/news/politics
Navigation

Attente pour un médecin de famille: De longs délais que Québec camoufle

L’accès à un médecin de famille beaucoup moins rapide que l’indiquent les statistiques de la Santé

Gaétan Barrette
Photo d'archives, Simon Clark Gaétan Barrette

Coup d'oeil sur cet article

Les délais d’attente sur le Guichet d’accès aux médecins de famille sont beaucoup plus longs, parfois même du double, que ceux publiés par le ministère de la Santé, démontre un document dont notre Bureau parlementaire a obtenu copie.

Selon les chiffres fournis à l’étude des crédits, les patients les plus vulnérables (catégorie A) attendaient en moyenne depuis 163 jours dans la Capitale-Nationale.

Dans les faits, l’attente moyenne réelle est de 369 jours. Sur la Côte-Nord, l’écart est encore plus important : les données officielles affichaient 74 jours, tandis que le délai véritable est plutôt de 202 jours.

La catégorie A concerne notamment les gens atteints d’un cancer actif, en soins palliatifs ou en état psychotique qui doivent être vus en moins de sept jours.

Compteurs remis à zéro

C’est que les données fournies par le ministère de la Santé, de même que celles présentées par le ministre à l’étude des crédits au printemps dernier, calculent le temps d’attente depuis la création du Guichet d’accès aux médecins de famille (GAMF) en avril 2016.

Toutefois, lors de la création du GAMF, 359 000 patients déjà inscrits sur les Guichets d’accès pour la population orpheline (GACO) ont été transférés vers le nouveau système centralisé. Les délais d’attente, eux, ont alors été remis à zéro.

« Toute cette attente-là préalable à l’instauration du guichet en avril 2016 est disparue », dénonce la critique péquiste en matière de santé, Diane Lamarre, qui a obtenu les délais révisés du ministère de la Santé.

À preuve, la moyenne d’attente en Outaouais pour la deuxième catégorie de patients les plus vulnérables (catégorie B) en incluant l’époque du GACO est de 965 jours. Pourtant, le GAMF a été lancé il y a 865 jours...

Données tronquées

Pour Diane Lamarre, il ne fait aucun doute que le ministre Barrette est personnellement responsable de ces données tronquées. « Gaétan Barrette a caché les temps d’attente réels pour avoir un médecin de famille et c’est de la fausse information, dénonce-t-elle. C’est vraiment très grave pour un ministre de la Santé d’avoir dissimulé cette information-là, d’avoir camouflé tout ça. »

Avec ces données révisées, plusieurs temps d’attente dépassent les deux ans, tandis que les chiffres publiés par le ministère à l’étude des crédits n’excédaient pas un an. Le ministre Barrette, dit Diane Lamarre, « dissimule une réalité qui, aux yeux de l’ensemble des Québécois, apparaîtrait totalement inacceptable ».

Invité à commenter, le cabinet du ministre Barrette a référé les questions de notre Bureau parlementaire aux échanges lors de l’étude des crédits. Gaétan Barrette avait alors expliqué que « le compteur a commencé à zéro à la création du guichet ».

Les patients en attente qui ont été transférés du GACO ont toutefois conservé leur priorité sur le GAMF, soulignait-il.

 

Patients les plus vulnérables Délais affichés (jours) Délais réels (jours)
Saguenay-Lac-Saint-Jean 127 343
Mauricie et Centre-du-Québec 77 369
Capitale-Nationale 163 369
Montréal 89 217
Lanaudière 120 305
Laurentides 140 392

 

Patients les moins vulnérables Délais affichés (jours) Délais réels (jours)
Saguenay-Lac-Saint-Jean 256 412
Mauricie et Centre-du-Québec 293 530
Capitale-Nationale 287 551
Montréal 271 499
Lanaudière 276 607
Laurentides 277 661