/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Les humoristes qui me font rire (et les autres)

Coup d'oeil sur cet article

Ah, la rentrée ! Des humoristes vont nous vendre leurs spectacles, leurs émissions de télé et l’ensemble de leur œuvre.

Voici mon palmarès des humoristes qui ont réussi à me faire sourire à pleines dents et ceux qui me font plutôt grincer des dents.

François Morency

J’ai tout simplement adoré Discussions avec mes parents, l’émission de fiction de François Morency, qui raconte le quotidien de sa vie de famille, diffusée à Radio-

Canada à compter du 10 septembre. Une série profondément humaine, qui sonne vrai (on en connaît des pères-fils incapables de se parler sans que Môman soit présente).

Oui, c’est gentil ; non, on n’est pas dans le « bitchage » ; mais pourquoi bouder son plaisir ? Faut-il forcément que l’humour soit cinglant, méchant et sarcastique ?

Et puis, c’est chouette de voir une émission qui se passe à Québec, chez du vrai monde, avec une maison ordinaire, dans une cuisine pas du tout rénovée. Morency a réussi à me faire rire aux éclats et pleurer aux larmes dans le même épisode. Faut le faire !

François Bellefeuille

Avec son « autototon » et son autodérision, François Bellefeuille m’avait dilaté la rate — comme je n’avais pas ri depuis longtemps — avec son spectacle Le plus fort au monde. J’avais tellement ri que j’avais de la difficulté à reprendre mon souffle entre les punchs. Alors quand j’ai su qu’il mettait en ligne des nouvelles capsules de promotion j’avais hâte de voir ce que ça allait donner. Je n’ai pas été déçue. Décidément, c’est le personnage désagréable le plus agréable à écouter. Le grincheux le plus attachant.

Martin Matte

Martin Matte a eu droit à des mauvaises critiques de son dernier spectacle. Le week-end dernier à l’émission Le beau dimanche, il a expliqué à Jean-Philippe Wauthier que s’il avait été égratigné pas les critiques, c’était entre autres parce que les journalistes avaient pu être frustrés qu’il n’organise pas de première médiatique.

Cet argument ne tient pas la route deux secondes. Son spectacle n’aurait pas été meilleur si mes collègues et moi avions été invités tous ensemble le même soir au lieu d’acheter des billets à des soirs différents.

C’est bien dommage que Matte n’ait pas plutôt répondu de front aux arguments de ceux qui trouvaient que ses blagues manquaient d’originalité. Au lieu de se remettre en question, il a préféré dévier la question en insinuant que les critiques lui faisaient « payer » leur frustration. Quelle occasion manquée de se livrer à une saine introspection !

Guillaume Wagner

Dans le communiqué annonçant son prochain spectacle, on lit que « Guillaume Wagner se questionne sur ce que deviendra ce monde qu’il doit introduire (sic) à son jeune fils ».

Je souhaite très sincèrement à Wagner que personne ne s’en prenne à son fils comme lui s’en est pris au mien sur les médias sociaux.

Jamais je n’aurais pensé deux secondes attaquer les enfants d’un artiste dont le travail me déplaît.

Mais Wagner, pas assez courageux pour me critiquer personnellement, s’en est pris à mon fils de la pire façon qui soit.

Un humoriste qui dénonce l’intimidation, mais qui intimide un enfant qu’il ne connaît même pas, ça ne me fait pas rire du tout.