/opinion/blogs/columnists
Navigation

Le parti libéral de la honte

Le parti libéral de la honte
Capture d'écran, TVA Nouvelles

Coup d'oeil sur cet article

Philippe Couillard lui-même incite ses troupes à franchir les limites de l’acceptable. 
 
Tous les observateurs de la scène politique savent que le Parti libéral est depuis longtemps adepte de la petite politique de peur instillée aux communautés culturelles. Ça passe généralement sous le radar médiatique et ça visait jusqu’à tout récemment le Parti Québécois et les souverainistes en général. 
 
Mais depuis quelques années, cette façon vicieuse de faire de la politique est apparue au grand jour, portée par nul autre que Philippe Couillard, le chef du Parti libéral et premier ministre sortant. On a vu la face hideuse du discours incendiaire du chef du PLQ au départ des élections de 2014 quand il a déclaré qu’il « détestait » le gouvernement de Pauline Marois. 
 
Il n’y a qu’un mince fil entre la détestation et la haine. Ce type de discours presque haineux est totalement inacceptable dans le débat démocratique. Couillard en a rajouté ensuite en lançant son courroux sur Legault en l’accusant de « souffler sur les braises de l’intolérance ».   Lancer une accusation aussi lourde de sens, qui équivaut à disqualifier un adversaire, c’est ni plus ni moins qu’un acte antidémocratique. 
 
Il y a quelques mois, Carlos Leitao a lancé une accusation encore plus grave en anglais, qualifiant la politique de la CAQ de « nationalisme ethnique ».  Ouf! On se serait attendu à ce qu’un premier ministre rappelle son ministre des Finances à l’ordre sur le champ. Pas du tout. Couillard a plutôt cautionné les propos très graves de son ministre. 
 
Lorsque le chef d’un parti politique tient des propos aussi sulfureux et indignes, on ne s’étonnera pas que ses subordonnés lui emboitent le pas. C’est le cas du candidat libéral de Taillon, Mohammed Barhone. Ce dernier a été pris en flagrant délit de propos incendiaires alors qu’il discourait devant des femmes de la communauté maghrébine. J’invite les lecteurs à visionner ici la vidéo.
 
Le candidat de Philippe Couillard a affirmé qu’avec un gouvernement de la CAQ, une femme portant un signe religieux se verrait refuser des services gouvernementaux! Imaginez la peur de ses personnes à qui on dit qu’elles vont se faire refuser des services publics, en santé ou ailleurs. C’est sordide, n’est-ce pas? 
 
Barhone a aussi affirmé qu’avec un gouvernement de la CAQ, il y aurait un « nettoyage de l’immigration ». C’est plus qu’odieux, c’est carrément dangereux. 
 
Il faut évidemment que Philippe Couillard le mette à la porte. Mais hier au débat des chefs, le chef libéral a mis la faute sur François Legault! C’est parce que Legault ferait peur au monde que son candidat aurait tenu des propos semblables. Couillard nous prend vraiment pour des valises. Mohammed Barhone était jusqu’à tout récemment président de la Commission du PLQ sur les communautés culturelles. Il savait très bien ce qu’il faisait et il suivait les traces de son chef. 
 
J’invite tous les électeurs libéraux à v isionner la vidéo en question et à se poser la question s’ils veulent vraiment appuyer ce parti. Moi aujourd’hui j’aurais terriblement honte d’être libéral. 
 
Le rouge libéral, c’est devenu le rouge de la honte.