/news/education
Navigation

Tolérance zéro pour le cannabis à l’Université Laval

La direction lance une consultation sur les règles qu’elle compte mettre en place

Seule la consommation sans fumée à l’intérieur des résidences étudiantes sera tolérée.
Photo Pascal Huot Seule la consommation sans fumée à l’intérieur des résidences étudiantes sera tolérée.

Coup d'oeil sur cet article

L’Université Laval prévoit interdire l’usage du cannabis sur son campus, y compris lors des activités universitaires qui se déroulent à l’extérieur du campus, comme les initiations, les activités sociales ou les stages. Seule la consommation sans fumée à l’intérieur des résidences étudiantes sera tolérée.

C’est du moins ce qui est prévu dans le projet de politique encadrant l’usage du cannabis, qui est soumis à la consultation à partir d’aujourd’hui auprès de la communauté universitaire. La version finale de ce règlement sera adoptée le 26 septembre.

La direction ne ferme toutefois pas la porte à des assouplissements à la suite de la consultation, a indiqué vendredi la vice-rectrice aux ressources humaines, Lyne Bouchard. «On est ouvert aux commentaires», a-t-elle affirmé.

Plus sévère que la loi provinciale

La loi provinciale prévoit déjà qu’il sera interdit de fumer du cannabis sur tous les campus universitaires.

On ne pourra pas fumer de cannabis à l’UL, y compris dans les résidences.
Photo Pascal Huot
On ne pourra pas fumer de cannabis à l’UL, y compris dans les résidences.

L’Université Laval fait un pas de plus en interdisant la consommation de marijuana «sous toutes ses formes». Les muffins au pot ne seront donc pas tolérés sur le campus, excepté dans les résidences étudiantes (voir autre texte).

Cette interdiction s’étend par ailleurs à toutes les activités universitaires, peu importe où elles sont situées.

Les activités de recherche, d’enseignement, de stage de même que toute réunion à caractère sociale ou parascolaire sont visées, ce qui inclut les initiations et les activités sportives qui se déroulent à l’extérieur du campus, dans un lieu faisant l’objet d’une entente avec l’administration universitaire, peut-on lire dans le projet de politique.

Difficile à faire respecter

La Confédération des associations d’étudiants de l’Université Laval (CADEUL), qui ne prévoit pas réclamer d’assouplissement pour l’instant, estime toutefois que cette politique sera difficile à faire respecter.

Dans les logis étudiants du campus, fumer la cigarette est déjà interdit depuis 2016.
Photo Pascal Huot
Dans les logis étudiants du campus, fumer la cigarette est déjà interdit depuis 2016.

Le cannabis «est déjà consommé même si c’est illégal», souligne son président Mathieu Montégiani, qui ne croit pas que ces restrictions additionnelles empêchent réellement la consommation.

La direction de l’Université Laval reconnaît qu’elle ne pourra contrôler le contenu de tous les muffins qui circulent sur le campus.

Sanctions prévues

Des sanctions sont toutefois prévues pour les étudiants et les employés qui auraient les capacités affaiblies ou un comportement problématique causé par la consommation de cannabis.

Les citoyens qui circulent sur le campus en fumant un joint pourrait recevoir un simple avertissement. Les agents de sécurité pourraient intervenir si la personne refuse d’écraser.

«Ultimement, on ne cherche pas à avoir une police répressive. On cherche à offrir aux membres de notre communauté un environnement qui est sain», affirme Lyne Bouchard.

 

Les muffins au pot autorisés dans les résidences

Il ne sera pas permis de fumer un joint dans les résidences étudiantes, mais les locataires pourront y consommer des produits du cannabis sous d’autres formes.

La fumée de cigarette est déjà interdite dans les résidences depuis 2016. L’Université Laval prévoit étendre cette interdiction à la fumée de cannabis à partir du 17 octobre, mais ouvre la porte à d’autres types de consommation.

Sur cette photo prise vendredi à titre illustratif, on voit des étudiants de l’Université Laval s’amuser dans une aire commune d’une résidence située sur le campus.
Photo Pascal Huot
Sur cette photo prise vendredi à titre illustratif, on voit des étudiants de l’Université Laval s’amuser dans une aire commune d’une résidence située sur le campus.

Les résidences sont considérées comme un «milieu de vie», puisque les étudiants y habitent, explique la direction.

Ces étudiants auront aussi le droit de posséder jusqu’à 150 grammes de marijuana, ce qui respecte les dispositions prévues dans la loi provinciale concernant les résidences privées.

La culture de cannabis sera interdite mais les résidents pourront se faire livrer des produits vendus par l’État.

«Très restrictive»

De manière générale, le professeur à la Faculté de médecine Claude Rouillard considère que la politique présentée par l’administration universitaire est «très restrictive».

Cet expert en matière de consommation de cannabis souligne qu’au-delà de l’encadrement, l’Université Laval a aussi un «devoir d’éducation» à faire auprès de ses étudiants et de ses employés.

Une campagne d’information et de sensibilisation est prévue au cours de l’automne, indique la direction.

 

Règles prévues par l’Université Laval concernant l’usage du cannabis :

  • Interdiction de consommer du cannabis «sous toutes ses formes» sur le campus
  • Interdiction valable pour toutes les «activités universitaire», y compris celles qui se déroulent à l’extérieur du campus
  • Seuls les étudiants qui vivent dans les résidences pourront consommer du cannabis, sans toutefois pouvoir en fumer