/elections
Navigation

Lisée veut augmenter son «facteur bière»

Le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée
PHOTO AGENCE QMI, JOEL LEMAY Le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | Le premier grand débat de la campagne électorale jeudi prochain sera l’occasion pour Jean-François Lisée d’augmenter sa cote d’amour auprès des Québécois.

«Mon objectif, c’est de monter significativement la proportion des gens qui veulent prendre une bière, un verre de vin ou un café avec moi», a commenté le chef péquiste mardi, à deux jours du débat organisé par Radio-Canada.

Selon un sondage Léger mené pour Le Journal/LCN à la fin du mois d’août, Jean-François Lisée arrive bon dernier quand on demande au Québécois avec quel chef ils souhaiteraient prendre un verre.

Seulement 10% des électeurs accepteraient l’invitation, contre 18% pour le chef de la CAQ François Legault. Le chef libéral Philippe Couillard obtient 11%, tandis que 15% des Québécois iraient trinquer avec la porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé.

Jean-François Lisée a également confié qu’il cherche le moyen de bien expliquer son programme sans donner l’impression de faire la leçon aux Québécois. «C’est la question que je me pose», dit-il.

«C’est un défi, ajoute-t-il. Je vais être moi-même et je verrai comment ça arrive et je verrai comment ça se passe. Mais j’espère que les gens vont découvrir des aspects de ma personnalité en me voyant pendant trois heures, pour ceux qui vont rester jusqu’à la fin, qu’ils n’ont pas perçu en voyant des clips où j’étais de mauvaise humeur contre le premier ministre pendant deux ans.»

Appel au vote stratégique

Quelques minutes après son point de presse, le chef péquiste a participé à un entretien organisé par la FAECUM devant des étudiants de l’Université de Montréal. Dans son mot de la fin, Jean-François Lisée a appelé les jeunes tentés par Québec solidaire à voter pour sa formation politique.

Il a fait valoir que son parti propose «une vraie politique d’environnement, une vraie politique intergénérationnelle, une vraie politique progressiste». «Je sais qu’il y en a parmi vous qui préfèrent le programme de Québec solidaire et je respecte ça. Mais, ils ne formeront pas le gouvernement, a-t-il plaidé. Ceux qui peuvent former le gouvernement, c’est le Parti québécois.»