/news/currentevents
Navigation

Une vedette du web accusée

Des charges de nature sexuelle contre Carlos Desjardins

Coup d'oeil sur cet article

Une vedette du web de 20 ans, qui n’en serait pas à ses premières frasques sexuelles, a été accusée jeudi de production et de distribution de pornographie juvénile au palais de justice de Québec.

Au moins deux victimes ont porté plainte jusqu’à maintenant contre Carlos Desjardins. Les enquêteurs croient qu’il aurait pu en faire d’autres qui seraient âgées de 12 et 17 ans.

« Ce n’est pas impossible que [les potentielles victimes] s’étendent ailleurs que sur le territoire de la ville de Québec. Il est très actif sur les réseaux sociaux et on connaît la portée que ça a », a indiqué Cyndi Paré, porte-parole du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ).

Une plainte reçue en avril a déclenché une enquête de l’Unité d’exploitation sexuelle des mineurs du SPVQ. Environ six mois après le début des démarches policières, Carlos Desjardins a finalement été mis en état d’arrestation mercredi.

Modus operandi

Desjardins, qui entretient une image fortement polarisante sur les réseaux sociaux, aurait un modus operandi établi, selon la police. Il rencontrait des filles mineures et finissait par produire « des images à caractère sexuel » de ses victimes pour ensuite les partager. Il « serait très actif » notamment sur les réseaux sociaux Facebook, Instagram et Snapchat, ajoute le SPVQ.

« Pour l’instant, on a une arrestation » en lien avec cette affaire, mentionne Mme Paré, « mais l’enquête se poursuit ».

L’une des victimes présumées de Desjardins, que nous ne pouvons identifier à cause d’un interdit de publication, a réagi sur Facebook hier.

« Tu savais mon âge, Carlos, et tu la (sic) sais encore. Tu le sais que je suis mineure, mais ça t’empêchait pas de demander de la pornographie juvénile et d’essayer de me manipuler de toutes les façons possibles pour arriver à tes fins », a-t-elle notamment écrit, dans un long texte.

Déjà accusé en 2016

Carlos Desjardins a été accusé en 2016 d’avoir distribué sans consentement l’image intime d’une victime âgée de 19 ans au moment des faits reprochés.

Les gestes reprochés se seraient produits le 6 novembre 2016, à Trois-Rivières, selon l’acte d’accusation.

Selon Le Nouvelliste, Desjardins aurait filmé les ébats sexuels de sa jeune victime avec un autre homme dans une chambre de l’hôtel Urbania à Trois-Rivières et les aurait diffusés sur Snapchat. Les images auraient été visionnées plus de 35 000 fois.

La vidéo avait été retirée quelques heures après sa diffusion, après que la victime eut commencé à recevoir des insultes sur les réseaux sociaux. Cette dernière aurait averti Desjardins qu’elle ne voulait pas être filmée.

Le dossier de Desjardins revenait en cour hier à Trois-Rivières.

Personnalité du web

Carlos Desjardins est une personnalité relativement connue sur les réseaux sociaux. Sa page Facebook compte 27 000 abonnés.

Desjardins se met en scène dans de nombreuses vidéos en compagnie de Dylan Demers, suivi par plus de 50 000 personnes sur le même réseau social. Leurs capsules sont teintées par des propos à forte connotation sexuelle, où le langage employé est souvent obscène et dégradant à l’égard des femmes.

Dans l’une de ces vidéos, Carlos Desjardins se vante que « c’est [lui] qui baise le plus de filles au Québec ».

« Moi, c’est Carlos Desjardins. Je suis le king du Québec. [...] Je peux avoir [n’importe] quelle fille que je veux, quand je veux, où je veux. C’est tout simple mon ami », se targue-t-il.


♦ De potentielles victimes ou toute personne détenant de l’information sont invitées à communiquer avec le SPVQ au 911 ou au 418 641-AGIR (2447).

 

Carlos Desjardins, « célébrité » du web

Photo Facebook
  • Plus de 27 000 abonnés sur Facebook
  • Plus de 6600 abonnés sur Instagram, où il se décrit comme « la plus grande star au Québec »
  • Connu pour sa participation à des vidéos humoristiques salaces et polarisantes, surtout en compagnie de Dylan Demers