/elections
Navigation

Couillard promet 153 M$ de plus «dans les poches» des aînés

Couillard promet 153 M$ de plus «dans les poches» des aînés
Photo Marc-André Gagnon, Journal de Québec

Coup d'oeil sur cet article

SHERBROOKE | Pour mieux communiquer le message, le chef libéral Philippe Couillard, qui est en pause d’autobus de campagne cet après-midi, est arrivé avec une heure de retard à une résidence pour aînés à qui il a promis «plus d’argent dans leurs poches».

Invité par les journalistes à expliquer son retard, sous le regard attentif des locataires de la résidence Le Monastère qui l’attendaient, M. Couillard a expliqué que c’est pour rendre son annonce «communicable» qu’il est arrivé plus tard.

«Je voulais surtout la rendre assez facile à comprendre pour tout le monde. Vous savez, c’est très technique, ces histoires de crédits d’impôt», a expliqué le premier ministre. [...]Je pense qu’ils ont très bien compris ici, que je vais mettre plus d’argent dans leurs poches.»

L’annonce du jour a aussi été précédée par un cafouillage au niveau des communications du parti, qui a fait circuler, à l’extérieur des autobus des médias qui suivent sa campagne, une première version d’un communiqué de presse, qui a plus tard été revue et corrigée.

Les aînés encouragés à travailler plus longtemps

L’éventail de mesures fiscales pour mieux soutenir les aînés auquel s’est engagé le Parti libéral du Québec, mercredi, représenterait des investissements additionnels de 153 M$ par année.

À l’heure actuelle, «ce n’est pas payant pour les aînés de rester au travail», a reconnu M. Couillard.

Pour pallier cette réalité, les libéraux veulent donc offrir la possibilité à ceux qui choisissent de rester sur le marché du travail plus longtemps de suspendre ou de reporter leur rente jusqu’à 75 ans. Celle-ci serait alors bonifiée de 8,4 % par année. «Ce n’est pas quelque chose qu’on force les gens à faire», a souligné M. Couillard.

Les travailleurs d’expérience bénéficieraient également d’une bonification du crédit d’impôt qui leur est alloué. Le plafond du revenu admissible passerait de 11 000 $ à 12 000 $. Pour un travailleur de 65 ans, cela représenterait 150 $ de plus par année. Le plafond du crédit d’impôt pour maintien à domicile serait aussi augmenté de 1000 $.

Pause d’autobus

Philippe Couillard a également dû justifier pourquoi il ne faisait campagne qu’en avant-midi, mercredi.

«Ce n’est pas de vos affaires», a-t-il rétorqué, lorsqu’un journaliste lui a demandé ce qu’il faisait de ses après-midi libres. Samedi dernier, il n’avait aussi aucune activité publique d’inscrite à son agenda en après-midi.

«J’ai toujours quelque chose à faire», a-t-il assuré.

À la veille d’une autre rencontre avec l’Union des producteurs agricoles (UPA), «je vais bien sûr prendre du temps pour me retremper encore une fois dans les questions agricoles», a-t-il précisé.

M. Couillard a souligné que peu de chefs ont voyagé sur une distance aussi longue que celle qu’il a parcourue mardi. Après le réveil à Gapsé, hier matin, il s’est envolé pour Matane, avant de se rendre à Sept-Îles, où seule une poignée de militants s’est présentée à un rassemblement, pour enfin reprendre l’avion et passer la nuit à Sherbrooke.