/news/health
Navigation

Une médecin a été «trop expéditive»

Elle s’expose à une radiation temporaire de deux mois

Eva Pordan, Médecin
Photo Martin Alarie Eva Pordan, Médecin

Coup d'oeil sur cet article

Une médecin de Westmount qui cumulait les plaintes de patients mécontents a reconnu mardi avoir fait une consultation à la va-vite et tenter de se rattraper par la suite.

La Dre Eva Pordan, qui travaillait dans une clinique sans rendez-vous de l’île de Montréal, s’expose à une radiation temporaire de deux mois et 6000 $ d’amende pour avoir négligé d’effectuer un examen physique approprié en mai 2015 sur une patiente en douleurs.

Cette patiente âgée, dont l’identité est protégée, s’était présentée à sa clinique pour des maux à l’intérieur des cuisses qu’elle peinait à bien identifier et expliquer. Insatisfaite de sa consultation de quelques minutes, elle a porté plainte au Collège des médecins.

Elle fait des ajouts

Dans la copie de son dossier médical à la clinique Westmount Square, obtenue par le syndic adjoint du Collège, le rapport de consultation ne note aucun examen physique, aucun diagnostic et qu’une prescription d’acétaminophène.

Or, lorsque le syndic adjoint a demandé des explications à la Dre Pordan, elle a fourni un rapport de consultation contenant un diagnostic d’arthrose et une référence en physiothérapie, n’indiquant nulle part avoir fait ces ajouts plus de deux ans après la consultation. Elle a admis son erreur mardi, plaidant coupable d’entrave au travail du syndic.

Depuis 2008, la médecin de famille cumulait aussi au moins cinq plaintes d’autres patients critiquant ses « évaluations trop expéditives », ce qui lui a valu des mises en garde du Collège qui lui a demandé de suivre un stage de tutorat.

Grand stress

La Dre Pordan a reconnu ses torts devant le Conseil de discipline, se disant déçue de la façon dont elle avait géré certains patients. Elle a dit qu’elle ressentait un grand stress dans la clinique quand elle voyait tous les patients qui attendaient et qu’elle cherchait toujours à en soigner le plus possible.

Mais qu’aujourd’hui, elle a appris à ralentir la cadence et à rassurer davantage ses patients.

La dame ayant porté plainte était présente et a simplement dit « vouloir que les médecins soignent leurs patients ». Elle a même serré dans ses bras la Dre Pordan après l’audience.


Le Conseil de discipline a pris la cause en délibéré et rendra sa décision d’ici 90 jours.