/sports/others
Navigation

Tour d’Espagne : Woods écrit une page d’histoire

Le cycliste de Gatineau est le premier membre de la FQSC à remporter une étape d’un grand tour

Au sommet du Balcon de Bizakia, Michael Woods exulte au moment où il franchit la ligne d’arrivée, après un éreintant effort pour distancer ses rivaux dans le dernier kilomètre de la course.
Photo AFP Au sommet du Balcon de Bizakia, Michael Woods exulte au moment où il franchit la ligne d’arrivée, après un éreintant effort pour distancer ses rivaux dans le dernier kilomètre de la course.

Coup d'oeil sur cet article

Le cycliste Michael Woods est devenu le troisième Canadien et le premier licencié de la Fédération québécoise des sports cyclistes à remporter une étape d’un grand tour mercredi en Espagne. En larmes au sommet du Balcon de Bizkaia, il a dédié sa victoire à son fils, mort-né cet été, à quelques jours de la fin de la grossesse de son épouse.

Dans une arrivée épouvantable en plein brouillard, Woods a réussi à contrer une accélération de Dylan Reuns (BMC) pour ensuite distancer son rival et résister à son retour. Dans les 300 derniers mètres les plus longs de sa vie, l’olympien de Rio complètement épuisé a regardé derrière plusieurs fois, prêt à mourir sur son vélo pour arracher la plus grande victoire de sa carrière au mont Oiz.

Très ému, Woods a révélé au micro après l’arrivée qu’il a récemment vécu un événement tragique. « Il y a deux mois, ma femme a donné naissance à un enfant, mais il est mort-né. Son nom était Hunter. Pendant toute la dernière ascension, j’ai pensé à lui. Je voulais gagner, pour lui. J’y suis parvenu », a expliqué l’athlète au journal L’Équipe et aux médias internationaux présent sur la Vuelta. Après ce dur coup à 37 semaines de grossesse, sa femme a également perdu son père au cours des dernières semaines.

Merci aux supporteurs québécois

Joint par Le Journal dans le tourbillon de son triomphe, ce dernier a simplement remercié ses nombreux supporteurs au Québec.

Après une première saison prometteuse en 2012, Bruno Langlois avait invité l’ancien coureur de demi-fond à se joindre à l’équipe Garneau-Québecor l’année suivante.

Langlois lui avait aussi présenté son entraîneur, le Montréalais Paulo Saldanha. Woods bénéficie aujourd’hui de la structure d’entraînement privée B2Dix, du cofondateur Dominick Gauthier.

« Quand j’ai vu qu’il était dans l’échappée, j’ai texté Paulo et j’ai dit qu’il allait gagner. Ça avait tellement l’air de faire mal ! C’était le temps qu’il finisse », explique l’ancien champion canadien Bruno Langlois.

Heureux pour « Woodsy »

Le Québécois Antoine Duchesne (Groupama FDJ), qui célébrait son 27e anniversaire, a terminé l’étape 117e à 22:41 du gagnant, en affichant un large sourire en apprenant la victoire de son ami souvent blessé lors de son apprentissage en accéléré du cyclisme professionnel.

« Un petit cadeau de fête quand je croise la ligne et apprends la victoire de Woodsy ! Vraiment heureux pour lui ! », a-t-il écrit sur Twitter.

Septième au classement général de la Vuelta 2017, Woods a terminé au 2e rang de la prestigieuse course Liège-Bastogne-Liège le 22 avril dernier en Belgique. Il a ensuite pris le 19e rang du Tour d’Italie. Un récent séjour en altitude s’est terminé avec le 9e rang du Tour of Utah. Dans l’histoire du cyclisme canadien, seuls Steve Bauer et Ryder Hesjedal ont fait mieux que lui, mais son incroyable progression semble loin d’être terminée.

Woods, qui aura 32 ans en octobre, sera le chef de file de l’équipe canadienne le 30 septembre prochain lors de la course en ligne du Championnat du monde d’Innsbruck en Autriche.