/investigations
Navigation

Un mafieux montréalais vise des pizzérias de Québec

C’est la première fois qu’un membre du clan Rizzuto s’installe dans la Vieille Capitale

Francesco Del Balso aurait tenté d’extorquer des milliers de dollars à la pizzeria La Fornarina de Québec, selon des sources policières. Le mafieux est installé dans la Vieille Capitale depuis cet été et il tenterait d’y brasser des « affaires ».
Photo le Journal de Québec, Simon Clark Francesco Del Balso aurait tenté d’extorquer des milliers de dollars à la pizzeria La Fornarina de Québec, selon des sources policières. Le mafieux est installé dans la Vieille Capitale depuis cet été et il tenterait d’y brasser des « affaires ».

Coup d'oeil sur cet article

La mafia montréalaise s’installe à Québec. Un influent lieutenant du clan Rizzuto s’est récemment établi dans la région de la Vieille Capitale, où il se livre avec sa bande à des tentatives d’extorsion dans des pizzerias.

Selon les informations recueillies par notre Bureau d’enquête, Francesco Del Balso, un soldat de l’ex-parrain Vito Rizzuto, habite depuis le printemps dernier dans la région de Québec.

La police croit qu’il tente par tous les moyens d’y faire des «affaires». Au moins une demi-douzaine de restaurants auraient été ciblés.

Des membres de son entourage auraient, entre autres, demandé des pizzi à certains restaurateurs. Le pizzo est le versement périodique d’argent à la mafia par des commerçants en échange de sa protection. Ce genre de pratique caractéristique des mafias italiennes existe dans certains quartiers de Montréal depuis des décennies.

Del Balso se serait également livré à des tentatives d’extorsion pour prendre le contrôle d’autres établissements.

Selon nos sources policières, c’est la première fois qu’un membre de la mafia s’installe de façon permanente dans la région de Québec.

ENQUÊTE POUR EXTORSION

Francesco Del Balso fait, entre autres, l’objet d’une enquête pour avoir tenté de soutirer plusieurs milliers de dollars aux propriétaires du restaurant La Fornarina, dans le quartier Saint-Jean-Baptiste (voir autre article).

Plutôt que de céder aux pressions mafieuses, les courageux propriétaires ont décidé de s’adresser au Service de police de Québec (SPVQ) afin de porter plainte pour extorsion.

Le SPVQ a rapidement demandé l’aide de l’Escouade nationale de répression contre le crime organisé (ENRCO). Des sources impliquées dans le dossier affirment que l’affaire est traitée avec beaucoup de sérieux.

«C’est vraiment un bum, ce gars-là [Del Balso]. Il s’est fait dire de s’éloigner de Montréal s’il tenait à la vie et la prochaine chose qui vient à nos oreilles, c’est qu’il menace des restaurateurs de Québec. Franchement !» dit l’une d’entre elles.

«Mais de quoi tu parles ?» s’est contenté de dire Del Balso lorsque nous l’avons joint au téléphone, avant demander à notre Bureau d’enquête de ne plus jamais le rappeler.

Victime d’une tentative de meurtre en mai à Laval, Del Balso, surnommé «Chit» (concombre, dans le jargon italien), se terre dans la région de Québec depuis ce temps.

SE TENIR LOIN

«On lui a demandé de se tenir loin [de la région de Montréal]», affirme une source interlope liée au clan Rizzuto.

«Je pense qu’il n’a pas compris que “loin” c’était beaucoup plus loin que Québec» ajoute un policier bien au fait du dossier, qui a aussi requis l’anonymat.

Del Balso est actuellement employé comme représentant dans une compagnie de distribution de fruits et légumes. Il avait le même type d’emploi lorsqu’il avait été arrêté en 2006, lors de l’opération antimafia Colisée.

Menacés avec un sac de farine

Deux jeunes entrepreneurs italiens qui ont immigré à Québec en 2017 font partie des restaurateurs qui auraient goûté à la « recette » de Francesco Del Balso.

En février dernier, les propriétaires de la pizzeria La Fornarina, de la rue Saint-Jean, ont reçu la visite de clients étranges, mais affables, peut-être même un peu trop. Parmi le groupe, quelqu’un semblait vouloir investir dans l’entreprise pour agrandir les locaux, qui venaient pourtant d’être inaugurés.

Le 20 février, on trouve justement une publication Facebook du restaurant qui affirme que des rénovations sont à venir.

«On va profiter de la semaine de relâche pour agrandir la salle principale. Ne vous ennuyez pas de nous, on va revenir en force», peuton y lire.

ILS REFUSENT DE CÉDER

C’est après cette date que Del Balso serait progressivement entré en jeu en se présentant lui-même au commerce d’Annie Ghattas et de Federico Marcellini. Il a finalement proposé aux petits commerçants de vendre leur commerce pour une bouchée de pain, sans quoi il y aurait des conséquences.

Ils ont refusé, mais ils ont ensuite reçu un sac de farine sur lequel était écrit un message sans équivoque : soit ils vendaient leur commerce pour un montant dérisoire, soit ils allaient devoir «partir».

Les jeunes entrepreneurs avaient quitté Senigallia, en Italie, en 2017, pour une vie meilleure au Québec. Loin de se laisser intimider, les propriétaires du restaurant ont plutôt appelé la police. Ils n’ont pas voulu accorder d’entrevue à notre Bureau d’enquête.