/sports/others
Navigation

Championnat du monde: Desbiens devient maboule

Un total de 48 pays participeront dès jeudi au 48e championnat mondial de la boule de métal

Championnat du monde: Desbiens devient maboule
Photo Alain Bergeron

Coup d'oeil sur cet article

DESBIENS | Le départ de Max Pacioretty vers Las Vegas, la campagne électorale au Québec et les négociations pour moderniser l’ALENA, tout ça devient secondaire dans l’actualité. De jeudi jusqu’à dimanche, la planète tournera autour de Desbiens pour le championnat mondial masculin de pétanque.

« Hein ? Où ? » s’interroge-t-on dans une centaine de langues et dialectes parmi les 48 pays représentés à cet événement. « Drette là là », vont leur répondre avec leur accent unique au monde les gens du Lac-Saint-Jean en pointant vers cette municipalité de 1100 résidants.

Le maire Nicolas Martel anticipe une visibilité pour Desbiens et la région avec le championnat mondial de pétanque qui se tient dans sa municipalité jusqu’à dimanche.
Photo Alain Bergeron
Le maire Nicolas Martel anticipe une visibilité pour Desbiens et la région avec le championnat mondial de pétanque qui se tient dans sa municipalité jusqu’à dimanche.

« 1101, on a eu une naissance ce matin ! » blague le maire Nicolas Martel, le verbomoteur derrière l’organisation de ce championnat biennal de la Fédération internationale de pétanque et jeu provençal (FIPJP).

Discipline olympique ?

Ce n’est pas au camping de la plage Blanchet ou au Club de l’âge d’or qu’il faudra aller pour observer ces ténors mondiaux de la boule de métal de 800 grammes. Sous deux immenses chapiteaux abritant les 25 espaces de jeu et hissés sur le terrain du Juvénat, Desbiens pulvérise tous les préjugés colportant qu’il s’agit d’une activité pratiquée avec une cigarette à la main, quand ce n’est pas avec un verre porteur de réjouissances.

La pétanque, ce n’est pas de la rigolade, dans ce cas-ci. Ce tournoi tombe durant l’opération charme lancée par la FIPJP dans son objectif de faire adjuger en 2022 par le Comité international olympique la pétanque comme discipline aux Jeux de Paris en 2024. Plus de 635 passeports à 35 $ l’unité ont déjà été vendus pour les quatre jours de compétitions, ce qui doit faire un petit velours à une fédération dont le siège social est basé à Marseille.

« À part la France, l’Espagne et la Belgique, on pense être l’un des rares pays au monde à pouvoir faire une finale avec 2000 spectateurs dans les estrades », croit Bernard Aurouze, un Français établi au Québec depuis 40 ans et vice-président à la fédération internationale depuis 11 ans.

Des retombées

La majorité des joueurs de tous les pays étaient attendus à Desbiens durant la soirée de mardi en prévision des premières rondes de qualification de jeudi. Ils occuperont près de 200 chambres d’hôtel dénichées de Saint-Félicien jusqu’à Jonquière.

Ces jours-ci, Nicolas Martel ne regrette plus d’avoir lancé sa municipalité dans ce projet un peu fou, malgré le décès du premier véritable initiateur, André De la Ronde, parti quatre jours avant l’attribution de ce championnat en avril 2017.

« Au départ, les gens qu’on approchait pour le financement me recevaient avec un sourire en coin », évoque le maire.

« Mais au final, qui aura eu raison ? Selon moi, c’est Desbiens parce qu’il y aura des retombées inestimables en termes de visibilité. Il ne faut pas oublier que c’est un championnat qui a déjà eu lieu à Marseille, à Rotterdam et dans de grandes capitales du monde. Je suis un régionaliste et je veux vendre ma région. Trouver au Québec un championnat mondial qui amène plus de 40 pays au même endroit, ça n’arrive pas souvent. »

 

À la mémoire d’André

Andrée Bouchard, la conjointe de l’initiateur de l’événement, André De la Ronde, aujourd’hui décédé, est fière que le projet de son mari ait abouti.
Photo Alain Bergeron
Andrée Bouchard, la conjointe de l’initiateur de l’événement, André De la Ronde, aujourd’hui décédé, est fière que le projet de son mari ait abouti.

Quand elle verra tous ces joueurs étrangers de pétanque marcher dans ses rues durant les prochains jours, Andrée Bouchard lèvera instinctivement les yeux vers le ciel. C’est un peu grâce à son chéri rendu là-haut que Desbiens accueille ce championnat mondial.

