/sports/baseball/capitales
Navigation

Tissenbaum entend accrocher son gant

Le receveur des Capitales croit avoir disputé son dernier match samedi soir

Maxx Tissenbaum est reconnaissant envers l’organisation des Capitales et les partisans de Québec.
Photo d’archives, Didier Debusschère Maxx Tissenbaum est reconnaissant envers l’organisation des Capitales et les partisans de Québec.

Coup d'oeil sur cet article

AUGUSTA, New Jersey | À moins que l’appel du losange soit trop fort le printemps prochain, Maxx Tissenbaum remisera son gant pour plus longtemps que ce à quoi il est normalement habitué durant l’hiver.

La gorge nouée par l’émotion à l’issue du revers de 6-5 des Capitales de Québec, sur un coup de circuit dramatique en dernière manche du quatrième duel de la Ligue Can-Am, procurant un premier championnat éliminatoire aux Miners de Sussex County, samedi soir, le receveur et joueur d’utilité a laissé entendre qu’il s’agissait de son chant du cygne dans le baseball professionnel.

« Je suis pas mal certain que c’était mon dernier match. J’espérais que ce jour n’arrive pas », a murmuré le Torontois de 27 ans qui achevait sa troisième campagne dans l’uniforme du club indépendant de la Vieille Capitale.

Tissenbaum était convaincu que ses coéquipiers et lui allaient renverser l’allure de la série en se pointant au Skylands Stadium d’Augusta. Ça y était jusqu’à 26 retraits. Avant que la recrue de l’année dans la Can-Am, Martin Figueroa, fasse exploser le lancer du releveur Trevor Bayless par-dessus la clôture du champ droit avec deux hommes sur les sentiers.

« On s’amenait aujourd’hui [samedi] en pensant qu’on pouvait toujours gagner cette série. Je croyais en tous ces gars dans le vestiaire. On était là jusqu’au dernier lancer. C’est ça, le baseball, ça peut changer avec un seul tir et un seul élan », racontait celui qui a frappé pour ,212 (7 en 33) avec cinq points produits en huit matchs de séries.

Le goût du jeu

À l’instar de plusieurs joueurs ayant foulé le terrain du parc Victoria, Tissenbaum gardera des souvenirs impérissables de ces trois années à Québec. Dans son cas, c’est encore plus vrai, puisqu’il a su retrouver la passion qui l’animait plus tôt dans sa carrière en débarquant après une expérience en Australie puis un passage au niveau A.

« Les fans de Québec sont incroyables. J’ai adoré Québec dès le premier jour. Je ne réalise pas que c’est fini avec les Capitales. J’ai retrouvé mon amour pour le jeu en jouant pour cette équipe et je m’en souviendrai toujours », a-t-il souligné.

Diplômé de l’Université Stony Brook de New York en marketing, Tissenbaum se tournera maintenant vers le marché du travail où il devra s’adapter à une nouvelle réalité quotidienne.

« C’est difficile, peu importe la manière dont ça se termine. J’y ai pensé beaucoup dans les derniers jours et, même si on revenait dans la série, ce n’était pas quelque chose sur quoi c’était facile de réfléchir. C’est tout ce que j’ai connu [le baseball] de toute ma vie, soit de sauter sur le terrain, aller frapper et jouer. Même si on avait gagné, de quitter ce monde, ça fait suer quand même », a-t-il honnêtement avoué. Ce dernier avait fini premier dans l’équipe pour la moyenne au bâton (,344) à l’été 2017, qui a culminé par la conquête du septième titre de l’histoire des Capitales.

Bilan

Les Capitales passeront officiellement en mode après-saison mardi, alors qu’ils effectueront leur bilan annuel en compagnie du président Michel Laplante et du gérant Patrick Scalabrini.

Un alignement similaire en 2019

Même si quelques-uns des visages importants de l’effectif 2018 ne seront pas de retour l’année prochaine, la majorité des membres du rôle offensif des Capitales devraient retrouver leur casier.

Il est déjà acquis que les voltigeurs Kalian Sams (changement d’équipe) et Nick Van Stratten (retraite) ne patrouilleront pas le champ extérieur en 2019.

À l’inverse, les joueurs du champ intérieur devraient tous poursuivre leur carrière à Québec. La recrue Brad Antchak a prouvé en séries que sa saison du tonnerre n’était pas un coup de chance, T.J. White s’est fait de nouveaux amis avec son coup de bâton et la constance offensive de Zach Wilson, débarqué en milieu de campagne, lui a permis d’obtenir la faveur de l’instructeur-chef.

Quant à l’arrêt-court cubain Yordan Manduley, même s’il deviendra un joueur de type LS-5, il a confirmé son statut de vedette en remportant le championnat des frappeurs de la Can-Am et en ne commettant que huit erreurs. Son retour dépendra toutefois de la Fédération cubaine de baseball qui a le dernier mot dans le choix des joueurs prêtés à l’organisation québécoise en marge de l’entente entre les deux parties. La tenue des Jeux panaméricains l’été prochain au Pérou pourrait aussi avoir un impact.

Même s’il n’a pas toujours été parfait, le receveur Adam Ehrlich devrait de nouveau faire partie de l’alignement. Il ne serait pas non plus étonnant de revoir le jeune voltigeur David Salgueiro, auteur de trois coups sûrs samedi et dont l’impressionnante rapidité lui permet d’aspirer à un poste régulier l’an prochain.

Rotation remodelée

Chez les lanceurs, Scalabrini devra assurément se trouver deux nouveaux partants. Le vétéran Karl Gélinas et le lanceur de l’année Jay Johnson devraient former le cœur de la rotation. Revenu en fin de saison après un court séjour au Mexique, Arik Sikula pourrait aussi faire partie de la solution, à moins que le baseball affilié ne cogne à sa porte. La situation du Cubain Lazaro Blanco est quant à elle incertaine et à la lumière de ses performances en fin de saison, il serait étonnant que Brett Lee soit invité à poursuivre son association avec l’équipe. Wendell Floranus représente un candidat intéressant dans le rôle de quatrième ou cinquième partant. En relève, à l’exception de Trevor Bayless, Andrew Elliot, Will Dennis et Lachlan Fontaine, qui seront potentiellement de retour, les Capitales devront se tourner vers le marché des agents libres.