/news/politics
Navigation

Les jeunes péquistes, ces irréductibles Gaulois

Les jeunes péquistes, ces irréductibles Gaulois
Photo Fatima Houda-Pepin

Coup d'oeil sur cet article

Loin d’être découragés par la morosité ambiante d’une élection qui s’annonce difficile pour leur parti, cinq jeunes péquistes sont venus à ma rencontre, cet été, pour échanger sur leurs motivations et leurs aspirations pour un Québec indépendant.

Ils sont impliqués sur le terrain, en ce moment, pour aider à l’élection de leurs candidats dans les Laurentides, Laval et Montréal.

Marc-Olivier Neveu, 18 ans, président du comté de Saint-Jérôme, Nassim Nacer, 19 ans, représentant des jeunes du comté de Fabre et conseiller à l’exécutif régional des jeunes de Laval, Enya Pagé, 19 ans, représentante des jeunes du comté de Vimont, Mohammad Mansoor, 19 ans, représentant des jeunes du comté de Laurier-Dorion, et Claudel Desrosiers, 26 ans, médecin, conseillère à l’exécutif national du PQ et militante dans le comté de Gouin.

Cinq jeunes engagés dont trois issus de la diversité (un anglophone pour la souveraineté d’origine pakistanaise, et deux jeunes d’origine latino et algérienne), tous les trois des étudiants de niveau collégial.

L’entrevue s’est passée dans un café et s’est prolongée dans un parc de l’Est de Montréal.

Qu’est-ce qui vous a amené à vous impliquer en politique et pourquoi le PQ?

Si pour Mohammad et Enya, la piqûre leur a été donnée par leurs professeurs d’histoire, le premier s’est engagé au PQ avec un groupe d’Anglophones pour la souveraineté, après avoir milité à Québec solidaire et la deuxième y est venue sous l’influence de sa mère, une militante de longue date.

Claudel quant à elle y est arrivée par souci de l’intérêt public après avoir « pris sa carte de tous les partis souverainistes »

J’ai fait le saut au PQ avec Paul Saint-Pierre Plamondon. Bien que j’aie été contre la Charte des valeurs, j’ai décidé d’y adhérer pour participer à l’élaboration de sa plateforme, un programme qui répond aux aspirations des Québécois. Le défi, c’est de l’expliquer

Pour Marc-Olivier Neveu, c’est surtout par une démarche personnelle qu’il a mordu dans l’action politique, une prise de conscience autour du gaz de schiste. « C’est le parti qui a toujours cherché à aider le monde et redonner la fierté au peuple québécois. »

Quant à Nassim, le déclic s’est fait quand il a réalisé qu’il y avait un lien de solidarité internationale entre le Québec et l’Algérie « C’est la souveraineté qui m’avait amenée au PQ. Je partage certaines idées de Québec solidaire, mais c’est un parti de gauche. Or, pour faire la souveraineté, il ne faut pas être sectaire. Il faut ouvrir les bras à tous. Ça prend des gens de gauche et des gens de tous les horizons politiques. »

Une tendance lourde se dégage des sondages depuis plusieurs mois. Elle indique que le PQ est le dernier des trois grands partis, juste devant Québec solidaire. Est-ce que cela veut dire que le PQ est déconnecté de la réalité ou est-ce qu’il y a d’autres raisons qui expliquent ce désamour?

Mohammed :

Les gens veulent du changement et la CAQ amène un attrait de nouveauté. Mais il ne faut pas s’y fier. Beaucoup de gens ne lisent pas les programmes. Or, le PQ propose un programme assez complet. On a le défi de l’expliquer.

Nassim :

Ce n’est pas parce que nous sommes bas dans les sondages qu’on est déconnectés de la réalité. Il y a une très grande volatilité dans l’électorat. C’est vrai que le PQ propose un projet de souveraineté. C’est un projet collectif qui nécessite l’adhésion des Québécois à des idées communes à des valeurs communes, à une vision commune. Or, on est à l’ère de l’individualisme, de l’atomisation de la société, c’est de plus en plus difficile de porter un tel projet à une notre époque, mais en même temps, il y a un tel besoin de dire « Nous ». Le défi du PQ est de savoir comment pourrait-il capter ce besoin. C’est un trop gros défi. Un défi que les autres partis n’ont pas à relever. C’est une tâche immense et colossale, mais je suis confiant qu’on va relever ce défi.

