/news/education
Navigation

Intervention précoce et dépistage dès le début du primaire

Solution recommandée par Monique Brodeur, Véronique Dupéré, Michel Janosz, Michel Perron, Pierre Potvin et Égide Royer

Coup d'oeil sur cet article

Dès l’âge de 7 ans, un élève qui éprouve un retard scolaire est plus à risque de décrocher au secondaire, si ses difficultés persistent tout au long du primaire. D’où l’importance d’intervenir tôt, afin que les élèves aient acquis les compétences de base en lecture et en écriture à la fin de leur deuxième année.

Il y a 10 ans, à la Commission scolaire de la Rivière-du-Nord, le taux de réussite des élèves de sixième année en lecture et en écriture oscillait entre 65 et 74 %.

Le directeur adjoint de l’époque, Marc St-Pierre, avait tenté de redresser la situation. Il avait convaincu tous les enseignants de maternelle d’opter pour un programme québécois basé sur des approches ayant fait leurs preuves aux États-Unis: «La forêt de l’alphabet».

Misant sur le jeu, ce programme permet aux élèves d’apprendre les lettres dès la maternelle. Au début du primaire, il est combiné à d’autres approches qui ont également fait leurs preuves.

Résultat: une fois rendus en sixième année, ces élèves étaient devenus d’excellents lecteurs, si bien qu’en 2016, le taux de réussite en lecture et en écriture était de plus de 90 %.

«On a réussi à réduire de moitié l’écart entre les garçons et les filles», indique M. St-Pierre.

Ne pas attendre l’échec

De manière plus générale, ce programme peut aussi faire partie d’un modèle d’intervention précoce et de dépistage largement implanté aux États-Unis et en Alberta depuis plus de 10 ans: la «Réponse à l’intervention» (RAI), qui est le contraire de l’approche «attendre l’échec avant d’agir».

Pratiques éprouvées

Cette approche ne vise pas spécifiquement les garçons, mais ce sont eux qui en bénéficient le plus, puisqu’ils éprouvent davantage de difficultés scolaires, résume Monique Brodeur, doyenne de la Faculté des sciences de l’éducation à l’UQAM.

Le modèle RAI mise d’abord sur des pratiques pédagogiques qui ont fait leurs preuves, comme des activités permettant de faire des liens entre les lettres et le son qu'elles produisent, pour l’apprentissage de la lecture.

La pratique d'activités de ce type pendant des périodes de 30 minutes par jour, trois à quatre fois par semaine, est associée à une plus grande réussite en lecture, explique Line Laplante, professeure à l’UQAM, qui a réalisé un projet de recherche sur la question.

Avec ces interventions efficaces, on peut s’attendre à ce qu’environ 80 % des élèves fassent les apprentissages prévus.

Petits groupes

Des approches plus spécifiques, en petits groupes, seront alors mises en place par l’enseignante ou l’orthopédagogue pour les élèves qui éprouvent plus de difficultés (en règle générale, de 15 à 20 % des élèves).

Pour remédier à des difficultés en lecture, on augmentera par exemple la fréquence des activités, en ajoutant une seconde période de 30 minutes par jour, trois à quatre fois par semaine.

Interventions spécifiques

Après ce deuxième niveau d’intervention, on peut s’attendre à ce que 5 % des élèves n’arrivent toujours pas à faire les apprentissages prévus. Des interventions encore plus spécifiques et personnalisées seront alors faites par l’orthopédagogue, qui pourrait diagnostiquer un trouble d’apprentissage.

Cette approche à trois niveaux, qui implique aussi l'évaluation régulière des élèves en vue d’intervenir avant qu’ils ne prennent trop de retard, a fait ses preuves, affirme Line Laplante, ajoutant que de plus en plus de commissions scolaires s’y intéressent.

Le défi reste toutefois sa mise en œuvre à grande échelle, ce qui ne se fait pas toujours dans des conditions idéales, déplorent des syndicats d’enseignants. «Il faut avoir les moyens de l’implanter correctement», prévient Mme Laplante.

Diagnostic

Quelle que soit l’approche choisie, l’important est de ne pas attendre qu’un élève en difficulté reçoive un diagnostic avant d’intervenir, souligne de son côté le professeur Égide Royer.

«Il faut à tout prix sortir de cette logique-là», lance-t-il.