/sports/others
Navigation

Grand Prix de Montréal: prêts pour une course «inoubliable»

James Piccoli et Adam Roberge pourront compter sur plusieurs supporteurs dimanche

James Piccoli et Adam Roberge pédaleront devant la famille et les amis lors du 9e Grand Prix cycliste de Montréal dimanche. Les deux cyclistes sont photographiés au Vélo Cartel, propriété de leur coéquipier dans l’équipe canadienne, Bruno Langlois.
Photo Simon Clark James Piccoli et Adam Roberge pédaleront devant la famille et les amis lors du 9e Grand Prix cycliste de Montréal dimanche. Les deux cyclistes sont photographiés au Vélo Cartel, propriété de leur coéquipier dans l’équipe canadienne, Bruno Langlois.

Coup d'oeil sur cet article

Comme tous les cyclistes de la métropole, Adam Roberge et James Piccoli se sont entraînés des centaines de fois sur le célèbre circuit du mont Royal, mais les deux coéquipiers vivront ensemble leur baptême du feu dimanche devant plusieurs supporteurs au Grand Prix cycliste de Montréal.

Après la première victoire en carrière de l’Australien Michael Matthews sur une classique d’un jour en World Tour, les cyclistes sont arrivés à Montréal samedi en prévision de la deuxième course prévue dimanche avec 16 terribles ascensions de Camillien-Houde.

Pour sa part, James Piccoli a pris le 41e rang il y a deux jours à Québec avec un retard de seulement sept secondes sur le gagnant. L’équipe canadienne a réalisé une belle performance sans toutefois réussir à placer un coureur parmi les places d’honneur.

Surprise au Tour de Beauce

En juin dernier, Piccoli avait causé une grande surprise en remportant de belle façon le 33e Tour de Beauce, devenant ainsi le premier Québécois depuis un certain Jacques Landry en 1994 à rafler le titre au classement général.

« Ça m’a apporté beaucoup de confiance. Contre les meilleurs au monde, ça va m’aider. Dans le peloton, il y a du respect qui vient avec les victoires. Je l’ai senti un peu depuis deux mois. Je ne fais pas du vélo pour être célèbre, mais je vais être fier de cette victoire longtemps. Je vais pouvoir dire à mes enfants que j’ai gagné une course en Beauce avec plusieurs gros noms », explique l’athlète de 27 ans originaire de Montréal.

Malgré son coup d’éclat, Piccoli n’a toujours pas complètement sécurisé sa situation contractuelle en vue de la prochaine saison. Le marché est difficile pour les coureurs et ce dernier sait qu’il devra être patient. La course de dimanche le motive donc au plus haut point.

« Ça va être assez spécial. Je roule ici depuis mes débuts. C’est une côte que j’ai parcourue peut-être 10 000 fois dans ma vie. Je rêvais de faire cette course depuis la première édition en 2010. Ça va être une expérience inoubliable. »

Comme à la maison

De son côté, le grand Adam Roberge vient de Prévost dans les Laurentides, mais il se sentira comme à la maison puisqu’il étudie à l’Université de Montréal en kinésiologie.

« Ça sera la course plus spéciale pour moi. J’ai une cinquantaine de personnes qui seront là pour moi. Elles ne réalisent pas toutes qu’elles ont joué un rôle dans mon parcours de cycliste. C’est un passage vers la prochaine étape », ajoute l’athlète de 21 ans.

À Québec vendredi, Roberge a brisé la glace en terminant au 101e rang à seulement 3 min 37 s du vainqueur. Plus tôt cette saison, il a raflé le titre canadien chez les espoirs au contre-la-montre, une discipline dans laquelle il excelle.

« Ça peut m’aider. J’ai un moteur et je m’en sers dans les négociations. L’université m’accommode beaucoup et c’est un équilibre pour moi, mais si je dois aller en Europe, je suis prêt à faire ce choix. »

Pour faire de la place à Charles-Étienne Chrétien dans l’alignement, l’équipe canadienne a choisi de retrancher le vétéran Bruno Langlois pour l’épreuve montréalaise malgré sa superbe prestation à Québec avec 180 kilomètres en échappée.

Organisé en marge du Grand Prix, le 4e critérium national sur l’Avenue du Parc a été remporté samedi par Zachary Morris, de la formation Bare Nation.