/elections
Navigation

Le Bouyonnec démissionne comme président de la CAQ et ne sera pas candidat

«C’est difficile d’être pratiquement un paria», dit Stéphane Le Bouyonnec

Stéphane Le Bouyonnec renonce à porter les couleurs de la CAQ dans la circonscription de La Prairie.
Photo d'archives, Agence QMI Stéphane Le Bouyonnec renonce à porter les couleurs de la CAQ dans la circonscription de La Prairie.

Coup d'oeil sur cet article

Le président de la CAQ et candidat dans La Prairie Stéphane Le Bouyonnec a annoncé sa démission surprise en pleine campagne électorale après être devenu « pratiquement un paria » au sein de son parti.

« Quand t’es habitué à être vraiment un leader d’une formation politique et que tu jouis du respect de tous tes pairs, et que t’es pratiquement dans toutes les décisions et toutes les annonces importantes, c’est difficile après d’accepter d’être pratiquement un paria, pratiquement quelqu’un pour lequel les gens ont des doutes sur la moralité », a indiqué M. Le Bouyonnec en entrevue avec Le Journal.

Le chef de la CAQ, François Legault, à gauche, en compagnie de Stéphane Le Bouyonnec.
Photo d’archives, Marc-André Gagnon
Le chef de la CAQ, François Legault, à gauche, en compagnie de Stéphane Le Bouyonnec.

Dans un message publié sur les médias sociaux, il indiquait que « cela fait des décennies que je travaille à l’émergence d’une troisième voie au Québec » et que cet objectif est « trop important pour prendre le risque de nuire à la campagne » de François Legault.

M. Le Bouyonnec y affirme ne pas vouloir laisser les adversaires politiques de la CAQ « se servir de son parcours professionnel » pour nuire aux chances du parti.

Prêts à 90 % d’intérêts

En juin dernier, notre Bureau d’enquête révélait que M. Le Bouyonnec présidait le CA d’une entreprise canadienne de prêt privé à 90 % d’intérêt et plus – une pratique interdite au Québec, mais permise ailleurs au pays –, Techbanx.

M. Le Bouyonnec avait liquidé ses actions, et François Legault avait passé l’éponge.

Or, coup de théâtre, en pleine campagne électorale, alors qu’il a participé à un rassemblement militant dans Montarville la fin de semaine dernière, il choisit de claquer la porte.

« Y a rien de nouveau. Mais j’ai compris qu’avec cette histoire-là, je nuisais à mon parti. L’histoire pouvait encore revenir sous d’autres formes. J’ai travaillé trop longtemps pour ce parti-là pour devenir un boulet », a-t-il ajouté.

François Legault a appris la nouvelle lundi soir.

« On en a discuté. Sincèrement, je trouve ça dur pour lui ce qu’on fait vivre à sa famille. Je trouve ça dur pour lui la façon dont on le traite », a dit François Legault.

« C’est un moment difficile. Stéphane, je le connais depuis le début de la CAQ. Il a beaucoup travaillé pour qu’une troisième voie prenne le pouvoir au Québec. Il a commencé avec Mario Dumont et il est venu me voir pour essayer de mettre ensemble la CAQ et l’Action démocratique du Québec », a-t-il ajouté.

Il estime qu’il s’agit du « sacrifice honorable » d’un homme qui ne veut pas être une « distraction ».

 

Qui est Stéphane Le Bouyonnec ?

  • 56 ans
  • Élu en 2012 pour la Coalition avenir Québec
  • Battu en 2014
  • Président de la CAQ depuis 2014