/news/transports
Navigation

Air Canada et Jet Airways condamnées à verser 65 000 $ à une femme et ses deux enfants

Air Canada et Jet Airways condamnées à verser 65 000 $ à une femme et ses deux enfants
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Air Canada et sa partenaire indienne Jet Airways ont été conjointement condamnées par un organisme de défense des droits des consommateurs à verser près de 65 000 $ CAN à une femme d’Oakville, en Ontario, et ses deux enfants expulsés d’un vol à l’aéroport de New Delhi en septembre 2017.

Minali Mittal, sa fille de 11 ans et son fils de 3 ans étaient montés dans un appareil de Jet Airways à l’aéroport de Chandigarh à destination de Delhi où ils devaient poursuivre leur voyage jusqu’à Toronto à bord d’un avion d’Air Canada.

Selon la plainte de Mme Mittal, une femme qui possède un passeport canadien, sa fille voulait aller aux toilettes dans l’appareil d’Air Canada avant le départ à New Delhi, mais s’est butée à une porte verrouillée. Elle a alors attendu près de la porte.

La partie plaignante a allégué que «les toilettes dégageaient une odeur nauséabonde» à la suite de quoi la fillette a été prise de nausée et de vomissements.

«Le personnel d’équipage d’Air Canada a crié après la [fillette] en reliant à tort l’événement à une maladie de la [fillette], peut-on lire dans la décision de l’organisme citée par plusieurs médias indiens et canadiens. Pour cette raison, ils se sont mal comportés et ont forcé les plaignants [la mère et ses deux enfants] à quitter le vol, en invoquant la sécurité des autres passagers.»

Durant leur mésaventure, Minali Mittal et ses deux enfants ont effectivement dû quitter l’avion sans leurs bagages – qui ont fait le voyage jusqu’à Toronto – se retrouvant laissés à eux-mêmes, durant la nuit, à l’aéroport de Delhi.

Dans le jugement cinglant de 71 pages, l’organisme indien de protection des consommateurs (Punjab State Consumer Disputes Redressal Commission) a estimé que les actions de la compagnie constituaient «une grave déficience de service, une pratique commerciale déloyale et une violation des droits de la personne et des droits de l’enfant, en raison desquelles les plaignants ont subi un grand stress [...], du harcèlement, de l’humiliation et des difficultés».

Selon «The Telegraph – India», dans sa défense, «Air Canada a soulevé des objections préliminaires selon lesquelles les plaignants n’étaient pas ses consommateurs, aucune contrepartie n’ayant été payée à la compagnie aérienne». Le «Telegraph – India» a ajouté qu’Air Canada a aussi «maintenu que l'équipage de cabine avait jugé bon de faire sortir [la fille de Mme Mittal] de l’avion, avec les autres plaignants, pour la sécurité de l'enfant» dans l’éventualité d’une crise subséquente à bord d’un vol long-courrier.

Selon le média torontois CityNews, Air Canada aurait l’intention de contester la décision.