/news/society
Navigation

Les refuges en itinérance de Québec débordent

Les refuges en itinérance de Québec débordent
Photo d'archives, Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC – Les refuges pour femmes en difficulté et pour itinérants sont au maximum de leur capacité à Québec.

Une jeune mère de deux enfants ne sait plus vers qui se tourner. Elle souhaite obtenir de l'aide, mais n'arrive pas à trouver une ressource d'hébergement.

«Pour encadrer une famille, ça me prend une place pour vivre. Si j'étais quelqu'un qui avait besoin d'aide tous les jours, mais non! Je travaillais au gouvernement avant», s'exclame la jeune femme qui s'est retrouvée à la rue après avoir été victime de violence conjugale et qui souhaite garder l'anonymat.

Elle a fait des dizaines d'appels dans les maisons d'hébergement à Québec. Elle accumule les refus depuis les derniers jours.

Le Regroupement pour l'aide aux itinérants et itinérantes de Québec (RAIIQ) ressent une forte pression et est dépassé par le manque de ressources.

«Actuellement, on est très préoccupés par le grand achalandage et le débordement des refuges à Québec. Quinze lits d'urgence ont été ajoutés chez les hommes et neuf pour les femmes, mais on est encore sous la barre des besoins», a expliqué l'intervenante au RAIIQ Magali Parent.

Réalité différente pour les femmes

Le nombre de femmes en situation d'itinérance est aussi en hausse. Une réalité différente des hommes.

«Lorsque j'appelle dans les refuges, on me dit que je ne peux y aller avec mes deux enfants. Dans certains, ma fille seulement est acceptée et non les garçons», ajoute la jeune mère en difficulté.

«Pour les femmes avec enfants, les infrastructures, les ressources sont limitées à Québec. Il y a seulement au YWCA où c'est possible», a ajouté Magali Parent.