/elections
Navigation

La Meute s’invite dans la campagne

Coup d'oeil sur cet article

Le groupe identitaire La Meute s’invite dans la campagne. Le Parti libéral, le Parti québécois et la CAQ ont porté plainte à la police pour des graffitis peints devant leurs locaux.

Les graffitis en question ont pris la forme d’une patte de loup, symbole caractéristique de La Meute.

Le député péquiste de Matane-Matapédia, Pascal Bérubé, a même eu droit à la visite d’un « cortège » de représentants du groupe identitaire devant son local de circonscription le 25 août, en matinée.

« Il y a plusieurs véhicules qui sont venus, ils ont manifesté dans le côté de mon bureau », a-t-il précisé. M. Bérubé signale que les manifestants ont utilisé une bombe de peinture pour faire leurs graffitis. Une plainte a été déposée à la police, de même qu’une bande vidéo de la manifestation.

Des locaux électoraux de la CAQ dans les régions de Laval et des Laurentides ont également été la cible de La Meute. La porte-parole du parti a confirmé qu’une plainte a été déposée à la Sûreté du Québec.

Atalante

Le groupe d’extrême droite Atalante a aussi voulu attirer l’attention des troupes de François Legault. Des « pancartes » du groupe ont été apposées devant le quartier général de la CAQ dans la région de Québec. Aucune plainte n’a toutefois été déposée. Au PLQ, la porte-parole Catherine Maurice n’a pas voulu préciser quels élus sortants ou candidats libéraux ont été ciblés par La Meute. Elle a néanmoins confirmé que le parti a contacté la police à ce sujet il y a quelques jours.

« Nous portons plainte à la police, car lorsqu’un rapport de police est fait, nous pouvons ne pas comptabiliser ces dépenses de nettoyage dans nos dépenses électorales », a-t-elle insisté.

Québec solidaire a aussi eu droit à quelques graffitis de la part de La Meute. Le parti refuse toutefois d’en dire davantage pour éviter de leur donner de la visibilité.

Pas de l’intimidation

Le porte-parole de La Meute, Sylvain « Maikan » Brouillette, soutient qu’il ne s’agit nullement d’actes de vandalisme, mais de gestes qui visent seulement à « attirer l’attention des médias » sur leurs revendications.

Le débat identitaire qui fait rage depuis quelques jours entre les différents partis politiques lui plaît. Il estime que c’est la CAQ et le PQ qui rejoignent davantage les positions de La Meute.

Péquistes et caquistes se sont prononcés en faveur d’une diminution du nombre d’immigrants. Sylvain Brouillette ne croit pas cependant que ce soit nécessaire d’abaisser les seuils d’immigration.

« Il faut juste diriger [les immigrants] aux bons endroits », notamment en région », dit-il.

« Le PLQ refuse le débat carrément, aussitôt qu’on parle d’immigration, c’est considéré comme du racisme et de la xénophobie, c’est une des raisons pourquoi on pense que le PLQ a fait son temps au Québec. »