/elections
Navigation

Lisée affrontera Marissal dans un débat local

Lisée affrontera Marissal dans un débat local
CAPTURE D'�CRAN / TVA NOUVELLES / AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Jean-François Lisée affrontera son rival de Québec solidaire, Vincent Marissal, dans le cadre d’un débat local dans sa circonscription de Rosemont.

L’évènement, organisé par la Corporation de développement communautaire de Rosemont, aura lieu le 11 septembre, soit 48 heures avant le premier grand débat national sur les ondes de Radio-Canada, qui l’opposera cette fois à Philippe Couillard, François Legault et Manon Massé. Les solidaires et les caquistes ont aussi donné leur accord à la tenue du face-à-face dans Rosemont.

Le chef péquiste ne s’inquiète pas des conséquences de ce choix plutôt inhabituel pour un chef de parti durant une campagne électorale nationale.

«Être en politique, c’est se mettre utilement en danger devant ses électeurs, constamment. De voir un candidat pour une circonscription refuser de débattre avec les autres candidats, parce qu’il est chef, parce qu’il est premier ministre, je trouve ça inacceptable. Les citoyens de Rosemont ont droit de voir un débat entre leurs candidats et on va discuter d’enjeux locaux, peut-être un petit peu d’enjeux nationaux, pour moi, il n’y a pas de débat sur le débat», a-t-il insisté dimanche, quelques minutes avant son investiture dans Rosemont.

Un sondage interne de la firme Repère Communication réalisé pour le compte du Parti québécois démontre que M. Lisée devance son adversaire solidaire dans sa circonscription, mais que la lutte s’annonce serrée.

Le chef péquiste bénéficie de 34,6% d’appuis, tandis que l’ex-chroniqueur Marissal peut compter sur 25,8% des intentions de vote. Le coup de sonde démontre toutefois que les choses peuvent changer puisqu’une bonne partie des électeurs de Rosemont n’ont pas encore fait leur nid. Pas moins de 27,2% des gens sondés sont encore indécis.

Legault et Couillard?

Jean-François Lisée soutient qu’il ne s’agit pas d’un aveu que ses appuis sont fragiles. Il estime que c’est le devoir de tous les chefs de parti de le faire.

«Je m’élève au niveau des électeurs de Rosemont. Je pense que M. (Philippe) Couillard a tort de ne pas faire un débat local, et je ne sais pas si M. (François) Legault a pris la décision de faire un débat local. J’espère que Manon Massé va faire un débat local avec (la candidate péquiste dans Sainte-Marie–Saint-Jacques) Jennifer (Drouin)», a-t-il dit.