/opinion/blogs
Navigation

Réplique à Steve E. Fortin

Steve E. Fortin
Photo d'archives, Agence QMI Steve E. Fortin

Coup d'oeil sur cet article

Cher M. Fortin,

Dans un long billet publié le samedi 1er septembre, j’ai eu l’impression que vous avez tenté de miner ma crédibilité en m’adressant une série de reproches dont on ne perçoit pas les fondements. Michelle Blanc a présenté ses excuses suite à des allégations calomnieuses envers moi, mais selon votre logique j’aurais aussi mes torts, puisque je ne l’aurais moi-même jamais fait auparavant.

En lisant ce sombre portrait, où l’on me présente comme un «diffamateur en série», j’ai peine à me reconnaître. Vous paraissez vouloir ternir ma réputation, qui plus est dans un grand média, en m’accusant d’être un «diffamateur», alors que je n’ai aucun antécédent judiciaire en cette matière (ni en aucune autre).

Sur la vérification journalistique

Commençons par cette critique: je serais coupable de ne pas «faire une vérification» auprès des personnes visées par mes billets.

Ironiquement, vous n’avez pas essayé de me contacter avant de publier votre billet contre moi. Vous avez par la suite corrigé votre texte, en admettant qu’il s’y trouvait au moins une grande erreur factuelle d’importance.

Vous aviez donc relayé au moins une «fake news», ce que vous avez admis plus tard en formulant des «excuses» dans la version corrigée.

Bien que je ne sois qu’un modeste blogueur sur Facebook, qui n’ai jamais reçu un seul sou pour mes textes, vous exigez de moi des standards que vous ne semblez pas respecter vous-même.

J’en donne un autre exemple. Le 7 juillet 2018, dans une chronique intitulée La «gauche inclusive» dérape..., vous avez cloué au pilori le militant antiraciste Will Prosper, sur la base d’un seul «like» fait sur Facebook, à propos de Maka Kotto.

Or, M. Prosper me confirme que vous ne l’avez jamais approché pour connaître son état d’esprit et sa version des choses. Vous l’avez donc critiqué publiquement, dans un média de masse, sans vous soucier de son point de vue, sans «faire une vérification» auprès de lui.

Sur le manque d’exemples dans votre article

Puisque vous ne m’avez pas contacté, il apparaît que votre principale source fut une chronique de Lise Ravary – Le roi de l’amalgame – dans laquelle vous avez reconnu au moins une contre-vérité de taille, à partir de laquelle vous aviez pourtant bâti une partie importante de votre critique:

«Camus a accusé l’historien Éric Bédard de sympathies d’extrême droite. Tout simplement dégueulasse quand on sait à quel point cet homme est un humaniste, un homme de tolérance».

Le seul petit hic c’est que jamais je n’ai mentionné M. Éric Bédard où que ce soit dans mes écrits, sinon pour relever cette erreur.

Pour le reste, c’est en vous appuyant sur des témoignages flous que vous avez voulu prouver que je suis quelqu’un m’adonnant à de fausses allégations. Pourtant, quand la direction du Parti québécois a décidé de congédier deux de ses candidats.es (Muguette Paillé et Pierre Marcotte), elle reconnaissait implicitement que les révélations contenues dans mes textes étaient authentiques et pertinentes.

Je suis couramment en contact avec des journalistes de toutes sortes, francophones et anglophones, reconnaissant la qualité de mon travail bénévole. Comme l’a déjà écrit l’ombudsman de Radio-Canada à mon sujet:

«M. Camus a écrit abondamment sur la question [de l’extrême droite], il le fait dans la perspective d’un chercheur qui est particulièrement “préoccupé” par la montée du groupe Atalante et ses idées xénophobes inspirées des mouvements fascistes et néonazis. [...] Plusieurs de ses textes montrent qu’il a un regard critique sur le populisme identitaire, une conception philosophique qui va au-delà des lignes partisanes et dont on peut retrouver des défenseurs dans tous les partis représentés à l’Assemblée nationale» (2 février 2018).

