/weekend
Navigation

Les nouvelles expositions de l’automne

Coup d'oeil sur cet article

Le 70e anniversaire du Refus global sera souligné de différentes manières cet automne dans les musées du Québec. L’art québécois, nos hivers rigoureux, la religion et la diversité culturelle sont autant de thèmes qui feront également vibrer les institutions muséales durant les prochains mois. Voici un coup d’œil sur les expositions incontournables de la saison, tant à Québec qu’à Montréal.

Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM)

Trois nouvelles expositions

  • Dès le 28 août
Resplendissantes enluminures
Photo courtoisie, MBAM Christine Guest
Resplendissantes enluminures

Un des plus grands peintres et sculpteurs du XXe siècle, l’Américain Alexander Calder, n’avait jamais connu de grande rétrospective au Canada. Ce sera chose faite dès le 21 septembre avec Alexander Calder, un inventeur radical, qui rassemblera une centaine d’œuvres, dont ses fameux mobiles suspendus et des figurines en fil de fer. Calder a été associé à l’Expo 67 grâce à l’immense œuvre Trois disques (Homme).

Puis, pour la première fois, une exposition sera consacrée au patrimoine méconnu des livres d’heures, des livres de prières destinés aux catholiques laïques, de l’époque médiévale et de la Renaissance. On découvrira grâce à Resplendissantes enluminures une cinquantaine d’artefacts, dont plusieurs ouvrages contiennent ces fascinantes peintures miniatures qui illustrent la vie du Christ, des saints et de la Vierge.

  • Du 5 septembre au 6 janvier.

Finalement, l’exposition Connexion, qui débute le 4 septembre, a été montée avec le travail de sept artistes canadiens en art contemporain, issus de la diversité culturelle, qui se sont inspirés des objets de la collection des cultures du monde du Musée. Les œuvres seront présentées aux côtés des objets qu’ils ont sélectionnés.

Musée d’art contemporain (MAC)

La place aux manifestes

  • Du 20 octobre 2018 au 20 janvier 2019
Œuvre de Françoise Sullivan
Photo courtoisie, Guy L'Heureux
Œuvre de Françoise Sullivan

Le MAC met en lumière les manifestes d’artistes cet automne, en concordance avec le 70e anniversaire du Refus global. Il s’agit des dernières expositions avant la fermeture du musée en janvier pour 36 mois, qui serviront à faire une importante cure de jeunesse. Elles seront toutes inaugurées le 20 octobre.

Une rétrospective honorera une pionnière de l’art moderne et contemporain du Québec et signataire du Refus global, Françoise Sullivan, aujourd’hui âgée de 93 ans. On y soulignera les moments clés de sa carrière et ses différentes approches, avec des peintures, sculptures et documents d’archives.

En parallèle, l’installation vidéo immersive écrite et réalisée en 2015 par Julian Rosefeldt, Manifesto, proposera une éblouissante performance de l’actrice Cate Blanchet qui se décline sur treize écrans. D’ouvrière à sans-abri, elle incarne plusieurs rôles dont les monologues sont tirés de manifestes artistiques qui ont vu le jour au cours des 150 dernières années, dont Dogme95, de Lars Von Trier, un manifeste contre l’esthétique hollywoodienne.

Un des exemplaires du Refus global, signé en 1948, fera partie de l’exposition documentaire Partitions, qui présentera des originaux de la plupart des grands manifestes cités dans Manifesto.

World Press Photo 

  • Marché Bonsecours, 325, rue de la Commune Est. Du 29 août au 30 septembre
Soirée de vernissage du World Press Photo 2017
Photo courtoisie, Instagram wppmtl
Soirée de vernissage du World Press Photo 2017

Toujours percutante, la 13e édition du plus prestigieux concours professionnel de photographie présente ses derniers lauréats. En 2018, 4500 photographes de 125 pays ont soumis 73 000 images qui sont le reflet des enjeux mondiaux. En 2017, 55 000 visiteurs ont passé les tourniquets de l’exposition en 30 jours à Montréal.

Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ)

L’art du Québec à l’honneur.

  • Dès le 11 octobre 2018
Marcel Barbeau, Bec de brise, 1959
Photo courtoisie, Idra Labrie
Marcel Barbeau, Bec de brise, 1959

L’art québécois fait vibrer le MNBAQ tout l’automne, d’abord avec la plus grande rétrospective jamais présentée sur Marcel Barbeau, un des signataires du Refus global, pionnier de l’art contemporain qui a fréquenté les Riopelle et Borduas. L’exposition couvrira sept décennies et les diverses directions de sa pratique.

Puis, dès le 15 novembre, le MNBAQ déploie plus de 800 œuvres de sa collection d’art ancien et moderne dans le cadre de trois expositions d’envergure.

350 ans de pratiques artistiques au Québec offrira un panorama de l’histoire de la culture visuelle de l’époque de la Nouvelle-France jusqu’aux années 1960. En complément, l’exposition Mirage blanc abordera la saison de l’hiver québécois et la nordicité à travers 70 œuvres de différentes époques.

D’où venons-nous ? Que sommes-nous ? Où allons-nous est non seulement le titre d’une œuvre du peintre québécois Jean McEwen, mais aussi le titre de l’exposition, qui comprend 40 œuvres sur le questionnement identitaire.

Sinon, le MNBAQ présentera aussi dès le 26 septembre, l’installation Solar Equation de Rafael Lozano-Hemmer. Après l’Allemagne, la Corée du Sud, l’Australie et l’Angleterre, cette reconstitution du Soleil inspirée par des données de la NASA illuminera le hall du pavillon Pierre Lassonde.

Musée de la civilisation

Les sosies d’aujourd’hui des dieux grecs

  • Du 24 octobre 2018 au 12 mai 2019
Lysa, qui  ressemble à une jeune femme romaine, ayant vécu vers 170 après Jésus-Christ fait partie des 75 000 photos reçues pour l’exposition Mon sosie a 2000 ans.
Photo courtoisie
Lysa, qui ressemble à une jeune femme romaine, ayant vécu vers 170 après Jésus-Christ fait partie des 75 000 photos reçues pour l’exposition Mon sosie a 2000 ans.

Après plus de deux ans de travail, c’est enfin le 24 octobre qu’on pourra découvrir l’exposition Mon sosie a 2000 ans, au Musée de la civilisation. Avec la collaboration du photographe François Brunelle et grâce à un logiciel de reconnaissance faciale, le musée a trouvé sur la planète une trentaine de parfaits sosies de bustes antiques gréco-romains, qui datent de 2000 ans. Le musée avait reçu 108 000 photos de citoyens de partout dans le monde.

Parmi les heureux élus, il y a des gens comme Lysa, sur la photo, qui ressemble à une jeune femme romaine, ayant vécu vers 170 après Jésus-Christ.

Et tant qu’à redécouvrir les figures du passé, le musée ressort de ses réserves dès le 25 septembre, des statues de cire qui composaient les scènes des Musées de cire de Montréal et Québec, avant leur fermeture en 1989 et 2007. Parmi celles qui se retrouveront en vitrine, notons Albert Einstein, Jacques Cartier et Charles de Gaulle.