/news/politics
Navigation

La femme de Dubé risquait gros dans Lumenpulse

La survie de l’entreprise était en jeu avant que Power Corp ne l’achète

POL-ELECTIONS PROVINCIALES 2018-CAQ-DUBE
Photo d’archives, Agence QMI Christian Dubé (à droite), que l’on voit ici avec le chef de la CAQ François Legault lors de l’annonce de sa candidature, a été vice-président de la Caisse de dépôt pendant quatre ans. Il est pressenti pour devenir ministre si la CAQ accède au pouvoir.

Coup d'oeil sur cet article

Josée Perreault, l’épouse du candidat caquiste et ex-vice-président de la Caisse de dépôt Christian Dubé, a fait un profit estimé à 58 000 $ avec son investissement dans Lumenpulse. Mais elle aurait pu perdre une somme importante si la vente de l’entreprise ne s’était pas réalisée.

Notre Bureau d’enquête révélait hier qu’au moment où Dubé travaillait comme chef des placements pour le Québec à la Caisse, cette dernière a accru ses investissements dans Lumenpulse, dont la conjointe de Dubé était administratrice et actionnaire.

L’entreprise connaissait alors des difficultés malgré le soutien de la Caisse.

C’est finalement un consortium mené par une filiale de Power Corporation qui a racheté toutes les actions de Lumenpulse pour 600 millions $ en avril 2017 en versant une prime de 85,8 % sur le cours de l’action en Bourse. Selon un document financier, l’intérêt de Mme Perreault dans Lumenpulse s’établissait à ce moment-là à 253 045 $.

Selon le président et fondateur de Lumenpulse, François-Xavier Souvay, la « survie » de la compagnie était carrément en jeu avant l’annonce de la transaction.

Un inconfort

Dans une entrevue accordée au Journal à la suite de l’annonce, M. Souvay expliquait alors que la difficulté de faire des prévisions trimestrielles fiables pour Lumenpulse avait créé « un inconfort de la part des investisseurs institutionnels ».

« On avait beaucoup de difficulté à faire comprendre l’opportunité d’affaires que représente Lumenpulse », avait-il expliqué. Il n’y avait pas d’autre option pour assurer la survie de l’entreprise, selon lui.

Le titre de Lumenpulse avait perdu 21,5 % en une seule journée en 2017 après le dévoilement de mauvais résultats. Il avait dévissé de près de 40 % en quelques mois.

Actions en chute libre

La veille de l’annonce de l’achat de Lumenpulse par Power, la valeur des 9200 actions de Lumenpulse que détenait Josée Perreault avait fondu de près du tiers par rapport à ce qu’elle avait payé. Elles ne valaient plus que 105 000 $, comparativement à 150 000 $ un an auparavant.

Mme Perreault détenait en outre, à l’époque, des unités d’actions différées dans Lumenpulse, dont la valeur était estimée à 57 545 $.

L’offre d’achat déposée a permis aux actionnaires ordinaires, dont Josée Perreault et la Caisse de dépôt et placement, de récupérer leur mise et même d’encaisser un profit dans le cas de Josée Perreault.