Conclusion

En dernière analyse, on ne trouve dans votre texte aucune preuve concrète à l’effet que je ferais des «allégations fausses» et que je serais un «diffamateur en série».

Dans un premier temps, vous aviez même répandu une «fake news» à mon sujet, que vous avez corrigé par la suite.

Quant à l’accusation de «diffamateur», je n’ai jamais été condamné une seule fois en ce sens. Les personnes qui me connaissent savent que mes billets sont toujours solidement fondés sur des articles de presse, des références journalistiques, des captures d’écran, des extraits vidéo et des citations authentiques.

Je ne suis pas un «blogueur» rémunéré. Je crois faire mon devoir de citoyen en partageant des informations d’intérêt public et des analyses, et je laisse les gens se faire leur propre idée.

Je suis d’ailleurs toujours humblement ouvert aux corrections, s’il est vrai qu’il y aurait quelques erreurs factuelles dans l’un de mes textes. J’attends toujours vos propositions et cela me fera grand plaisir de réparer ce qui serait factuellement faux.

Veuillez agréer, Monsieur Fortin, mes salutations les plus cordiales.

Xavier Camus

Quelques suggestions d’hyperliens:

Réponse à Xavier Camus – suite et fin

Je dois être bien franc, ça ne m’est jamais passé par la tête d’attaquer votre «crédibilité», l’entrée de blogue dont il est question relève assurément du registre de la montée de lait.

Sur le terme «diffamateur», d’entrée de jeu, il s’agit ici d’une figure de style. Je suis linguiste bien plus que juriste. Ainsi, j’attache une importance particulière à l’étymologie et au sens des mots, à leur polysémie.

Comme l’explique le Centre national de ressources textuelles et lexicales (CNRTL), on parle ici de la référence étymologique du terme; «l’action de divulguer, de répandre avec inflation sémantique». Plus je lis vos textes, plus je me colle à cette référence étymologique, croyez-moi. Mon propos n’avait aucune connotation judiciaire, ne vous connaissant pas; du moins pas avant plus tôt cette année, en mars. J’y reviendrai.

Car quand je cause avec d’autres personnes qui ont dû se frotter à vous, difficile d’en trouver qui veulent en faire un métier. Quiconque est cible d’une de vos publications s’expose inévitablement au ressac d’un nombre de vos supporteurs, plusieurs anonymes, soit dit en passant. Comme dans les manifestations antifascistes et antiracistes d’ailleurs. La majorité, cagoulée.

Ironie, ceux-ci agissent telle une Meute, de façon agressive au possible. Mes publications Facebook qui réfèrent à l’entrée de blogue ici en cause ont été accaparées par votre Meute, ou votre Troupeau, c’est selon.

Sur la «vérification journalistique», notamment. Sachez que je n’agis pas à titre de journaliste chez Québecor-QMI mais comme blogueur, comme rédacteur de textes d’opinion.

Mais puisque nous discutons en ce sens, et après avoir contacté les personnes concernées, c’est effectivement vrai que vous n’avez jamais sondé Richard Martineau, Lise Ravary et Djemila Benhabib et avant de publier sur votre blogue ou vos réseaux à propos de ces gens des allégations vexatoires, au mieux.

Dans le premier cas, votre texte du 10 septembre 2017 réfère à deux sources anonymes (Montréal Antifasciste où les textes ne sont pas signés, et le compte Twitter anonyme Le Troupeau) afin d’associer Richard Martineau et Éric Duhaime à l’extrême droite, par association, fardeau de la preuve sur celui que vous pointez, bien sûr. «Autrement dit, il serait temps que Martineau prenne solidement ses distances avec ce groupe extrémiste»...