Marc-Olivier Neveu :

Historiquement, le PQ n’a jamais été un parti politique comme les autres. L’idéal du PQ, ce n’est pas d’être au gouvernement, c’est de faire du Québec un pays. C’est plus facile pour les autres partis de lutter pour arriver au pouvoir, mais c’est plus difficile pour le PQ, car il doit aussi lutter pour atteindre 50 % + 1 du vote dans un référendum sur l’indépendance du Québec.

Le PQ fait donc face à des pressions beaucoup plus fortes venant des médias et des militants qui ont des attentes beaucoup plus élevées.

Enya :

C’est vrai que la souveraineté fait peur à bien des gens et de ce fait, le PQ peut rebuter les électeurs qui s’opposent à l’indépendance. Pourtant le programme du PQ fait consensus sur plusieurs aspects mais il y a comme un blocage, les gens ne le voient pas.

Claudel :

Je ne suis pas inquiète des sondages. Les gens veulent une augmentation du rôle de l’État, c’est ce que propose le PQ. Il faut aller sur le terrain, là où on a oublié d’aller durant les dernières années.

Le PQ est perçu comme ayant abandonné la promotion de la souveraineté. Quelle part de responsabilité attribuez-vous à cette stratégie dans l’érosion du vote péquiste?

Mohammad :

Il faut se situer dans le contexte où les gens ne sont pas très enthousiastes à l’idée pour le moment. Par contre, à travers ses actions, le PQ démontre la nécessité de la souveraineté, notamment dans les positions qu’il prend par rapport au fédéral. Jean-Martin Aussant est très engagé dans la pédagogie de la souveraineté.

Nassim :

Peut-être que l’approche du PQ a été mal interprétée. M. Lisée fait preuve de maturité en se rendant compte que malheureusement, pour une majorité de Québécois, ce n’est pas la priorité à court terme. Mais qu’à long terme, ça pourrait l’être. On est à l’écoute de la population, donc dans l’immédiat, on va proposer un bon gouvernement tout en cheminant vers un projet qui demeure la souveraineté. Ça n’empêche pas d’en faire la promotion pendant la campagne électorale et après.

Marc-Olivier Neveu :

Le défi des jeunes du Parti québécois et de contrer le cynisme des jeunes. Ils ont perdu confiance en leur classe politique. Il faut les rejoindre, leur parler et les écouter, dans les Cegeps et les universités. Il faut leur expliquer en quoi la souveraineté est nécessaire, aujourd’hui, et demain.

Claudel :

Je suis d’accord avec Nassim, C’est une question de maturité. Une question qui nécessite mûre réflexion. Ce que Jean-François Lisée dit, c’est prenons quatre ans pour y réfléchir pour arriver avec un projet plus consensuel en 2022.

On reproche à votre génération d’avoir échappé le ballon de la souveraineté, de ne pas poursuivre la lutte pour l’indépendance et de ne pas assurer la relève. Que répondez-vous à ces critiques et comment expliquez-vous la démission des jeunes face à l’option de la souveraineté?

Mohammad : 

On vit dans une ère différente. Donc pour les jeunes, il y a des enjeux plus importants, des valeurs plus importantes. Ils ne sont pas nécessairement pour ou contre la souveraineté. Ils ne se sont pas fait d’opinion là-dessus. Notre responsabilité comme jeunes souverainistes, est d’expliquer aux jeunes que l’indépendance peut être une réponse à tous les enjeux qui les préoccupent, les injustices, l’environnement, etc., et ainsi les convaincre que c’est possible.

Nassim :

Nous ne sommes plus à l’époque des années 1960 où les Canadiens français sortaient d’une période quasi-post coloniale. Ils vivaient dans la pauvreté et le français était marginalisé. On n’arrivait même pas à se faire servir dans les commerces en français à Montréal. Donc, à cette époque, les gens pouvaient faire un lien entre l’idéologie indépendantiste à laquelle ils adhéraient et leur vécu personnel, ce qui n’est plus le cas maintenant. Pour les jeunes d’aujourd’hui, la politique est désincarnée. Les grands enjeux se règlent ailleurs, à Ottawa et dans les instances supranationales. C’est l’une des raisons qui expliquent leur désintéressement pour la souveraineté. Mais on ne peut pas les blâmer d’être nés à une autre époque. Cependant, la question de la souveraineté est plus d’actualité que jamais.

Marc-Olivier :

Les jeunes sont désabusés par le climat de cynisme. Notre classe politique n’est pas à la hauteur de leurs attentes. La démocratie s’érode. Il y a à peine un jeune sur deux qui se déplace pour aller voter. C’est dramatique. Il faut redonner confiance aux citoyens et à notre jeunesse en particulier.

