/elections
Navigation

Transport interurbain: Québec solidaire propose un réseau public doté de 2 milliards $

Le porte-parole de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois, entouré de candidats lundi matin en point de presse, à Québec, dans la circonscription de Jean-Lesage.
Photo Taïeb Moalla Le porte-parole de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois, entouré de candidats lundi matin en point de presse, à Québec, dans la circonscription de Jean-Lesage.

Coup d'oeil sur cet article

Un éventuel gouvernement dirigé par Québec solidaire (QS) mettrait fin au monopole du privé dans le secteur du transport interurbain en créant une agence publique dotée d’un capital de 2 milliards$.

C’est ce que le porte-parole de QS, Gabriel Nadeau-Dubois, a annoncé lundi matin en point de presse, à Québec, dans la circonscription de Jean-Lesage.

La nouvelle Agence de transport interurbain (ATI) aura pour tâche de racheter les actifs des compagnies privées et de créer à partir des réseaux actuels «un service de transport interurbain abordable et bien implanté partout sur le territoire», indique QS.

«Quand j’étais plus jeune, tous les étés, je prenais l’autobus pour visiter ma famille à Thetford Mines. Aujourd’hui, l’autocar ne s’y rend plus. Parlez-en aux Gaspésiens, aux Beaucerons, aux gens de l’Abitibi. Partout, c’est le même constat : les villes de nos régions sont moins bien desservies qu’elles ne l’ont jamais été», a déploré M. Nadeau-Dubois.

Selon QS, «la piètre qualité du service actuel démontre l’échec du privé dans le secteur du transport interurbain au Québec».

Vers «une percée» de QS à Québec?

D’autre part, M. Nadeau-Dubois s’est dit convaincu que son parti «va faire une percée» à Québec. Cela dit, ce dernier est demeuré discret quant au nombre de députés visé. «Je serai bien mal avisé de mettre une limite aux percées qu’on va faire», a-t-il lancé, amusé.

Se disant «très optimiste», il a ajouté que QS «mène, et de loin, sa plus grande campagne dans la région avec une équipe formidable (...) Je sens une volonté de changer la politique québécoise. Je sens une fatigue à l’égard des vieux partis et ça peut bénéficier à Québec solidaire».