En passant, le site Montréal antifasciste auquel vous référez, et qui vous liste votre blogue comme «site ami» aux côtés de groupes comme Convergence des luttes anti-capitalistes (CLAC) et le Collectif opposé à la brutalité policière (COBP) et d’autres, on est dans le militantisme soft? Des groupes de réflexion qui font dans la nuance? Si ce n’est pas l’extrême politique, c’est quoi?

Concernant Lise Ravary, sachez qu’elle maintient sa version. Votre texte du 10 septembre 2017 (a-t-il déjà été modifié ce texte? On remarque en furetant sur vos réseaux que vous apportez souvent des modifications, des précisions à vos textes; et que dire de cette coïncidence... deux sites, votre blogue et Montreal-antifasciste, qui publient le même jour exactement la même info sur le même sujet?) ne mentionne pas Éric Bédard, c’est vrai, mais ce qui est intéressant, c’est que les discussions qui ont eu cours dans les heures qui ont suivi la publication de cette référence à l’historien Bédard et La Meute, votre nom ressort souvent Xavier Camus.

Le professeur Yves Claudé, avec qui vous êtes en brouille depuis longtemps, on doit le dire, est convaincu que vous auriez apporté une modification à votre texte du 10 septembre 2017. Il l’a clamé abondamment sur les réseaux sociaux ces dernières heures. Vous faites le même métier tous les deux, je ne vois pas en quoi sa parole vaudrait moins que la vôtre.

Comme vous vous fiez souvent à des sources anonymes dans vos textes, permettez-moi de vous pointez celle-là. Vous êtes adepte des captures d’écran, allez voir les siennes. Le plus surprenant avec M. Claudé, c’est qu’il semble faire des captures d’écran en série. Il en a partagé plusieurs sur ma page Facebook. Vous n’y êtes pas bloqué, en passant.

Contrairement à Djemila Benhabib, sur qui vous avez eu des mots, pour le moins douteux, et selon qui tout en le faisant, vous vous assuriez qu’elle soit bloquée de vos réseaux.

C’est édifiant. Mais passons. Ça ne vaut même pas la peine. Vos accusations sont larges et inversement proportionnelles à votre conception, toute menue, de ce qui est acceptable quand on voit le monde par la lorgnette du dogme diversitaire. Tout le monde est susceptible d’aboutir au sein de votre blogue ou sur votre page Facebook, l’accusation d’islamophobie, de racisme, ou de sympathies d’extrême droite bien affichée au cou.

Si Benhabib se mérite tant de mépris à cause de son parti-pris pour la laïcité – un mot que je vois peu dans vos écrits en passant – vous préférez, par glissement sémantique, ajouter à l’injure en traitant les Nadia El-Mabrouk et Fatima Houda Pepin de «militantes islamophobes» (une insulte au travail parlementaire qu’a fait la première députée musulmane de l’Assemblée nationale en matière de laïcité, notamment par son projet de loi 491).

Pourquoi s’arrêter là!

Quand vous avez lancé votre blogue l’an dernier, l’une de vos premières cibles fut le cinéaste Stéphane E. Roy. Il a passé un mauvais quart d’heure, victime des dérives de votre réseau. Cela annonçait ce qui était à venir. Plusieurs subiront le même traitement. Les insultes, le mépris, et surtout, toujours la faute de l’autre, toujours l’assignation de racisme envers les autres quand, ailleurs, on débat.

Encore, nous sommes à des années-lumière de l’homme que je côtoie depuis des années sur les réseaux sociaux et avec qui j’ai eu de nombreuses discussions intéressantes et intelligentes. Je n’arrive pas à concevoir qu’on associe ce cinéaste à l’extrême droite.

J’ai lu votre entrée de blogue sur Roméo Bouchard. Du pur délire. Vous vous êtes indigné que je réfère à Éric Bédard comme d’un humaniste que vous n’auriez pas attaqué. Parfait. Prenez tout ce que j’ai écrit et «ploguez» Roméo Bouchard à la place.

