/opinion/columnists
Navigation

Bulletin de mi-campagne

Coup d'oeil sur cet article

À mi-chemin de la campagne électorale, quel bilan pouvons-nous faire du travail des chefs ?

Couillard

Le chef libéral ne mène pas une campagne particulièrement bonne ni mauvaise. Il est peu présent et donne l’impression de ne pas être à l’aise. Philippe Couillard a toujours été plus habile dans ses habits de premier ministre que dans ceux de chef de parti. Il devra en faire davantage s’il souhaite réussir à convaincre les Québécois de résister à la volonté de changement.

Legault

Il serait faux de prétendre que François Legault est étincelant dans cette campagne. Par contre, ceux qui pensaient qu’il était pour se mettre les pieds dans les plats pendant 39 jours ont eu tort jusqu’à présent. La campagne caquiste a connu des ratés, mais on retiendra la rapidité d’action du chef et de son équipe. Clairement, la CAQ était la formation la mieux préparée pour cette élection et cela leur a permis de contrôler le message et l’agenda plus efficacement que les autres partis.

Lisée

Jean-François Lisée devait frapper vite et fort pour s’imposer dès le lancement. Or, il a connu une bonne première semaine de campagne, mais sans plus. Depuis ce temps, c’est beaucoup plus difficile. Michelle Blanc et Guy Leclair auront mis en lumière les difficultés du chef à gérer les controverses au sein de son équipe. Pour l’instant, il appert que le chef Lisée aura réussi à sauver les meubles. Mais ses chances de l’emporter ou même de former l’opposition officielle sont de plus en plus minces. Très minces.

Massé

Il est temps que cesse la « free ride » dont bénéficie QS depuis trop longtemps. Malgré la bonhomie qui entoure la campagne de Manon Massé, il faut dire les choses comme elles le sont : ce parti n’est pas sérieux et se couvre de ridicule tant il est irréaliste et rêveur. Voilà qui est dit.