La question n’est plus d’être souverainiste ou fédéraliste. C’est « je suis rien ». Ils n’écoutent plus les discours politiques, car la classe politique ne les écoute pas. Si le PQ est à l’écoute de la jeunesse, la jeunesse sera à l’écoute de notre parti. C’est ce que nous sommes à élaborer en ce moment.

Enya :

Si les jeunes ne s’intéressent pas à la politique c’est parce que les parents ont abdiqué leurs responsabilités et que l’école n’éduque pas à la citoyenneté. À l’école, on n’a pas vraiment de sensibilisation à la politique.

Claudel :

Je ne crois pas qu’il y ait un désintéressement des jeunes de la politique. Je pense que les jeunes sont plus sélectifs dans leurs intérêts. En 2012, on a rejoint jusqu’à 400 000 personnes autour de l’éducation. Il y a beaucoup de jeunes qui s’impliquent notamment dans l’environnement. Le PQ a la moitié de jeunes que tous les autres partis réunis.

Qu’est-ce que ça signifie pour vous la souveraineté?

Mohammad :

On devient un pays, tout comme le Canada.

Nassim :

Devenir un pays. Avoir nos propres pouvoirs, avoir les moyens de s’exprimer sur la scène internationale.

Marc-Olivier :

Au-delà des aspects constitutionnels. Être souverains, c’est ne plus avoir peur d’être fiers d’être québécois. Depuis quelques années, il y a une sorte de culpabilité qui s’est installée quand on se dit indépendantiste ou nationaliste.

Enya :

La souveraineté c’est être fiers de notre identité, de notre langue. C’est aussi avoir la capacité d’utiliser nos ressources dans le respect de l’environnement.

Claudel :

C’est la réalisation de soi et la protection de notre environnement. C’est être un nouveau visage sur la scène internationale qui se positionne comme un pays social-démocrate qui met de l’avant des politiques pour contrecarrer les inégalités sociales.

Et qu’est-ce que ça signifie pour vous d’être nationaliste?

Mohammad :

Être fier d’être un québécois inclusif qui protège la langue française et défend la spécificité du Québec.

Nassim :

Le nationalisme, c’est l’amour de soi et en aucun cas, la haine des autres. J’ai un malaise face à un certain discours identitaire. L’aboutissement logique du nationalisme, c’est l’indépendance.

Mais le nationalisme peut parfois mener à des dérives. C’est le cas pour le nazisme en Europe. Que répondez-vous à cela?

Nassim :

Si le nationalisme est un concept fourre-tout qui inclue à la fois la Révolution française et le nazisme, oui le nationalisme peut mener à des horreurs.

Et qu’est-ce qui vous dit que le nationalisme québécois ne mènerait pas à des horreurs?

Nassim :

Regardez-nous, est-ce qu’on a l’air de néonazis? Il y a une espèce d’amalgame que certains cherchent à entretenir. En France, par exemple, le mot nationalisme n’est pas utilisé de la même manière qu’au Québec. En France, le mot nationalisme se dit patriotisme, c’est l’amour de la nation par opposition à l’idéologie du Front national qui est du racisme.

Marc-Olivier :

Le nationalisme c’est surtout de la fierté. Cela implique que l’on défendre davantage nos régions. Il y a un nationalisme civique, au Québec, le nationalisme québécois est aussi associé au pacifisme.

Enya :

La langue est très importante. Montréal est en train de s’angliciser. Reconnaître l’histoire du Québec et la promouvoir, incluant celle des autochtones. C’est ça le nationalisme pour moi.

Claudel :

Le nationalisme c’est reconnaître ce qu’on est, ce qu’on veut devenir et se donner les pleins pouvoirs pour y arriver. C’est décider de comment on développe notre territoire.

Actuellement, nous sommes encore liés au fédéral dans la façon de décider de nos priorités, notamment en ce qui a trait à la santé et à l’éducation. Par exemple, quand le Canada a décidé de faire la guerre en Afghanistan, le Québec s’y est opposé, mais il a été drainé là-dedans malgré notre volonté populaire.

Comment expliquez-vous la position du PQ en matière d’immigration?

Mohammad :

Notre position en immigration est inclusive. Il faut qu’on parvienne à expliquer la laïcité aux immigrants.

Nassim :

Le plan du PQ en matière d’immigration est clairement le bon. Si on est trop dans l’exclusion ou trop dans l’inclusion, ça ne fonctionne pas. Il faut trouver le juste équilibre.

C’est quoi le juste équilibre?

Nassim :

C’est leur proposer des valeurs communes. Une histoire, une langue et une culture auxquelles on les invite à adhérer.