J’ai adoré collaborer avec cet homme d’une grande sagesse dans le cadre de l’ouvrage collectif Démantèlement tranquille, un homme de la gauche qui m’inspire, un témoin des bouleversements que le Québec a connu depuis plus de 60 ans.

Pour vous, Roméo Bouchard est «un apôtre de l’intolérance». Vous ne manquez pas d’euphémismes quand vient le temps d’attaquer quiconque ose critiquer le multiculturalisme, ce dogme qui vous est si cher... «Ce qui est excessif est, insignifiant» dit le dicton... Pourtant, le multiculturalisme étant une idéologie comme une autre, je me méfie de ceux qui font tout pour empêcher qu’on en débatte...

Je pourrais continuer ainsi longtemps, vous parler des insinuations ridicules que vous avez fait, à partir de captures d’écran, encore, à propos de M. Stefan Allinger, président de la Fondation Équipe Québec et militant pour que le Québec se représente sur la scène sportive internationale. Un homme que je connais et avec qui j’ai eu de nombreuses discussions très intéressantes, tout le contraire du portait que vous faites de lui.

J’ai collaboré à son émission sportive sur RadioInfoCité à l’époque. Pierre Trudel y avait même été invité. Voilà qui vous servira pour votre prochaine graaaaaande enquête, M. Camus.

En terminant, j’aimerais bien savoir ce qu’il est advenu de votre publication du 20 mars dernier à mon égard, sur votre page Facebook. Comme j’étais bloqué, une amie qui vous suivait à l’époque me l’avait envoyée. Elle s’est tannée de vos méthodes.


Je l’ai conservée cette publication:

«Le commentaire de Camus à votre sujet, au cas où vous n’auriez pas eu accès à la prose de ce diffamateur professionnel: Xavier Camus. Hier:

Steve E. Fortin, propagandiste pour Le Journal de Montréal
*
Le 13 février dernier, Fortin faisait son entrée au Journal de Montréal, dans la section «blogue des spin doctors» (il s’était notamment fait la main auparavant chez les conspirationnistes de Vigile.quebec et RadioInfoCité). Selon l’annonce de sa nomination, il serait tout particulièrement apprécié des «politico-péquistes» (?). À voir les nombreux billets de mauvaise foi qu’il accumule contre Québec solidaire, il exécute bien son travail de sape anti-progressiste.

Le dernier en date (19 mars) remet carrément en question la dimension «féministe» de Québec solidaire, comme si QS fermait les yeux sur la traite des femmes: «Exploitation et traite des personnes, unanimité à l’Assemblée nationale... ou presque!».

M. Fortin fonde son article sur un statut Facebook piqué à mon amie Johanne Heppell, dans son fil d’actualité. Elle se demandait – de manière fort légitime – pourquoi QS avait été le seul parti à s’abstenir de voter sur une motion présentée par la CAQ, visant à faire pression pour que la loi fédérale C-452 soit mise en vigueur le plus tôt possible.

(1) Qu’est-ce que la loi C-452? Il s’agit d’une loi fédérale qui modifie le Code criminel, QS ne peut avoir une position déjà toute préparée sur des sujets de juridiction fédérale. QS doit s’assurer que ça fait bien avancer les droits des femmes et non l’inverse.

(2) La CAQ a déposé une «motion» et non un projet de loi. Une «motion» a habituellement valeur d’engagement flou, c’est une «résolution» sans force juridique. Comme l’a déclaré la députée caquiste concernée: «Une motion reste une motion».

(3) La motion a été adoptée et QS n’a jamais voté «contre», le parti s’est abstenu, pourquoi?

