/elections
Navigation

16 millions $ pour rétablir la gratuité de la procréation assistée, promet la CAQ

Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault
CAPTURE D'ÉCRAN, TVA NOUVELLES Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault

Coup d'oeil sur cet article

LAVAL | Un gouvernement Legault rétablirait la gratuité pour le premier cycle de fécondation in vitro (FIV), un programme qui a permis 5000 naissances en quatre ans, souligne la CAQ.

«J’ai deux garçons de 24 et 25 ans. Je ne peux pas imaginer ma vie sans mes deux garçons. Et je souhaite que tous les parents éventuels au Québec aient le privilège de devenir parents. C’est une grande richesse», a lancé le chef caquiste mardi lors d’un point de presse à Laval.

Isabelle Charest, candidate caquiste dans Brome-Missisquoi et ex-patineuse olympique, a eu recours à la procréation assistée. Elle est maintenant mère de deux enfants. Elle souligne que l’infertilité est une maladie aux yeux de l’Organisation mondiale de la santé et qu’elle devrait donc être traitée gratuitement.

«J’échangerais mes médailles olympiques n’importe quand pour mes enfants. Et je suis convaincu que Steeve [Charbonneau, ex-joueur de football pour les Alouettes de Montréal] laisserait aller ses deux coupes Grey aussi. Vous avez juste à demander à n’importe qui quelle est leur plus grande richesse : c’est les enfants», a-t-elle lancé.

La couverture publique du programme de procréation assistée a pris fin en 2015 à la suite d’une décision du gouvernement Couillard. Depuis, les parents infertiles doivent se contenter d’un crédit d’impôt qui rembourse de 20 % à 80 % du prix des traitements, dépendant du revenu des ménages.

La CAQ s’engage à rendre le premier cycle de fécondation gratuit, mais souhaite à terme payer pour deux cycles «qui font la différence pour de nombreux couples». Avant 2015, l’État remboursait trois cycles. Cette promesse est évaluée à 16 M$ selon M. Legault.

Le Parti québécois a fait la même promesse il y a quatre jours et estime plutôt que cette bonification à 31 millions $. Le chef caquiste a affirmé que le PQ s’était peut-être «trompé» dans ses calculs. La CAQ souligne aussi qu’elle va abolir les crédits d’impôt et restreindre l’accès au programme qui coûtait en moyenne 66 M$ par année pour contrer les abus.

Le parti de François Legault s’est inspiré de recommandations du Commissaire à la Santé et du Collège des médecins et songe à:

  • Limiter l’accès aux traitements en fonction de l’âge des femmes, selon des balises scientifiques reconnues
  • Interdire le programme aux hommes qui se sont fait vasectomiser,
  • Sensibiliser les médecins à utiliser les traitements en dernier recours seulement,
  • Réduire les prix des médicaments novateurs qui sont très dispendieux pour la FIV,
  • Faire une évaluation psychologique des parents en présence de problèmes sociaux, familiaux ou conjugaux importants.

L’État débourse 35 millions $ annuellement depuis la fin de la gratuité et l’introduction du crédit d’impôt partiel.