Et que répondez-vous aux immigrants qui vous disent, nous on a des droits, nous ne sommes pas obligés d’adhérer à vos valeurs et à votre culture?

Nassim :

Oui, ils ont des droits, mais ils ont aussi des devoirs. C’est sûr que nous ne sommes pas un parti qui adhère au multiculturalisme mais plutôt à l’interculturalisme. Bien sûr, on doit mieux les intégrer, et c’est ce que le PQ propose, notamment à travers des politiques anti-discriminations, des CV anonymes, l’interdiction de la première expérience canadienne qui est un frein pour plusieurs immigrants.

Oui ils ont des droits, le PQ propose de se battre pour leurs droits mais en même temps, c’est conditionnel à ce qu’ils remplissent leurs devoirs civiques vis-à-vis leur société d’accueil.

Comment expliquez-vous que la très vaste majorité des Québécois issus de l’immigration est contre la souveraineté et tourne le dos au PQ?

Nassim :

Parce que lorsqu’on arrive dans un pays, on est extrêmement vulnérable. La majorité des nouveaux arrivants au Québec sont des immigrants économiques, à 60 %. Ils ne réussissent pas tous leur parcours d’intégration.

Ils quittent des pays où il y a des tensions politiques et des difficultés économiques. Ce qu’ils cherchent, en arrivant ici, c’est la stabilité politique et économique.

C’est l’argument central, c’est pour cela que les libéraux le répètent constamment. Donc, quand on est un nouvel arrivant et qu’on est un peu isolé, il est normal qu’on choisisse la stabilité.

Mais je vous parle de Québécois qui sont au Québec depuis des générations. Des Québécois à part entière qui occupent des fonctions au gouvernement, au parlement, dans le privé, des gens à succès qui ont déjà acquis la stabilité économique. Par exemple, les communautés juive, italienne et grecque qui sont établies au Québec depuis des décennies et qui ne veulent rien savoir de la souveraineté.

Nassim :

Mais malheureusement ça se transmet de génération en génération. Cette attitude, cet esprit de l’immigrant entrepreneur qui quitte son pays vers une terre nouvelle et qui cherche la stabilité économique a de fortes chances d’avoir des valeurs plus proches de la droite, donc plus proches du camp fédéraliste.

Marc-Olivier :

Il y a aussi le message de certains partis fédéralistes qui tiennent le vote des immigrants pour acquis. En régions, où les immigrants s’intègrent avec les francophones, sont plus enclins à appuyer le PQ. Dans le programme du PQ, on propose que les immigrants de classe économique aillent s’installer en régions pour s’intégrer plus facilement au sein de la communauté francophone.

Enya :

On a besoin de tout le monde pour faire un pays.

Claudel :

On vend aux immigrants un rêve canadien qui renforce chez eux un sentiment d’appartenance au Canada. Si on ne valorise pas le français, les immigrants ne seraient pas sensibilisés à la réalité du Québec. Le PQ a fait un énorme pas dans sa plateforme. On est rendus ailleurs depuis la Charte.

Le français se porte-t-il bien auprès de votre génération?

Mohammad :

Il faut valoriser le français. L’influence de l’anglais est très grande, surtout dans les médias sociaux.

Nassim :

Le français a besoin d’être davantage promu. Des facteurs conjoncturels font que le rouleau compresseur de l’uniformisation cultuelle est en train de nous marginaliser.

Marc-Olivier :

Je cite l’exemple de Spotify qui propose des listes de lecture par pays. On y retrouve des pays plus petits que le Québec, mais nous on n’est pas là. Le Québec n’est pas sur ces listes.

Enya :

Pour les jeunes, l’anglais, c’est la langue cool. On doit être plus vigilants dans la promotion de notre langue et notre culture.

Claudel :

J’ai travaillé dans une association étudiante internationale. L’anglais est la langue de communication commune. Mais ça ne doit pas être exclusif. Au niveau fédéral, il y a eu des coupures drastiques dans la traduction de l’anglais vers le français.

Où voyez-vous le Québec dans les 10 prochaines années?

Mohammed :

Le Québec, un pays.

Nassim :

Soit qu’on sera encore dans la poutine actuelle ou on sera un pays.

Marc-Olivier :

Un pays. Le Québec va aussi évoluer avec beaucoup d’immigrants. Donc notre nation sera civique et inclusive de tous les Québécois.

Enya :

Un pays indépendant.

Claudel :

Je souhaite qu’on soit un pays et qu’on puisse redonner un peu d’éclats à notre État du Québec, à notre système de santé et d’éducation, à notre jeunesse, à nos familles et à nos aînés.