M. Fortin nous apprend vers la fin de son billet – après avoir bien pris le temps de laisser entendre que Québec solidaire n’était pas féministe – que ce n’était qu’un imbroglio, selon les termes d’une employée de QS: «on était en train de faire les vérifications sur cette loi fédérale. Nous sommes une petite équipe et nous n’avons pas les moyens de suivre les travaux fédéraux. On a obtenu nos réponses après le vote. Dans le doute, QS s’est abstenu, mais après coup, on constate que nous aurions pu voter pour».

M. Fortin n’a contacté ni Johanne Heppell, ni ladite employée de QS. En fait la citation de la coordonnatrice des travaux parlementaires de QS se trouvait sous le post de Mme Heppell, depuis 2 jours! Autrement dit, Mme Heppell se demandait pourquoi QS n’avait pas voté, et la réponse avait été donnée immédiatement en commentaire: Québec solidaire aurait voté en faveur de la motion si on lui avait accordé plus de temps.

Tant qu’à fouiner dans les statuts FB des autres, je recommanderais à M. Fortin de lire cette publication de Jérémie Bédard-Wien qui illustre bellement ses contradictions:

«Steve Fortin, le nouveau «spin doctor» du JdeM, affirme dans [une précédente] chronique que Québec solidaire a choisi le camp de la marginalité des gauches «multiculturalistes» en «désavouant» Gabriel Nadeau-Dubois. (Au diable le libre-arbitre, c’est le politburo qui call la shot!)

Le 20 février, dans un autre texte, il accusait le même Gabriel Nadeau-Dubois de faire partie du clan de «l’extrémisme antiraciste», aussi néfaste que La Meute.

GND est-il l’incarnation de l’idéal diversitaire ou le dernier des Mohicans de la lutte contre le multiculturalisme au sein de QS? Il va falloir se décider.»


Tu te souviens de ça Xavier? Moi oui. T’as pas idée. Et de tout ce qui arrive à ceux que tu pointes et que TA meute chasse ensuite. Car c’est bien de ça qu’il s’agit. Je suis encore là-dedans aujourd’hui, les comptes anonymes agressifs sur les réseaux sociaux qui sont à la chasse...

Le directeur des pages Opinion de Québecor Claude Villeneuve te permet de répliquer à mon texte, c’est légitime. Même si maintes fois sur tes multiples plateformes (Facebook, blogue), tu t’acharnes contre ce média.

Mais dans le cadre de la rédaction de ma réponse, j’ai du intercéder et prouver par de nombreuses captures d’écran de messages privés, le nombre de gens qui ne veulent plus jamais avoir affaire à toi et à TA meute. Des gens qui sont sortis traumatisés d’avoir été pointés par ton jeu de captures d’écran et d’accusations à l’emporte-pièce.

Comme ceci, tiré de ta page Facebook, le 10 septembre 2017, jour de publication de ton texte et de celui de Montreal-antifasciste. On comprendra les gens de ne pas trop vouloir se frotter à toi...

Ces comptes anonymes qui harcèlent, qui jettent de l’huile sur le feu, toujours en guerre, toujours le couteau entre les dents, au nom du grand combat contre les méchants fascistes qui sont partout.

Pourtant, quand les gens iront sur ta page Facebook, ils verront les statuts répétitifs au sein desquels tu te plains d’être victime d’intimidation, de censure, etc. Il serait temps que tu considères aussi l’envers de cette médaille, tout ce que ton «militantisme» fait subir aux autres.

J’ajouterai ma voix à celle de nombreux autres qui ont traversé ton chemin; c’est la dernière fois que je me frotte à toi. Continue ton délire tout seul, avec TA meute.

Tu sais quoi Xavier, Lise Ravary avait peut-être raison, compte-toi chanceux de n’avoir pas encore été poursuivi. Les accusations outrancières que tu lances depuis plus d’un an ont laissé des traces. Et je ne parle pas ici de vos guéguerres entre profs.

Quand ça chauffe, tu effaces Xavier. Mais tu ne peux rien contre la mémoire de ceux que tu as salis.

Steve E. Fortin