/elections
Navigation

École vétustes: Québec solidaire veut renverser la «lente catastrophe»

École vétustes: Québec solidaire veut renverser la «lente catastrophe»
Photo Dominique Scali, Journal de Montréal

Coup d'oeil sur cet article

Québec solidaire veut ajouter 1,6 milliard de $ dans le budget des rénovations et constructions d’écoles pour renverser la «lente catastrophe» des bâtiments vétustes.

La chef Manon Massé en a fait l’annonce mercredi devant l’école Hochelaga, un établissement primaire fermé depuis 2012 pour cause de moisissures.

Cette école fait partie du «désert scolaire de la rue Adam», dans un quartier de Montréal où trois écoles ont été touchées par ce problème depuis 2011, a indiqué Alexandre Leduc, candidat dans Hochelaga-Maisonneuve.

Québec solidaire (QS) entend donc investir en éducation pour renverser cette «lente catastrophe» tout en contrant la surpopulation dans les écoles.

Des profs «abandonnés»

QS veut aussi hausser le salaire des enseignants et réduire le nombre d'élèves par classe.

«On a abandonné ces gens-là», a dit Mme Massé, qui souhaite améliorer les conditions de travail de enseignants.

Quelque 2100 nouveaux profs seraient embauchés d’ici quatre ans. Quelque 2300 professionnels, comme des orthopédagogues et orthophonistes, seraient aussi recrutés pour leur prêter main-forte.

L’augmentation de salaire des enseignants ne peut être quantifiée pour l’instant car elle ferait l’objet de «discussions et négociations», a expliqué Mme Massé.

Selon elle, les gouvernements des 15 dernières années ont délaissé le système d'éducation. «Une génération a été abandonnée par les décideurs politiques.»

Le milieu scolaire fait actuellement face à une pénurie de personnel. De nombreux profs quittent d’ailleurs la profession dans leurs premières années d’enseignement. Le plan d’embauche de QS serait donc possible en améliorant les conditions du corps professoral, a expliqué la chef.

«Le pari qu’on fait [...], c’est qu’elles [les enseignantes] seraient prêtes à revenir.»

Réinvestissement «massif»

Le plan de QS nécessiterait un investissement de 1,6 milliard de $ en infrastructures et de 340 millions de $ en embauche.

Ce réinvestissement «massif» en éducation serait financé par l’arrêt des subventions aux écoles privées et l’augmentation des impôts des grandes entreprises. Ces dernières profitent grandement du système scolaire québécois, a souligné Mme Massé.

«Québec solidaire veut faire de la prochaine génération la plus éduquée de l'histoire du Québec», a-t-elle déclaré.