/elections
Navigation

Sondage Léger–LCN: la CAQ en terrain minoritaire, des batailles cruciales dans plusieurs régions

Coup d'oeil sur cet article

La CAQ glisse en terrain minoritaire et se retrouve pratiquement au coude-à-coude avec le Parti libéral. Péquistes et solidaires profitent de la désaffection des électeurs envers François Legault.

Une mauvaise performance au débat et des maladresses entourant les tests qu’il veut imposer aux nouveaux arrivants ont entraîné le chef caquiste dans « une spirale négative », selon le sondeur Jean-Marc Léger.

« La charte des valeurs a fait perdre le PQ. Le dossier sur l’immigration est en train de faire la même chose pour la CAQ », constate-t-il.

À 13 jours du scrutin, la CAQ ne bénéficie plus que de 31 % des intentions de vote, une perte de six points en deux semaines, révèle un sondage Léger–LCN.

Les troupes de Philippe Couillard récupèrent leur électorat traditionnel et obtiennent 30 % d’appuis. Les non-francophones et les Québécois de 55 ans et plus reviennent tranquillement au PLQ.

Le potentiel de croissance du PQ

Fort d’un bon début de campagne, Jean-François Lisée a fait des gains (21 %) depuis le déclenchement des élections, mais ses appuis sont demeurés stables depuis deux semaines.

« Le PQ a un potentiel de croissance. M. Lisée est le deuxième choix des autres partis politiques, s’il connaissait un troisième bon débat, il peut y avoir une tendance qui se crée », analyse M. Léger.

Avec 14 % des intentions de vote, en hausse de trois points, Manon Massé et Gabriel Nadeau-Dubois peuvent espérer faire élire « quelques » députés de plus.

« Pour Québec solidaire, c’est à Montréal qu’ils peuvent faire des gains, sinon, ça peut être soit Taschereau [à Québec], soit Sherbrooke », souligne le président de la firme Léger.

Rien pour encourager François Legault, qui a même perdu des plumes chez les francophones et qui doit se contenter d’un électorat fragile. Seulement la moitié des Québécois qui appuient la CAQ considèrent leur choix comme étant définitif.

L’Immigration est polarisante

L’immigration est un enjeu polarisant. 45 % des Québécois estiment qu’il faut diminuer le nombre d’immigrants que le Québec accueille chaque année. 39 % des gens sondés sont en faveur du maintien du seuil d’immigration actuel, alors que 8 % des électeurs militent en faveur d’une augmentation du nombre d’immigrants.

« Sur le fonds, les gens sont d’accord avec la CAQ [qui propose une baisse des seuils d’immigration]. Sur les moyens, les gens sont en désaccord », selon lui.

Le premier débat des chefs a été le moment le plus important de la campagne électorale aux yeux d’une majorité d’électeurs. Ce qui fait dire au sondeur que tout est possible après la présentation du second débat en français demain à TVA.

 

Intentions de vote

Si des élections PROVINCIALES avaient lieu aujourd’hui, pour quel parti auriez-vous l’intention de voter ? Serait-ce pour...

Photomontage

 

Des batailles cruciales en régions

Si l’avance de la CAQ a fondu, le parti de François Legault est toujours en avance chez les francophones, ce qui lui permet d’aspirer à former un gouvernement minoritaire. Les caquistes sont en position de tête dans la capitale nationale, mais peinent à percer dans la métropole. Les libéraux dominent sur l’île de Montréal, loin devant Québec solidaire, qui arrive désormais deuxième, devant les péquistes et les caquistes. Des batailles serrées s’annoncent en régions.


Région de Montréal


Région de la Capitale-Nationale


Bagarre à 3 dans la Couronne Nord

Une véritable lutte à trois se dessine dans les régions de Lanaudière, des Laurentides et de Laval. Avec 36 % des intentions de vote, la CAQ de François Legault est en tête, mais le PQ suit de près avec 26 % d’appuis, talonné à son tour par les troupes de Philippe Couillard (23 %).


« Razzia » de la CAQ en Montérégie

En Montérégie, les troupes de François Legault dominent la course. Avec 41 % d’appuis, les caquistes sont en position de tête, loin devant les libéraux (25 %) et le PQ (21 %). « C’est la razzia de la CAQ dans la Montégérie », insiste le sondeur Léger.


Une lutte PLQ-CAQ en Estrie

François Legault et Philippe Couillard devront redoubler d’ardeur dans la dernière ligne droite de la campagne en Estrie. « Dans cette région, c’est une lutte à finir entre le PLQ et la CAQ », précise le sondeur Jean-Marc Léger. À Sherbrooke, QS pourrait brouiller les cartes.


Les caquistes en avance en Mauricie

Représentées actuellement par des élus libéraux, les circonscriptions de la Mauricie risquent fort de passer dans le camp de François Legault après le 1er octobre. « La force de la CAQ, c’est dans le Centre-du-Québec et aussi en Mauricie », constate Jean-Marc Léger.


L’Abitibi craque pour la CAQ

Fief du député péquiste sortant François Gendron et du ministre libéral sortant Luc Blanchet, l’Abitibi pourrait basculer dans le camp caquiste le 1er octobre prochain. « C’est CAQ all the way pour l’instant » dans cette région, selon Jean-Marc Léger.


La CAQ talonne le PLQ en Outaouais

Terreau traditionnellement fertile au Parti libéral, l’Outaouais ne semble pas cette fois acquis aux troupes de Philippe Couillard. Avec 35 % des intentions de vote dans cette région, le PLQ est en tête, mais la CAQ n’est pas très loin derrière, à 27 %. Québec solidaire suit avec 15 %, devant le PQ à 12 %.


Combat PQ-CAQ au Bas-St-Laurent

Les électeurs du Bas-Saint-Laurent ne sont pas insensibles aux propositions mises de l’avant par François Legault et ses troupes. « C’est une lutte entre le PQ et la CAQ » qui se profile à l’horizon dans cette région, selon Jean-Marc Léger.


La Gaspésie tiraillée entre 3

Dans la région de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine, les trois grandes formations politiques, le PLQ, la CAQ et le PQ sont au coude-à-coude et laissent entrevoir des affrontements serrés. « C’est une lutte à trois », constate le sondeur Léger.


Un Sag-Lac « multicolore »

La CAQ fait des percées au Saguenay–Lac-Saint-Jean, traditionnellement un champ de bataille entre péquistes et libéraux. Ce qui fait dire au sondeur Jean-Marc Léger que si des élections avaient lieu aujourd’hui, cette région serait « multicolore ». « C’est une lutte à trois », insiste-t-il.


Méthodologie

Le sondage web a été réalisé du 14 au 17 septembre auprès de 3017 Québécois. Aux fins de comparaison, un échantillon probabiliste de 3017 répondants aurait une marge d’erreur de plus ou moins 1,78 %, et ce, 19 fois sur 20.