/news/society
Navigation

Expérience militaire en pleine ville

Des scientifiques et des soldats testeront de nouvelles technologies dans les rues de Montréal

Coup d'oeil sur cet article

Des militaires équipés d’exosquelettes, de caméras infrarouges, de drones et autres technologies en tout genre se mêleront aux Montréalais en plein centre-ville dès lundi dans le cadre d’une vaste expérience scientifique.

L’objectif est de mettre à l’épreuve de nouvelles inventions tout juste sorties des laboratoires de l’armée, afin de déterminer leur utilité et leur applicabilité dans le cadre d’opérations militaires en zone urbaine.

En tout, 150 scientifiques canadiens, mais aussi américains, néo-zélandais, australiens et britanniques qui consacrent leur recherche à la défense ont fait le déplacement. Une centaine de soldats provenant de la base de Valcartier leur serviront de cobayes jusqu’au 21 septembre.

« C’est une vraie chance pour nous de contribuer à améliorer l’équipement qu’on va utiliser plus tard », se réjouit le major Kim Beriault, qui commandera les troupes lors de cette expérience.

Pas de danger

Ses hommes disperseront par exemple du blanc d’œuf en poudre dans l’air, afin de tester un nouveau système de détection biologique. En situation de combat, l’invention pourrait par exemple déceler à distance un nuage d’anthrax, une arme biologique, à l’aide de laser.

Le directeur de l’expérimentation, Patrick Maupin, souligne qu’aucune des expériences menées ne mettra en danger la population. Les militaires ne seront pas armés et ne circuleront pas au centre-ville aux heures de pointe, dans le but de ne pas alourdir la circulation.

Montréal idéale

M. Maupin a dirigé le premier volet de cette opération scientifique, intitulée « Environnement urbain contesté », l’an dernier à Adélaïde, en Australie. Il explique que Montréal est un terrain parfait pour la suite de l’expérience.

« C’est une ville très diverse, il y a une densité de bâtiments et différentes occupations de sol, en plus d’une population importante au centre-ville, ce qui n’est pas courant en Amérique du Nord », dit-il.

Les militaires circuleront essentiellement sur les trottoirs de la rue de la Montagne, depuis le parc du Mont-Royal jusqu’au Vieux-Port. Ils s’installeront aussi au belvédère du Mont-Royal, de nuit, et au silo numéro 5, dans la zone industrielle du Vieux-Port.