/elections
Navigation

Les seuils d’immigrations réduits dès 2019, dit Legault

Les réfugiés et les regroupements familiaux également visés

Claire IsaBelle (à gauche) et François Legault
Photo Charles Lecavalier Claire IsaBelle (à gauche) et François Legault

Coup d'oeil sur cet article

LONGUEUIL | Un gouvernement caquiste réduirait les seuils d’immigrations de 50 000 à 40 000 dès 2019 et entamerait des négociations avec Ottawa pour que cette coupe touche également les réfugiés et les regroupements familiaux.

«Idéalement ça pourrait être proportionnel. Mais le Québec a compétence seulement dans l’immigration économique, donc ça suppose d’avoir un résultat de négociation pour les deux autres catégories. Mais au total, peu importe le résultat de la négociation avec Ottawa, on ne va pas excéder le seuil de 40 000 immigrants», a expliqué le chef caquiste mercredi lors d’une mêlée de presse à Longueuil.

Sur les 50 000 immigrants que le Québec reçoit chaque année, 30 000 proviennent de l’immigration économique, et près de 20 000 sont des réfugiés ou viennent rejoindre des membres de leur famille.

Le chef libéral Philippe Couillard a tiré à boulets rouges sur cette proposition de la CAQ. «Pour cette seule raison, parce qu’il y en a d’autres, la CAQ ne devrait pas être autorisée par la population à former le gouvernement», a-t-il tonné.

Il estime que la CAQ n’a aucun contrôle sur les deux dernières catégories d’immigration, et n’aura donc d’autre choix que de sabrer l’immigration économique alors même que le Québec fait face à une pénurie de main-d’œuvre.

Agir rapidement

François Legault a confirmé en matinée qu’un gouvernement caquiste agirait pour réduire les seuils d’immigrations dès janvier 2019, à la suite de la sortie maladroite d’une candidate qui avait plutôt affirmé que cette diminution se ferait progressivement au cours du mandat.

La CAQ veut également mettre la main sur la gestion des nouveaux arrivants provenant du programme de réunification familiale dans ses négociations avec Ottawa. C’est une «catégorie qui grossit très vite sans aucune condition», déplore François Legault. «Ils arrivent ici, pas besoin de parler français, pas besoin de travailler», a-t-il ajouté.

Il rappelle que l’an dernier, sur les 50 000 immigrants qui ont élu domicile au Québec, 59 % ne parlaient pas français et qu’une majorité d’entre eux n’ont pas accès à des cours de francisation. «Il y a un problème, on peux-tu se le dire», a-t-il lancé.

Quant aux attaques de Philippe Couillard, François Legault a rétorqué que le chef libéral «s’énerve toujours» lorsqu’il parle d’immigration et dresse un portrait glauque du mandat libéral. «C’est un échec sous les libéraux : 26 % des immigrants quittent le Québec. Ceux qui restent vivent avec un taux de chômage de 15 %», a-t-il dit.