/elections
Navigation

Legault incapable de nommer la seule province officiellement bilingue

Le chef caquiste François Legault, entouré de ses candidats Ian Lafrenière et Lionel Carmant
Photo Marc-André Gagnon Le chef caquiste François Legault, entouré de ses candidats Ian Lafrenière et Lionel Carmant

Coup d'oeil sur cet article

LONGUEUIL | Après s’être fourvoyé deux fois plutôt qu’une à propos du processus d’immigration, le chef caquiste François Legault n'a pu nommer la seule province canadienne officiellement bilingue, le Nouveau-Brunswick.

«Écoutez, je ne veux pas embarquer dans ces questions-là. Au Québec, la langue officielle, c’est le français», a dit M. Legault, interrogé à ce sujet par un collègue de TVA Nouvelles lors d’un point de presse dans l’arrondissement de Saint-Hubert.

Mais combien de provinces sont officiellement bilingues? «Je vais [mettre] en délibéré votre question», a laissé tomber le chef caquiste.

Rappelons qu’il y a 12 jours, M. Legault avait sonné l’alarme en rappelant la position «vulnérable» du Québec francophone en Amérique du Nord. «Il y a un risque que nos petits-enfants ne parlent plus français», avait-il déclaré.

Il préfère parler du Québec

Relancé par l'auteur de ces lignes, M. Legault s’est défendu de prêter le flanc à la critique en ayant hésité à répondre à une question somme toute élémentaire sur le bilinguisme officiel parmi les provinces canadiennes.

«Écoutez, moi, je vous parle du Québec, puis au Québec, la langue officielle, c’est le français. Le français sera toujours vulnérable», a rétorqué le chef de la Coalition Avenir Québec.

«M. Couillard, ça ne le dérange pas que, l’année dernière, 58 % des immigrants ne parlaient pas français. Ça ne le dérange pas, a-t-il répété. M. Couillard, il est prêt à aller à l’étranger pour faire un discours uniquement en anglais, aucun mot en français. Moi, je pense que la responsabilité du premier ministre du Québec, c’est de défendre le français.»

Legault passe à l’attaque

Visiblement plus nerveux qu’à l’habitude, au lendemain du débat des chefs en anglais, le chef caquiste, qui devait parler ce matin de son engagement concernant le projet d’élargissement de l’autoroute 30, s’est plutôt efforcé de multiplier les attaques contre Philippe Couillard.

Il a reproché au chef libéral d’essayer de «détourner la campagne électorale» en faisant «une campagne de peur sur l’immigration».

Aux côtés de l’ex-policier et candidat de la CAQ dans Vachon Ian Lafrenière, M. Legault a rappelé que l’UPAC a ouvert une enquête pour «corruption» sur le Parti libéral du Québec.

Il a aussi reproché au chef libéral d’avoir laissé entendre, lors du débat en anglais, que la CAQ déposerait les immigrants sur le pont Cartier-MacDonald, entre Ottawa et Gatineau, pour s’en débarrasser. «Ce n’est pas rien», a déploré M. Legault.

Il a également accusé son rival péquiste Jean-François Lisée d’être désormais «un allié» du Parti libéral, puisqu’il s’oppose au test de connaissance des valeurs québécoises que la CAQ souhaite imposer aux nouveaux arrivants.

M. Legault a d’ailleurs précisé qu’en cas d’échec, les immigrants pourraient reprendre ce test, ainsi que le test de français, «autant de fois qu’ils le veulent».

Couillard faire preuve de clémence

Malgré les attaques dirigées contre lui, M. Couillard, cette fois, a fait preuve de clémence à l'endroit de son rival caquiste.

«Je ne veux pas taper sur M. Legault là-dessus. Si les points de presse deviennent des quiz, c’est un peu particulier. Des fois, on est dans une situation de tension, dans les points de presse. Je ne serai pas celui qui lui lancera la pierre là-dessus», a dit le chef du PLQ.

«Je pense qu’il faut faire en sorte que les communications qu’on a [avec les journalistes] soient [consacrées] à la situation politique ou aux propositions qu’on met sur la table, ou à nos réactions à celles des adversaires, a ajouté M. Couillard. Je ne voudrais pas commencer à embarquer là-dedans... On va avoir des quiz quotidiens!»

M. Lisée s’est quant à lui amusé à dire que M. Legault, qui aspire à devenir premier ministre, aurait échoué au test pour devenir citoyen canadien.

– Avec la collaboration de Charles Lecavalier