/finance/business
Navigation

L’aide aux entreprises explose

Les emplois promis et les résultats ne suivent pas pour autant

Quebec
Photo d'archives, Stevens LeBlanc Depuis avril, le ministère de l’Économie a versé l’étourdissante somme de 1,4 G$ aux entreprises.

Coup d'oeil sur cet article

Alors que l’économie roule à plein régime, le gouvernement Couillard a plus que triplé l’aide aux entreprises en un an. Les résultats sont pourtant peu probants.

En 2017-2018, le ministère de l’Économie a attribué pas moins de 1,9 G$ en aide aux entreprises. C’est presque autant qu’en 2015-2016, alors que le gouvernement avait injecté 1,3 G$ dans la C Series de Bombardier, la plus importante aide jamais accordée par Québec.

L’avalanche de fonds publics s’est accélérée ces derniers mois. Depuis avril, le ministère de l’Économie a versé l’étourdissante somme de 1,4 G$ aux entreprises. À cela s’ajoutent l’aide des autres ministères et les crédits d’impôt, lesquels coûtent 1,3 G$ par année à l’État.

Robert Gagné, professeur à HEC Montréal, déplore que le Québec consacre toujours plus d’argent à l’aide aux entreprises, alors que des études démontrent l’inefficacité de ce modèle de développement économique.

Surtaxer pour sursubventionner

« Le gouvernement surtaxe les entreprises, et de l’autre côté il les sursubventionne », résume-t-il, en se désolant qu’aucun des grands partis ne remette en question cette façon de faire.

L’économiste souligne que les subventions et prêts à taux préférentiels favorisent certaines entreprises tout en désavantageant celles qui doivent payer des taxes et des impôts plus élevés pour financer ce lourd « appareillage ».

Yves-Thomas Dorval, président du Conseil du patronat, croit toutefois que Québec doit donner un coup de pouce aux entreprises qui investissent dans des secteurs comme l’innovation.

« Dans un contexte de concurrence mondiale, elles ne peuvent pas le faire sans l’aide du gouvernement », soutient-il.

Différent pour les investissements privés

Or, même si le Québec est depuis longtemps le champion canadien de l’aide publique aux entreprises, les investissements privés y demeurent largement inférieurs. Les investissements faits par les entreprises québécoises représentaient 15 % du total canadien l’an dernier. C’est mieux que la proportion de 13 % enregistrée en 2014, mais c’est bien moins que le poids du Québec dans l’économie canadienne, qui est de 19 %.

Dans une évaluation du plus gros programme d’aide aux entreprises, Essor, Québec a par ailleurs reconnu, l’an dernier, que seul un emploi promis sur quatre a été créé.

Au lieu de mettre l’accent sur les emplois, le gouvernement devrait plutôt aider les entreprises à améliorer leur productivité, estime M. Gagné.

AIDE FINANCIÈRE AUX ENTREPRISES ET ORGANISMES *

Prêts, garanties de prêt, subventions et investissements du ministère de l’Économie

2015-2016 : 2 G$
2016-2017 : 689 M$
2017-2018 : 1,9 G$

* Excluant le soutien à la recherche académique

PLUS IMPORTANTS BÉNÉFICIAIRES QUÉBÉCOIS
 
Bombardier : 1,3 G$
Kruger : 351 M$
Nemaska Lithium : 130 M$
Maison Simons : 81 M$
Medicago : 60 M$
 

PLUS IMPORTANTS BÉNÉFICIAIRES ÉTRANGERS

Chantier Davie (Royaume-Uni) : 310 M$
Métaux BlackRock (Luxembourg) : 248 M$
Nunavik Nickel (Chine) : 100 M$
Elysis (États-Unis, Royaume-Uni et Australie) : 60 M$
Bridgestone (Japon) : 54 M$
 
LES CIRCONSCRIPTIONS LES PLUS CHOYÉES (2014-2018) *
 
Mirabel (CAQ) : 1,4 G$
Lévis (CAQ) : 362 M$
Westmount–Saint-Louis (PLQ) : 359 M$
Trois-Rivières (PLQ) : 270 M$
Outremont (PLQ) : 184 M$

* Incluant le soutien à la recherche académique

LES CIRCONSCRIPTIONS LES MOINS CHOYÉES (2014-2018) *
 
Côte-Saint-Luc (PLQ) : 50 000 $
Sanguinet (PQ) : 135 050 $
Viau (PLQ) : 176 033 $
Vimont (PLQ) : 190 000 $
Jeanne-Mance–Viger (PLQ) : 276 454 $

* Incluant le soutien à la recherche académique

Grosse augmentation chez Anglade

Depuis que Dominique Anglade est devenue ministre de l’Économie, en janvier 2016, l’aide financière aux entreprises a continuellement augmenté dans la circonscription montréalaise qu’elle représente, allant jusqu’à doubler l’an dernier.

Dans Saint-Henri–Sainte-Anne, les prêts et subventions provenant du Fonds du développement économique sont passés à 8,3 M$ en 2015-2016, à 9,1 M$ en 2016-2017, avant de bondir à 17,9 M$ en 2017-2018.

En incluant le soutien à la recherche et les autres formes d’aide, les entreprises, organismes et institutions de la circonscription ont reçu 110 M$ du ministère de l’Économie de mai 2014 à mars 2018. Cela place Saint-Henri–Sainte-Anne au 7e rang des circonscriptions les plus choyées du Québec en la matière.

En entrevue avec Le Journal, Mme Anglade assure qu’elle n’est pas intervenue pour favoriser sa circonscription.

« La grande majorité des investissements du gouvernement, 90 ou même 95 %, provient de programmes normés, indique-t-elle. Je ne regarde pas ces dossiers-là. »

Les circonscriptions caquistes en tête

Coïncidence ou pas ? Ce sont les circonscriptions détenues par la Coalition avenir Québec qui, en moyenne, ont reçu le plus de fonds du ministère de l’Économie pendant le mandat du gouvernement Couillard.

Les circonscriptions caquistes ont obtenu en moyenne 39 M$ en aide aux entreprises et organismes, contre 32 M$ pour celles représentées par des députés libéraux, 29 M$ pour celles de Québec solidaire et 21 M$ pour celles du Parti québécois.

Les chiffres des circonscriptions les plus choyées sont gonflés par l’aide massive dont ont bénéficié Bombardier (Mirabel), le chantier Davie (Lévis), Kruger (Trois-Rivières) et l’Université de Montréal (Outremont).

Pour ce qui est de la circonscription de Westmount–Saint-Louis, elle comprend le centre-ville de Montréal, où plusieurs grandes entreprises ont leur siège social. 

Ce que les partis proposent

« Nous comptons soutenir davantage les projets des entreprises, nous voulons qu’elles doublent leurs investissements », dit la CAQ, malgré la présence dans ses rangs de Youri Chassin, qui a critiqué les subventions.


« Nous croyons que l’État a un rôle à jouer dans le développement économique, dit le PQ. Mais nous voulons orienter ce rôle davantage vers les PME, véritables moteurs de nos régions, plutôt que sur l’octroi de milliards aux Bombardier de ce monde. »


« Si nous sommes réélus, l’aide resterait probablement dans les mêmes eaux qu’actuellement », dit la ministre Dominique Anglade. Le Parti libéral promet de prioriser l’augmentation de la productivité des entreprises.


« On reverrait l’aide aux entreprises à travers le prisme de la transition économique qu’on veut mener » pour faire face aux changements climatiques, dit Alexandre Leduc, candidat dans Hochelaga-Maisonneuve.