La petite municipalité du Lac-Saint-Jean allait apprendre, le 7 avril 2017, si sa candidature l’emporterait contre celles du Vietnam et du Bénin pour l’obtention de cet événement. André De la Ronde, « Monsieur pétanque » dans la région et même au-delà en tant que secrétaire à la fédération provinciale, avait été le premier à croire à cette idée impossible. Il n’aura jamais pu savourer la grande nouvelle.

L’homme est décédé dans son sommeil durant la nuit du 3 avril. Coma diabétique. « Avant de se coucher, il m’avait demandé : “tu me réveilleras à 8 h demain matin” », raconte sa conjointe.

« Quand je vois tout ça aujourd’hui, que tout est prêt et qu’il y a eu une belle réponse de Desbiens, c’est touchant pour moi. Je suis fière de lui et il peut être fier lui aussi », nous dit la dame, qui attendait parmi une vingtaine de bénévoles les délégations des différents pays pour leur accréditation, mardi soir.

Bénévole dévoué

Durant sa vie, André De la Ronde a offert à la pétanque la définition la plus extrême du bénévole dévoué. C’est lui qui avait incité la municipalité de Desbiens à investir 10 000 $ en 2011 pour aménager 18 terrains. C’est vite devenu une affaire régionale. Plus de 250 joueurs s’y réunissaient tous les dimanches pour la compétition.

Devant cette forte demande, il a organisé la Coupe Québec en 2016, à laquelle ont participé plus de 600 joueurs et 2000 visiteurs. Ce fut le déclic pour croire à un championnat mondial.

Double baume

Voir le monde débarquer ainsi à Desbiens procure un double baume à Andrée Bouchard. En rémission d’un cancer de l’endomètre déclaré en janvier 2016, elle se surprend par son énergie à l’approche de l’événement. Madame est la nouvelle présidente du club de pétanque local, après tout, alors pas question de rater la fête.

Cette phrase entendue récemment la convainc de poursuivre la mission : « On a la preuve que les gens ne nous quittent jamais... »

 

Financement: 115 000 $ de Québec 

C’est dans la circonscription voisine de Roberval, mais Desbiens a décidé d’aller y cogner à la porte pour lancer son financement pour le championnat mondial de pétanque. Le premier ministre Philippe Couillard, fils d’une mère originaire de France, berceau mondial de la pétanque, devenait le premier filon à explorer pour nourrir un budget d’organisation de 300 000 $.

Québec a annoncé une aide financière de 115 000 $ en avril dernier, puisée dans le Programme de soutien aux événements sportifs internationaux. La MRC Lac-Saint-Jean-Est a ensuite injecté 25 000 $ et certaines villes ont aussi contribué, dont Desbiens avec 35 000 $.

« Au départ, on avait établi un budget de 500 000 $, mais on s’est dit ensuite qu’il fallait faire avec les moyens qu’on a. On a un budget de 1,4 million $ à la municipalité, alors dans notre vie à Desbiens, on a toujours appris à se débrouiller avec de la créativité », explique le maire Nicolas Martel, directeur d’une école secondaire à Alma dans son quotidien.

Comme conditions imposées par la Fédération internationale de pétanque et de jeu provençal, le comité organisateur doit accueillir les délégations à leur arrivée au Québec, défrayer les coûts d’hébergement et de repas.

 

Joueurs étrangers: enfin un visa au champion 

Desbiens apprivoise le stress lié à l’obtention des visas pour les joueurs étrangers. Les organisateurs ont poussé un soupir de soulagement lundi soir lorsque le champion en titre des tirs de précision, Mean Chan Sok, a enfin pu quitter son Cambodge.

« Il fallait qu’il soit ici. C’est le Wayne Gretzky de la pétanque ! Dans son pays, c’est une grande vedette », expose le maire Martel.

 

4e mondial au Québec 

Cet événement à Desbiens marque le 4e arrêt de la Fédération internationale de pétanque et jeu provençal au Québec pour y tenir un championnat mondial.

La ville de Québec avait accueilli ce même championnat masculin en 1975, auquel avaient participé une quinzaine de pays. En 2002, La Tuque a présenté le championnat féminin. Puis, en juillet 2005, Longueuil a tenu la 10e édition du Mondial des jeunes.