/elections
Navigation

Le PLQ promet la gratuité du transport en commun pour les aînés et les étudiants

Question de donner l’exemple, le chef du PLQ, Philippe Couillard, est monté à bord d’un autobus de la Société de transport de Laval avec sa conjointe, Suzanne Pilote, mardi matin, pour se rendre au Collège Montmorency où il procédait à son annonce du jour.
Photo collaboration spéciale, Pool Ryan Remiorz Question de donner l’exemple, le chef du PLQ, Philippe Couillard, est monté à bord d’un autobus de la Société de transport de Laval avec sa conjointe, Suzanne Pilote, mardi matin, pour se rendre au Collège Montmorency où il procédait à son annonce du jour.

Coup d'oeil sur cet article

LAVAL | Alors que Philippe Couillard se targue d’avoir accordé plus d’autonomie aux municipalités, le Parti libéral du Québec s’est engagé mardi à imposer, partout dans la province, la gratuité du transport collectif pour les aînés et les étudiants.

«Ça va être la première chose qu’on va faire», a annoncé le chef libéral devant un groupe d’étudiants du Collègue Montmorency, mardi matin.

En point de presse, il a fait valoir qu'il s’agit selon lui du «plus important engagement en transport collectif des dernières années».

Les sociétés de transport, qui relèvent des villes, seraient évidemment compensées par le gouvernement en se partageant une somme estimée à 200 M$ par année.

À l’instar de la grille tarifaire de la Société de transport de Montréal (STM), tous les étudiants à temps plein, peu importe leur âge, pourraient profiter de cette gratuité.

Le PLQ estime qu’environ 200 000 étudiants et 80 000 aînés profiteraient de cette mesure.

Partout au Québec

Lors de la dernière campagne électorale municipale, Équipe Coderre et Projet Montréal s’étaient tous deux engagés à instaurer un «tarif social» au bénéfice des moins nantis.

Valérie Plante promettait également la gratuité pour les aînés et les enfants. En février dernier, la mairesse de Montréal a d’ailleurs demandé à la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) d’étudier l’implantation de ce type de tarification.

«Nous ne voyons pas de contradiction entre cette promesse (du PLQ) et la tarification sociale, bien au contraire», a réagi le cabinet de la mairesse de Montréal, dans un courriel envoyé à notre Bureau parlementaire mardi matin.

«Je ne tourne pas le dos à l’idée d’une tarification sociale, mais c’est un peu plus compliqué à mettre en place. Comment on vérifie le revenu d’une personne qui entre dans l’autobus», a soulevé de son côté M. Couillard.

D’autres villes qui, comme Laval, offrent déjà le transport collectif sans frais pour les aînés, ou qui, comme Sainte-Julie, ont instauré la gratuité pour tous, obtiendraient quant à elles une compensation financière qu'ils n'ont pas actuellement.

5 M$ pour un «passeport mobilité»

Les libéraux proposent également de mettre en place un «passeport mobilité», qui permettrait aux usagers d’emprunter tous les services de transport durable de la province avec un même laissez-passer en utilisant leur cellulaire ou une carte d'accès universelle.

Ce mode de paiement universel s’étendrait non seulement à l’autobus, au métro et au train de banlieue, mais aussi à l’autopartage et au vélopartage. Son implantation est évaluée à 5 M$.

Le Parti libéral veut aussi demander à la Caisse de dépôt et placement d’étudier «en toute indépendance», la possibilité de prolonger le REM jusqu’à Mirabel.

Attirer le vote des jeunes

Ces mesures annoncées par Philippe Couillard visent vraisemblablement à ramener au Parti libéral du Québec le vote des jeunes, qui penche de plus en plus pour Québec solidaire, notamment.

Le sondage Léger publié aujourd'hui dans les pages du quotidien Le Devoir signale un repli important du vote libéral chez les 18 à 24 ans. Selon ce dernier coup de sonde national, l’appui des jeunes dont se félicite Philippe Couillard depuis le début de la campagne électorale aurait fondu de sept points, pour atteindre le même niveau qu'à la CAQ.

«La jeunesse du Québec s’identifie comme jamais auparavant [au PLQ]», a pourtant déclaré M. Couillard dimanche dernier à Trois-Rivières.

Or, il semble que le PLQ ne fasse plus mieux que le PQ ou la CAQ dans cette catégorie. Selon un sondage Mainstreet–Groupe Capitales Médias dont les résultats ont été rapportés lundi, Québec solidaire dominerait actuellement chez les 18-34 ans avec 31 % d’appuis.

Rappelons que le parti dirigé par Manon Massé et Gabriel Nadeau-Dubois propose de son côté de réduire de moitié les tarifs des services de transport en commun partout au Québec.

«Une mesure mur-à-mur», critique Lisée

Lors d’un point de presse à l’Université de Montréal, Jean-François Lisée s’est demandé où le PLQ prendra l’argent pour financer sa mesure. «On a très hâte de voir comment ils financent ça, dit le chef péquiste. Il y a des choix à faire.»

M. Lisée a rappelé que des municipalités du Québec offrent déjà la gratuité à certaines clientèles, tandis qu’à La Prairie, «c’est gratuit pour tous». «Les sociétés de transport sont en train de prendre leurs décisions localement, souligne-t-il. Donc, est-ce que c’est à nous de prendre une mesure mur-à-mur?»

De plus, Jean-François Lisée estime que les sommes nécessaires pour instaurer la gratuité seraient mieux investies dans certains services sociaux. «Ça nous prend 400 millions $ pour compléter le réseau des garderies éducatives, ça, c’est une priorité», estime-t-il.

-Avec la collaboration de Patrick Bellerose

LE PLQ PROMET :

  • Transports en commun gratuits pour les étudiants à temps plein et les aînés : 200 M$ par année
  • Le « Passeport mobilité », une carte à puce pour tous les services de transport collectif (autobus, métro, trains, taxis, auto-partage, vélo-partage) : 5 M$
  • Prolongement possible du REM vers Mirabel, si la CDPQ accepte de l’étudier