/portemonnaie/lifestyle
Navigation

L’ABC des mythes à défaire à propos d’une première hypothèque

L’ABC des mythes à défaire à propos d’une première hypothèque

Coup d'oeil sur cet article

C’est bien beau d’avoir appris le théorème de Pythagore au secondaire, mais quand vient le temps de prendre de grandes décisions comme l’achat d’une première propriété, on constate qu’une leçon «Finances personnelles 101» n’aurait pas fait de tort. 

Devenir propriétaire et obtenir une hypothèque mériteraient certainement un cours complet, mais voici un ABC d’idées préconçues à réévaluer et quelques conseils pour mieux se préparer.

A: comme dans «Accumuler le maximum de mise de fonds est la meilleure chose à faire»

À première vue, accumuler une importante mise de fonds confère des avantages non négligeables. 

Premièrement, plus la somme est grande, il va de soi qu’on aura moins à rembourser. Deuxièmement, si la mise est de 20 % ou plus, la prime d’assurance prêt de la SCHL (2,8 % à 4,5 % du prêt) ne sera pas exigée. Cela peut représenter une économie de plusieurs milliers de dollars.

Mais...

Cette prime n’est pourtant pas nécessairement une mauvaise chose. Plusieurs institutions financières vont offrir un taux légèrement moins élevé sur les prêts assurés. Conséquemment, cette réduction pourrait couvrir une bonne partie de la prime et vous pourriez gagner à investir ailleurs l’excédent de la mise de fonds accumulée.

La leçon à tirer de tout ça? On doit magasiner son hypothèque avec le même souci du détail que lors du magasinage de sa propriété.  

Cela inclut d’effectuer ses calculs et d’aller voir ce qui est offert par les autres prêteurs. D’ailleurs, puisque le taux d’intérêt et la mise de fonds ne sont pas les seuls facteurs à considérer, il peut être utile de faire appel à un courtier hypothécaire pour dénicher le produit le mieux adapté à ses besoins. 

L’ABC des mythes à défaire à propos d’une première hypothèque
crédit : unsplash

 

B: comme dans «Bonne dette»

Distinguer de façon trop simpliste les bonnes des mauvaises dettes est un exercice parfois hasardeux. Généralement, un endettement lié à la consommation est perçu comme étant «mauvais», tandis que l’on considère positivement celui menant à l’acquisition d’un actif. 

Or, si gonfler un solde de carte de crédit à coups de restos et de vêtements griffés n’est pas l’idée du siècle, cela ne garantit pas qu’obtenir une hypothèque soit assurément une décision financière éclairée. 

C’est normalement sur un horizon à long terme qu’emprunter pour devenir propriétaire est bénéfique.

Puisque l’achat d’une première maison engendre un lot important de dépenses au moment de la transaction et lors des mois subséquents, on doit être relativement sûr de sa «shot».

Si des changements de vie considérables sont prévisibles, déménager pour le travail par exemple, le fait de devoir vendre rapidement pourrait en venir à coûter cher.

Il en va de même pour les nouveaux couples qui gagneraient à tester la cohabitation en appartement avant de cosigner un emprunt hypothécaire.   

L’ABC des mythes à défaire à propos d’une première hypothèque
crédit : unsplash

 

C: comme dans «Chercher le montant d’emprunt maximal»

Malgré le resserrement des conditions pour l’obtention d’un prêt hypothécaire, il est encore possible de se mettre dans une situation précaire. 

Pour éviter que la propriété devienne un carcan à sa liberté, cela exige de monter un budget tenant en compte de ses besoins actuels ainsi que ses désirs futurs. 

Quand le prêteur établit le montant qu’il peut vous accorder, il considère une panoplie de facteurs. Mais ceux-ci n’incluent peut-être pas votre envie de voyager plus, de réorienter votre carrière dans les prochaines années ou d’investir dans un projet. Puisque ces décisions pourraient avoir un impact sur vos dépenses et vos revenus, il peut être préférable de prendre une hypothèque en deçà du maximum alloué, question de se garder du lousse.

L’ABC des mythes à défaire à propos d’une première hypothèque
crédit : unsplash

 

Étant donné que chaque situation est différente et personne ne peut prédire son avenir, l’important à retenir est de faire preuve de prudence, d’effectuer ses calculs et d’obtenir le soutien d’experts avant de se lancer.

 

 

 

Suivez-nous sur
les réseaux sociaux