/elections
Navigation

«Pas tellement»: La citoyenne ne regrette pas sa «face de bœuf»

La franchise de l’électrice a enflammé le web pendant le débat des chefs

«Pas tellement»: La citoyenne ne regrette pas sa «face de bœuf»
Capture d'écran

Coup d'oeil sur cet article

La citoyenne de Mirabel qui est devenue la coqueluche du web pendant le débat des chefs de jeudi admet avoir eu une « face de bœuf » en direct à la télévision. Mais Raymonde Chagnon ne le regrette pas, car elle n’a toujours pas de réponse à sa question.

« Je suis reconnue pour être une personne directe. Je m’attends à avoir des réponses aussi directes que les miennes », a-t-elle confié en entrevue avec Le Journal, vendredi.

Raymonde Chagnon, 72 ans, a été la première électrice à poser une question pendant le débat des chefs de jeudi soir.

« Pas tellement »

Cette aidante naturelle a énuméré les problèmes qu’elle a observés dans les centres d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD), où est placé le père de ses enfants.

Après que les quatre chefs de parti eurent résumé leur programme en santé, l’animateur Patrice Roy lui a demandé si elle était davantage éclairée.

« Pas tellement », a-t-elle répondu du tac au tac.

Il n’en fallait pas plus pour que les réseaux sociaux s’emparent de la formule et en fassent un mot-clic : #pastellement.

« Je trouve ça exagéré, s’étonne Mme Chagnon, qui ne s’attendait pas à une telle réaction. C’était une réponse bien ordinaire. »

Et le fait que certains l’aient qualifiée de « face de bœuf » ne la dérange pas outre mesure, car elle croit justement que c’est son non-verbal qui a fait le travail.

« Même si je n’avais pas dit ces mots-là [pas tellement], les gens auraient pu traduire en voyant ma face. »

Résidences de luxe

Raymonde Chagnon a beau être autonome, avoir trois enfants et 12 petits-enfants, elle vit seule. Elle n’a pas les moyens de se payer un loyer dans une résidence privée et dispendieuse.

« On va aller où ? On n’a pas de choix [...] S’il m’arrive quelque chose, qui va s’en rendre compte ? »

Elle souhaiterait qu’il existe une option d’hébergement à mi-chemin entre les CHSLD et les résidences coûteuses.

« C’était ça, ma question, mais [les chefs] ne l’ont pas comprise, on dirait. »

Elle sait déjà pour qui elle va voter, mais préfère garder le mystère. Surtout qu’elle peut encore changer d’idée... si quelqu’un parvient à répondre à sa question, conclut-elle.