/news/politics
Navigation

Un prêt personnel de 55 000$ à Éric Caire

Le maire de L’Ancienne-Lorette, Émile Loranger, dit avoir agi «de bonne foi»

Émile Loranger a prêté 55 000 $ au député caquiste Éric Caire et à sa conjointe de l’époque. Le maire de L’Ancienne-Lorette dit avoir agi de bonne foi. Sur la photo, M. Loranger en 2006.
Photo d'archives, Simon Clark Émile Loranger a prêté 55 000 $ au député caquiste Éric Caire et à sa conjointe de l’époque. Le maire de L’Ancienne-Lorette dit avoir agi de bonne foi. Sur la photo, M. Loranger en 2006.

Coup d'oeil sur cet article

Coup de tonnerre mardi soir à L’Ancienne-Lorette. Après que quatre conseillers eurent annoncé qu’ils larguaient Équipe Loranger pour siéger comme indépendants, la mairesse suppléante a déclaré que le maire avait fait un prêt personnel de 55 000 $ au député Éric Caire et sa conjointe.

En entrevue au Journal, le maire Loranger – qui n’était pas présent au conseil de ville – a d’ailleurs confirmé avoir prêté cette somme à son ancienne chef de cabinet, Marie-Ève Lemay et son ex-conjoint, le député de la CAQ, Éric Caire il y a un peu plus d’un an.

Éric Caire
Photo d'archives, Simon Clark
Éric Caire

Le prêt « questionnable », selon la mairesse suppléante Sylvie Mme Falardeau, a cependant été remboursé depuis. Le montant a été ajouté à la déclaration d’intérêts pécuniaires du maire Loranger, qui a été mise à jour et déposée mardi soir au conseil de ville.

Le prêt personnel a été consenti pour permettre au couple de faire l’acquisition d’une maison à L’Ancienne-Lorette, a expliqué M. Loranger. Il dit n’avoir jamais réfléchi à un potentiel conflit d’intérêts, bien que la Ville de L’Ancienne-Lorette – dont il est le maire – se trouve sur le territoire de la circonscription de La Peltrie, celle de M. Caire.

« Je n’ai jamais pensé à ça. C’est après que quelqu’un m’a dit que ça faisait bizarre. Moi et ma femme, on a fait ça pour les aider. Tout ça a été fait de bonne foi, sans aucune arrière-pensée de quelque façon que ce soit [...] sauf qu’après ça, comment ça va être interprété, je n’en ai aucune idée », a-t-il reconnu candidement.

Isolé

Associée au maire Loranger depuis plus de 30 ans, Mme Falardeau a également annoncé son départ d’Équipe Loranger, tout comme les conseillers Sylvie Papillon, Josée Ossio et André Laliberté, pour « prendre du recul ». Ils siégeront dorénavant comme indépendants, jusqu’à la fin de leur mandat.

« Il n’est pas là et il y a un dossier en cour. [Émile Loranger est visé par une plainte de harcèlement psychologique] [...] Ça nous permet d’avancer plus. C’est plus simple », a-t-elle timidement commenté.

M. Loranger s’est quant à lui montré froissé par la nouvelle. « C’est leur décision. Je vais vivre avec. Est-ce que je le prends personnel ? Bien sûr ? Eux, ils ont décidé que j’étais coupable avant le procès, ce qui est loin d’être prouvé. »

Plainte de harcèlement

La mairesse suppléante a également précisé que les frais d’avocats liés à la plainte de harcèlement psychologique dont fait l’objet M. Loranger s’élèvent maintenant à 27 000 $. Un montant défrayé par les contribuables.

Elle a précisé qu’un processus de médiation entre les deux parties aura « probablement » lieu dans la semaine du 10 septembre. « Au besoin, une audition au tribunal administratif du travail est prévue le 9 novembre », a-t-elle ajouté.

Le maire de L’Ancienne-Lorette, Émile Loranger, est visé par une plainte de harcèlement psychologique déposée par un membre du personnel de la municipalité.