/world/europe
Navigation

Des véganes interpellés dans l'enquête sur les boucheries vandalisées

Des véganes interpellés dans l'enquête sur les boucheries vandalisées
AFP

Coup d'oeil sur cet article

LILLE | Six personnes proches des milieux véganes ont été interpellées cette semaine en France dans le cadre de l'enquête sur la vandalisation récente de neuf commerces, dont des boucheries ou des poissonneries, à Lille et sa région, a-t-on appris mercredi de sources concordantes.

Entre mai et août, plusieurs commerces de la métropole lilloise -- boucheries, poissonneries, fromagerie ou restaurants McDonald's-- avaient été vandalisés, avec des vitrines brisées, des inscriptions hostiles au spécisme.

La mairesse socialiste de Lille Martine Aubry avait fait part de sa «consternation» et la ville s'était constituée partie civile après l'attaque d'une boucherie en plein centre-ville en mai.

«Sur les six interpellations, une personne devrait être déférée mercredi tandis que les gardes à vue des cinq autres ont été levées ou vont l'être», a indiqué à l'AFP le parquet de Lille.

Les enquêteurs ont pu mener ces interpellations «grâce à l'ADN et à un travail de téléphonie», selon une source proche du dossier, précisant qu'il y avait eu aussi des perquisitions fructueuses.

Selon le site du journal régional La Voix du Nord, il s'agit de cinq femmes et d'un homme, âgés de 22 à 54 ans.

Le spécisme (du latin «species», l'espèce) est une idéologie, rejetée par les véganes, postulant une hiérarchie entre les espèces, notamment entre l'être humain et les animaux, aboutissant à la consommation humaine d'animaux.

Ces attaques avaient poussé les bouchers-charcutiers à demander la protection des autorités au début de l'été. Début septembre, un festival vegan avait été organisé dans la région, faisant craindre des tensions ou débordements avec des représentants des bouchers, poissonniers ou des chasseurs, mais tout s'est finalement déroulé dans le calme.