/elections
Navigation

L’auditorium du cégep comble pour les candidats dans Taschereau

L’ambiance était décontractée lors du débat électoral mercredi soir entre les candidats des quatre principaux partis dans Taschereau, au cégep Garneau, à Québec.
Photo Taïeb Moalla L’ambiance était décontractée lors du débat électoral mercredi soir entre les candidats des quatre principaux partis dans Taschereau, au cégep Garneau, à Québec.

Coup d'oeil sur cet article

Lors d’un débat électoral fort couru au cégep Garneau, les candidats dans Taschereau des quatre principaux partis en lice ont eu des échanges fort amicaux et étonnamment consensuels.

Près de 400 cégépiens, dont certains qui n’ont pas l’âge légal de voter, se sont entassés, mercredi soir, à l’auditorium principal du cégep Garneau, à Québec.

Faute de place, des dizaines de personnes ont d’ailleurs dû rebrousser chemin et quitter les lieux sans pouvoir assister à la joute. Dans un climat bon enfant, les candidats n’ont pas hésité à s’applaudir mutuellement et à se lancer des blagues au grand plaisir de l’auditoire.

Mobilité

Sans surprise, le thème de la mobilité a particulièrement retenu l’attention.

La candidate caquiste, Svetlana Solomykina, a dit être elle-même « tombée dans le piège d’associer le troisième lien aux voitures, il y a quelques années ».

Selon son analyse actuelle, « le troisième lien, ce n’est pas seulement pour les voitures. Ça peut être aussi le tramway à côté. Ça peut être aussi d’autres alternatives. Il s’agit d’un trait d’union entre la rive nord et la rive sud. »

En terrain visiblement conquis, la solidaire Catherine Dorion a été très applaudie lorsqu’elle a exprimé son opposition au mégaprojet.

« S’il y a un troisième lien, le lobby de la construction, le lobby pétrolier, le lobby de l’automobile et les promoteurs de la Rive-Sud vont être très contents. Par contre, à Québec, on va avoir des milliers de voitures de plus à l’heure du trafic au centre-ville tous les jours », a-t-elle tonné.

Diane Lavallée, candidate du Parti québécois (PQ), a réitéré le soutien de son parti au projet de tramway et de trambus de la Ville de Québec.

Elle a ajouté que le bureau de projet du troisième lien, doté d’un budget de 20 millions $, planche actuellement sur les meilleurs moyens de réduire la congestion routière. « Peut-on les laisser travailler ? » a-t-elle demandé.

Le libéral Florent Tanlet a tenu à rappeler que c’est le gouvernement libéral qui a suggéré au maire Labeaume de « voir grand » pour son projet de réseau de transport structurant.

Sur le troisième lien, M. Tanlet s’est contenté de dire qu’il y a « des études qui sont en cours. Laissons travailler les experts. »

Tous bons !

Plusieurs sondages montrent que la lutte dans Taschereau, au centre-ville de Québec, est extrêmement serrée. Chacun des quatre principaux partis peut encore prétendre à la victoire.

À la sortie du débat, une cégépienne a bien fait rire son amie en lui lançant ceci : « Ils sont vraiment tous bons. Je ne sais toujours pas pour qui je vais voter. »