/sports/hockey
Navigation

Henrik Zetterberg se retire: «La LNH perd un grand joueur»

Zetterberg, une source d’inspiration pour Tatar et Ouellet

Henrik Zetterberg
Photo Le Journal de Montréal, Martin Chevalier Henrik Zetterberg

Coup d'oeil sur cet article

Aux prises avec des maux de dos depuis plusieurs années, Henrik Zetterberg a décidé de tirer un trait sur une brillante carrière de 15 saisons. Pour Tomas Tatar, c’est ni plus ni moins qu’un mentor qui tire sa révérence.

« C’est malheureux. C’est une légende. Il a joué à Detroit de nombreuses saisons. Il m’a enseigné un paquet de choses. J’ai une tonne de respect pour lui. Il m’a aidé à devenir une meilleure personne », a lancé Tatar à sa sortie de la patinoire.

En 1082 matchs dans l’uniforme des Red Wings, Zetterberg a inscrit 337 buts, dont 64 gagnants, et 623 mentions d’assistance pour un total de 960 points. Quatre colonnes de statistiques où il occupe le cinquième rang de l’histoire de cette équipe.

De plus, il fut décoré du trophée Conn Smythe, remis au joueur le plus utile des séries éliminatoires lors de la conquête de la coupe Stanley de 2008.

« C’est l’un des meilleurs joueurs de centre que j’ai vus. Il a été un grand leader pour les Red Wings. C’est une lourde perte. Toute la LNH perd un grand joueur », a louangé Tatar, coéquipier du Suédois pendant cinq saisons.

Un grand honneur

Xavier Ouellet en est un autre qui a eu l’occasion de partager le même vestiaire que Zetterberg pendant quelques saisons.

« C’est un grand honneur d’avoir joué avec lui et de l’avoir côtoyé, a indiqué le défenseur. C’était un excellent leader, autant sur la glace qu’à l’extérieur. »

Pour Ouellet, comme pour la majorité des joueurs des Red Wings, la détermination du vétéran de 38 ans constituait une véritable source d’inspiration.

« Ça faisait quelques années qu’il jouait malgré les blessures. Voir tout ce qu’il faisait pour trouver un moyen d’endurer la douleur, et jouer des saisons complètes, c’est assez impressionnant », a-t-il mentionné.

Douleur insupportable

Il n’y a pas que pour les Red Wings que Zetterberg fut un leader. Ce fut également le cas pour la Suède, qu’il a représentée à plusieurs occasions sur la scène internationale.

Sous les couleurs de la triple couronne, il a remporté l’or olympique et le Championnat du monde, en 2006.

« On connaissait tous ses ennuis de santé. Ça ne date pas de cet été. Je me souviens aux Olympiques, je l’ai vu dans sa chambre. Il souffrait tellement qu’il pouvait à peine marcher. Il a combattu la douleur, est revenu et a joué du grand hockey. Il a impressionné beaucoup de monde. Je suppose que la douleur était devenue insupportable », a raconté Tatar, à propos des Jeux de Sotchi où Zetterberg a été en mesure de ne jouer qu’un seul match.

Malgré ses souffrances, Zetterberg n’a raté aucun match au cours des trois dernières saisons. Faut le faire !