/news/transports
Navigation

Négociations entre la STM et ses employés d’entretien: un médiateur est nommé

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | Un médiateur a été nommé pour aider la Société de transport de Montréal (STM) et le syndicat de ses employés d’entretien à s’entendre sur une nouvelle convention collective de travail.

Le médiateur, Mathieu Lebrun, a été nommé par la ministre du Travail à la demande de la STM, qui a mentionné vendredi qu’elle réitérait «sa volonté d'en venir, dans les meilleurs délais, à une entente avec ce syndicat dans l'objectif premier qu'elle soit bénéfique pour les clients».

«De ce fait, la STM s'engage à collaborer pleinement aux travaux menés par le médiateur, comme elle l'a fait au cours des 91 rencontres de négociation tenues jusqu'à présent avec les représentants syndicaux», a mentionné la STM dans un communiqué.

Selon la loi, le médiateur a 60 jours pour amener les parties à s’entendre, peut-on lire sur le site internet du ministère.

«Cette période est renouvelable, une seule fois, à la demande conjointe des parties ou de celle du médiateur», précise le site.

«La période de médiation de 60 jours, prescrite par la Loi, doit s'amorcer au moment où les discussions auront débuté avec le médiateur, a indiqué la STM, vendredi. À cet effet, la STM a fait savoir que ses représentants seraient pleinement disponibles dès le 12 septembre, tel que demandé.»

La démarche des négociations entre la STM et le syndicat des employés d'entretien a commencé le 18 avril 2017. Depuis quelques mois, le syndicat a tenu des grèves des heures supplémentaires pour faire pression sur l’employeur en l’absence d’entente.