/elections
Navigation

La CAQ n’exclut plus la construction d'une ligne rose en surface

Valérie Plante, mairesse de Montréal, et François Legault, chef de la Coalition Avenir Québec
Photo le Journal de Québec, Charles Lecavalier Valérie Plante, mairesse de Montréal, et François Legault, chef de la Coalition Avenir Québec

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | La CAQ et la mairesse de Montréal ont trouvé une solution diplomatique au blocage de la ligne rose: une hypothétique technologie «de surface» moins coûteuse n’est plus exclue par le parti de François Legault et Valérie Plante n’y est pas opposée.

«Mme Plante m’a dit ce matin, si les maires du 450, du 514 s’entendent pour prioriser un projet qui pourrait être en surface, pour remplacer d’autres projets, car on doit respecter une enveloppe totale, seriez-vous prêt à regarder ça. [...] Bien je vais regarder ça», a dit François Legault vendredi en marge d’une mêlée de presse en Mauricie.

La CAQ s’était pourtant ouvertement opposée publiquement à de nombreuses reprises, au projet de ligne rose de Projet Montréal. Le ton a changé après une rencontre entre le chef caquiste et la mairesse dans l’est de la ville en matinée.

À la suite de cet entretien, Mme Plante a annoncé que la CAQ ne bloquerait pas à la tenue d’une étude sur la ligne rose, le projet phare en transport collectif de Projet Montréal.

Elle a ajouté que M. Legault et elle-même sont «pragmatiques». Bien qu'elle privilégie toujours l’option du métro souterrain, elle reconnaît que l’étude pourrait démontrer «que ça peut être un différent type de technologie». «Moi, en fin de compte, je veux de la mobilité», a-t-elle dit.

De son côté, François Legault a souligné que la CAQ est favorable au prolongement du REM et à la construction de tramways, car ces technologies de surface sont moins coûteuses «que des stations de métro». Il a ajouté que, si «le 450 et le 514 s’entendent» sur la priorité des projets de transport collectif, «tout est parfait». Québec n'interviendra qu’en cas de conflit, pour «arbitrer le plus objectivement possible, en disant par exemple que chaque dollar investi en transport collectif rejoigne le plus de personnes».

Au matin, François Legault s’est engagé à créer un fonds de 200 M$ pour décontaminer des terrains dans l’est de la ville de Montréal et à construire un tramway pour relier la Pointe-de-l’Île au centre-ville et à moderniser la rue Notre-Dame Est.