/elections
Navigation

Québec solidaire confiant après son passage dans l'Est-du-Québec

Québec solidaire confiant après son passage dans l'Est-du-Québec
Capture d'écran, TVA Nouvelles

Coup d'oeil sur cet article

RIMOUSKI – Le co-porte-parole de Québec solidaire (QS) Gabriel Nadeau-Dubois a conclu jeudi sa tournée l'Est-du-Québec au Cégep de Rimouski. Le parti a fait plusieurs promesses sur la route et assure avoir reçu un accueil des plus chaleureux partout où il est passé.

Selon QS, la décentralisation des services gouvernementaux et la pénurie de main-d'œuvre mobilisent les citoyens de l'Est-du-Québec.

«Ce que j'entends sur le terrain, ce ne sont pas des gens qui disent il y a trop d'immigrants et d'immigrantes, ce que j'entends, c'est qu’on veut de nouveaux arrivants, de nouvelles familles pour faire rouler l'économie et développer les régions du Québec, ça me confirme que Québec solidaire est sur la bonne voie en voulant conserver les seuils d'immigration», a indiqué M. Nadeau-Dubois.

QS espère que ses nombreuses visites dans l'Est-du-Québec vont lui permettre de faire des gains.

«Bien sûr qu'on a de grandes ambitions à Rimouski. Pourquoi? Parce que c'est une ville jeune, dynamique, culturelle. On a une candidate exceptionnelle [Carol-Ann Cack] et on est bien confiants qu'on va faire la démonstration que, comme le dit son slogan, notre Cack est bien meilleure que la leur», a lancé M. Nadeau-Dubois.

Entre indifférence et intérêt

TVA Nouvelles Est-du-Québec a profité de la présence de Québec solidaire au Cégep de Rimouski pour questionner les étudiants sur leur intérêt pour la campagne.

Parmi la vingtaine d'étudiants rencontrés par TVA Nouvelles, certains étudiants ont affirmé suivre la campagne de près, mais plusieurs se sont dits totalement désintéressés.

Plusieurs ont mentionné que si certains enjeux étaient mis de l'avant, ils pourraient être davantage intéressés par la campagne actuelle.

«J'ai l'impression que l'on parle un peu plus d'environnement cette élection-ci, que nos politiciens comprennent que ça touche tout le monde, mais je pense qu'on devrait en parler encore plus», a lancé une étudiante du Cégep de Rimouski.

«S'ils pensaient plus à l'environnement et moins à l'argent, peut-être bien que je serais plus porter à aller voter. Tout ce dont j'entends parler, mis à part pour le Parti vert, c'est du pétrole et de l'argent, du pétrole et de l'argent, alors ça me désintéresse», a souligné un autre étudiant.

QS a affirmé que les jeunes étaient au rendez-vous lors de leur tournée dans l'Est-du-Québec et que le parti sentait de plus en plus leur appui.

Reste à voir si cela va se refléter sur le vote du 1er octobre prochain.