l’heure devant les bureaux du premier ministre, en novembre 2015.

Coup d'oeil sur cet article

La catastrophe tant redoutée n’a pas eu lieu. En Ontario, un an après l’annonce de la fixation du salaire minimum à 15 $ l’heure en 2019, les PME ont survécu, l’explosion appréhendée des prix ne s’est pas concrétisée et l’emploi a connu son meilleur score... en 18 ans. De quoi alimenter le débat au Québec.

Le 1er janvier dernier, la province voisine a vu son salaire minimum bondir de 21 % d’un coup, à 14 $ l’heure. L’an prochain, celui-ci devrait se hisser à 15 $, comme en Alberta, si le nouveau premier ministre Doug Ford n’annule pas cette décision.

Au Québec, les organisations syndicales et de travailleurs aimeraient bien qu’on emboîte le pas. Depuis deux ans, elles se sont mobilisées comme jamais pour revendiquer cette hausse. Elles soutiennent qu’il est impossible de vivre décemment en étant payé au salaire minimum, même lorsque l’on travaille à temps plein.

Les données ontariennes ont de quoi les encourager. Dans le secteur des services d’hébergement et de restauration, où une forte proportion de salariés touchent le minimum légal, plus de 7100 emplois se sont ajoutés depuis la hausse, contrairement aux prévisions. Celui des transports et de l’entreposage a gagné 13 500 emplois.

« Les employeurs semblent réticents à se séparer de leurs travailleurs même s’ils coûtent désormais plus cher, peut-être en raison des pénuries de main-d’œuvre », avance l’économiste Krishen Rangasamy de la Banque Nationale. « La persistance de ventes et de bénéfices solides pourrait également expliquer la résilience de l’emploi. »

Positions tranchées

À droite comme à gauche, les positions sur cette question sont tranchées.

Québec solidaire affirme que l’économie québécoise a les reins assez solides pour faire face à une hausse de 25 % du salaire minimum dès le 1er mai prochain. La formation prône aussi un salaire « maximum » : les PDG d’entreprises subventionnées par l’État, comme Bombardier, ne pourraient pas empocher plus que 30 fois le salaire de l’employé le moins bien payé.

« Le salaire à 15 $, on ne veut pas le faire de façon brusque, pour (éviter) que ça occasionne des pertes d’emploi. On est plus raisonnables (que Québec solidaire) », fait valoir le député péquiste et économiste Alain Therrien.

À la Coalition avenir Québec, François Bonnardel écarte complètement cette idée. Il reprend à son compte les arguments employés par les détracteurs de la hausse ontarienne. « Le salaire à 15 $, c’est irréaliste et ça va mettre en péril l’économie du Québec. » Il croit aussi que beaucoup de jeunes sont à risque de décrocher si les emplois au salaire minimum deviennent trop attrayants.

Les libéraux, enfin, ne changeront pas de cap. Ils ont l’intention d’augmenter le salaire minimum pour que celui-ci représente 50 % du salaire horaire moyen d’ici 2020. Si c’était le cas aujourd’hui, une personne en bas de l’échelle serait payée 12,47 $.

 

Tenir compte du coût de la vie

Dans le débat sur le salaire minimum à 15 $ l’heure, il faut tenir compte d’autres facteurs, mettent en garde les experts. « Même si au Québec, le salaire minimum est plus bas qu’en Ontario, en Alberta ou en Colombie-Britannique, cela ne signifie pas que le revenu disponible est nécessairement le plus bas. Le coût de la vie plus bas et le système d’impôts et de transferts au Québec font en sorte que la charge fiscale nette est ici la plus basse », rappelle le chercheur Luc Godbout de l’Université de Sherbrooke.

 

QUELQUES CHIFFRES

 

12 $ 

  • salaire minimum au Québec depuis le 1er mai

24,94 $

  • salaire horaire moyen au Québec en 2017

233 200

  • travailleurs québécois touchent le salaire minimum

58 %

  • d¹entre eux sont des femmes

40,1 %

  • des travailleurs au salaire minimum ont plus de 24 ans

800 000

  • travailleurs gagnent moins que 15 $ l¹heure

 

CE QUE PROPOSENT LES PARTIS

 

CAQ

  • Augmenter le salaire « de façon progressive et constante », mais la CAQ refuse pour l¹instant de préciser combien cela pourrait représenter lors d¹un premier mandat.

 

PQ

  • Hausser le salaire minimum à 15 $ l¹heure, mais seulement en 2022. « On ne veut pas le faire de façon brusque, pour (éviter) que ça occasionne despertes d¹emploi », dit l¹économiste et député péquiste Alain Therrien.

 

PLQ

  • Non au salaire à 15 $, mais les libéraux promettent d¹atteindre en 2020 « un ratio équivalant à 50 % du salaire horaire moyen, sans l¹excéder ». Cette cible a mené à une hausse de 1,25 $ du salaire minimum depuis 2 ans.

 

QS

  • Imposer dès 2019 le salaire à 15 $ l¹heure et indexer cette somme chaque année par la suite. En contrepartie, offrir un programme d¹aide de 100 M$ destiné aux PME et aux autres employeurs affectés par la hausse.