/news/society
Navigation

Les conseils des pharmaciens feraient économiser 500 millions $ à l’État

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – En prodiguant des conseils de première ligne, les pharmaciens communautaires feraient économiser à l’État près de 500 millions $ par année, selon une étude publiée mercredi par l’Association québécoise des pharmaciens propriétaires (AQPP).

Selon l’étude, réalisée conjointement par des chercheurs du CIRANO, du Centre hospitalier de l’Université de Montréal et de HEC Montréal, les pharmaciens communautaires effectuent des dizaines de millions de consultations chaque année. On y apprend ainsi que dans 77 % des cas, les conseils donnés par les pharmaciens ont évité aux patients l’utilisation d’au moins une autre ressource du système de santé.

De plus, ces consultations ont permis aux patients de sauver du temps, puisque 26 % d’entre eux ont affirmé que cette option leur avait permis de ne pas s’absenter du travail.

«L’étude confirme ce que nous savions implicitement, c’est-à-dire que les pharmaciens communautaires jouent un rôle de triage de premier plan», a déclaré Jean Thiffault, président de l’AQPP.

Pour Jean Bourcier, vice-président exécutif et directeur général de l’AQPP, «l’étude met en lumière deux points fondamentaux: la confiance accordée par une vaste majorité de patients à leur pharmacien à titre de première source de consultation, ainsi que l’efficacité de la consultation en pharmacie».

Les données recueillies pour l’étude ont permis à l’AQPP d’estimer que les conseils offerts par les pharmaciens représentent une valeur de près de 500 millions $ par année par le système de santé. Ce qui représente 707,04 $ quotidiennement pour chacune des 1900 pharmacies du Québec.

L’étude a été menée auprès de 913 répondants/patients ainsi qu’au sein de 19 pharmacies communautaires dans 11 régions du Québec.