/news/society
Navigation

Elle pourrait avoir une nouvelle greffe

Elle avait reçu un rein d’une inconnue il y a 3 mois

Janie Boulianne Gref enlace Marie-Ève Cronin à la résidence de cette dernière lundi.
Photo collaboration spéciale, Alex Drouin Janie Boulianne Gref enlace Marie-Ève Cronin à la résidence de cette dernière lundi.

Coup d'oeil sur cet article

SHERBROOKE | Une femme qui a eu la chance de se faire donner un rein par une inconnue touchée par son histoire sur les réseaux sociaux pourrait devoir subir une nouvelle greffe.

Janie Boulianne Gref, 34 ans, était en attente d’un rein depuis septembre 2015 après qu’on lui eut diagnostiqué une insuffisance rénale. Pendant son attente, elle a partagé son quotidien sur son compte Facebook.

Marie-Ève Cronin, 36 ans, a été touchée par son histoire. Elle a décidé de lui donner un de ses reins, même si elle ne la connaissait pas du tout.

Le 25 mai dernier, les deux femmes passaient sous le bistouri. L’une pour se faire enlever un rein et la seconde pour se le faire greffer.

Complications

Or, trois mois plus tard, Mme Boulianne Gref a vécu des complications et il n’est pas exclu qu’elle doive subir une nouvelle greffe.

Elle a dû être opérée de nouveau le 1er août puisque l’artère du rein qu’elle s’est fait greffer ne fonctionnait qu’à 10 % de ses capacités. À la suite de l’opération, l’artère fonctionne à 50 % et elle pourrait repasser sous le bistouri d’ici quelques semaines.

« Mon combat n’est pas terminé et j’ai l’impression d’être encore dans l’attente », a dit avec déception Mme Boulianne Gref.

Marie-Ève Cronin n’a jamais regretté sa décision de donner son rein, au contraire.

« Je ne regrette rien. Elle a une meilleure qualité de vie aujourd’hui », a dit sans détour Mme Cronin en parlant des traitements de dialyse que devait faire trois fois par semaine Mme Boulianne Gref avant la greffe.

Moments difficiles

Selon la présidente de la Fondation canadienne du rein de la section de l’Estrie, Josée Parenteau, la première année après une greffe est cruciale. « Le risque de rejet est alors plus élevé », a-t-elle confirmé.

Mme Boulianne Gref a fait savoir que le rein qu’elle a reçu n’a pas été affecté par les complications des dernières semaines, mais qu’elle ignore si d’autres problèmes pourraient se produire.

« Le rein que j’ai reçu est de très bonne qualité et je souhaite le garder », s’est-elle souhaité.