/sports/others
Navigation

Grand Prix cycliste de Montréal: vers un circuit mondial des courses d’un jour en 2020

Grand Prix cycliste de Montréal: vers un circuit mondial des courses d’un jour en 2020
Photo JOEL LEMAY, AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Dans les négociations actuellement en cours, le président de l’UCI David Lappartient a évoqué hier la création d’un nouveau circuit mondial des courses d’un jour, peut-être en 2020, qui inclurait les deux épreuves québécoises.

«Avec Serge Arsenault, nous avons eu l’occasion de passer deux ou trois heures à échanger nos vues sur la réforme du cyclisme. Le projet sera à nouveau débattu mercredi prochain à Madrid avec les organisateurs, les équipes, les coureurs et l’UCI», a affirmé David Lappartient après le départ du Grand Prix cycliste de Montréal, dimanche.

Avant ce voyage éclair de 24 heures dans la métropole, le président de l’UCI était déjà venu au Québec en 2010 à l’occasion des championnats du monde de vélo de montagne au Mont-Sainte-Anne. Il n’avait toutefois encore jamais assisté aux deux Grands Prix cyclistes de Québec et Montréal.

Cette grande réorganisation du calendrier pourrait être effective à court terme, soit en 2020. La réforme touchera particulièrement les courses d’un jour, alors que les trois grands tours resteront inchangés, tout comme les courses à étapes de quelques jours.

«Sur les courses d’un jour, on peut avoir une vision plus internationale de notre sport. Il y a des courses qui historiquement ont fait le cyclisme comme Paris-Roubaix et le Tour des Flandres. Et il y a des courses qui historiquement sont aussi devenues des monuments en dehors de l’Europe. Montréal et Québec en font partie», a ajouté M. Lappartient.

Le dirigeant déplore également le manque de commanditaire d’envergure internationale dans le monde du vélo. «On a une diffusion de notre sport qui n’est pas suffisante à l’échelle mondiale. Nous avons aussi des pays et des marchés potentiels où nous n’avons pas forcément beaucoup d’épreuves ou pas de coureurs. Les mentalités ne sont pas faciles à faire changer. On va avancer et on souhaite avancer relativement rapidement», assure le président.

Sans surprise, ce dernier s’attend à un peu de résistance. Du côté des coureurs, les opinions semblent partagées. Les préoccupations des cyclistes professionnels touchent la plupart du temps la protection du nombre d’emplois et la sécurité des athlètes.

Dans ce futur circuit mondial des courses d’un jour, les «monuments», qui désignent les cinq classiques les plus prestigieuses, à savoir Milan-San Remo, le Tour des Flandres, Paris-Roubaix, Liège-Bastogne-Liège et le Tour de Lombardie, seraient évidemment inclus dans le calendrier. Le chevauchement des épreuves devrait aussi faire l’objet d’une analyse.

«La France, l’Italie et la Belgique auront plus d’épreuves que les autres par nature. On y sera ici aussi au Québec avec les deux courses que vous avez», a confirmé David Lappartient pour rassurer les plus inquiets.