/news/cannabis
Navigation

Cannabis: la direction de la Santé publique de l’Estrie croit que Sherbrooke va trop loin

Coup d'oeil sur cet article

SHERBROOKE – La direction de la Santé publique de l’Estrie dénonce la position jugée trop restrictive de la Ville de Sherbrooke concernant la consommation du cannabis. Le règlement municipal, qui interdira le produit dans tous les lieux publics, va trop loin selon elle.

Interdire la consommation de cannabis dans tous les lieux publics poussera les gens à fumer seulement dans leur maison ou dans leur logement, croit la directrice de la Santé publique de l’Estrie, Mélissa Généreux.

«Fumer dans des endroits clos, avec la fumée secondaire, c’est d’autant plus nocif pour la santé», a-t-elle dit à TVA Nouvelles mercredi.

Selon la Dre Généreux, la loi provinciale encadrant la légalisation du cannabis est solide et les municipalités n’ont pas à se montrer plus restrictives. Elle interpelle les élus municipaux.

«La loi interdira la consommation de cannabis partout où la cigarette est interdite, et un peu plus. Du point de vue de la santé publique, c’est suffisant pour protéger la population», a dit Mme Généreux.

Mais Sherbrooke n’est pas la seule ville à ne pas suivre les recommandations de la Santé publique. Granby, Bromont et Magog, par exemple, banniront également le cannabis dans tous les lieux publics.

«Nous, on compare plus le cannabis à l’alcool qu’à la cigarette. On se voyait mal permettre aux gens de se promener avec leur joint sur le trottoir», a expliqué la mairesse de Magog, Vicki-May Hamm.